Les agences d’adoption catholiques menacées de fermeture aux États-Unis

Download PDF

 

Le député Démocrate de Californie Pete Stark (athée militant et militant de la “cause” homosexualiste) a déposé le 3 mai dernier sur le bureau de la Chambre des Représentants du Congrès, un projet de loi intitulé de manière perverse Every Child Deserves a Family Act (tout enfant mérite une famille). Ce projet de loi est également présenté par 52 autres députés dont la présidente de la minorité Démocrate de la Chambre, la “catholique” Nancy Pelosi. Si cette loi était votée toute « discrimination » relative au “genre” ou au statut matrimonial « pour l’adoption ou le placement d’enfants en familles d’accueil » serait prohibée. Autrement dit, une agence catholique d’adoption ou de placement en famille d’accueil devrait choisir entre ses principes religieux et le pur et simple arrêt de ses activités. Il est à noter que Kristin Gillibrand, sénateur Démocrate et “catholique” de New York au Congrès, va proposer une législation similaire au Sénat.
Une agence catholique ne peut, évidemment, pas arranger l’adoption d’un enfant par un couple homosexuel ou placer un jeune adolescent dans une telle “famille” d’accueil. Si la loi est votée au plan fédéral, toutes les activités d’adoption et de placement de Catholic Charities prendront fin dans tous les États-Unis, comme cela vient de se passer à Washington D.C. après l’adoption par le District fédéral d’une loi reconnaissant le “mariage” homosexuel, et tout récemment, le 26 mai, dans le diocèse de Rockford. Or, Catholic Charities est sans doute une des agences – voire l’agence – parmi les plus performantes en matière d’adoption et de placements en familles d’accueil. Pour la seule année 2009 (dernières statistiques connues), Catholic Charities a à son actif : 3 794 adoptions, 18 344 enfants et adolescents placés en familles d’accueil, conseillé en vue d’une adoption 43 982 couples…
Cet admirable travail pourrait être réduit à néant si une telle loi inique était adoptée. Elle a peu de chance de l’être à la Chambre des Représentants, mais pourrait l’être au Sénat. Que des élus “catholiques” trempent dans une telle abomination purement idéologique, et sans aucun égard pour le bien-être des enfants, est confondant. Mais qu’attendent donc les évêques pour prendre les sanctions canoniques qui s’imposent contre de tels faux frères !

POST SCRIPTUM

Avec ce triste post, americatho vient de publier son

2 000ème article !

Hip hip hip…

2 comments

  1. soha

    « on » a appelé « famille » tout et n’importe quoi..et « dieu » a subi le même sort..
    La Novlang chère à Orwell nécessiterait désormais un dictionnaire à elle seule.

    les mots ont-ils encore un sens, dans le « monde » comme dans « l’EGlise »? Je ne sais. On n’aurait pas besoin de « faire l’herméneutique » de Vatican 2 des décennies après si le sens des mots avait été « clair »

    je supplie le VERBE de Dieu, source de toute pensée et de toute nomination (par l’intermédiaire d’Adam) de nous éclairer et donner l’énergie de reprendre ce combat (déjà, paraît-il connu de Confucius…)
    Et Le PERE du Verbe (et St Joseph en conséquence) de nous donner le sens de ce qu’est « paterner »… même si nous ne savons plus ni qui sont nos père, ni ce qu’est être père…
    Dans leur Esprit commun seul AMOUR sans mélange des sinistres amours humaines… surtout les philanthropiques, le fameux « amour général » si cher au camarade Weishaupt…des Illuminés de Bavière et autres lieux découvrant la marée haute de la subversion…(celle du langage étant une des plus stratégiques)

    Et dans « camarade » j’entends bien » camarde », la fraternité fratricide sans père ni famille ni nation…

    En espérant que les « confondus » nous aideront à sortir de notre « confusion »( « je ne serai pas confondu » chante sans cesse le psalmiste…)

  2. luc perrin

    La seule vraie bonne question est celle qui conclut votre article. Que les lobbies libéraux s’agitent et poussent leurs pions n’est pas pour surprendre.

    Mais que des élu(e)s catholiques s’associent et pas seulement par le vote à la destruction d’institutions sociales catholiques devrait entraîner des peines canoniques. Et déjà une mobilisation de l’USCCB à l’échelon fédéral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *