Nuns_on_the_Bus_04215 - copie

LCWR : la photo (du dimanche) qui tue…

Download PDF

 

Les religieuses de la Leadership Conference of Women Religious [Renegades, de fait : renégates…] continuent leur tournée en car, la désormais tristement célèbre campagne Nuns on the Bus. C’est une tournée de pur militantisme politique puisque l’objet de cette tournée consiste à attaquer le projet de budget fédéral du député Républicain catholique Paul Ryan, un militantisme qui ne sert pas à grand chose puisque le projet de budget de la Chambre des Représentants a été systématiquement refusé par la majorité Démocrate du Sénat, ce qui fait que depuis trois ans le Congrès des États-Unis n’a voté aucun budget ! Les mises en garde du magistère ne touchent pas les religieuses de la LCWR : elles ont leur propre “magistère”… À noter, comme l’ont signalé tant et tant de personnes qui ont assisté aux prises de parole des religieuses gyrovagues, pas une seule allusion à la campagne Fortnight for Freedom organisée par l’épiscopat américain et qui se déroule jusqu’au 4 juillet. Voilà qui en dit long sur la “communion” de ces religieuses… Dimanche dernier, 24 juin, dans l’après-midi, le car de ce “BarNonne Circus” a fait une étape à Fountain Square, une place de la ville de Cincinnati (Ohio). Malgré le tamtam médiatique, un jour où on ne travaille pas et une après-midi ensoleillée propice aux balades en ville, il n’y avait qu’une trentaine de personnes pour faire bon accueil aux religieuses… Parmi ces personnes, nous signale un blogue catholique local, The Catholic Beat, parmi les groupies venues accueillir les religieuses : une bouddhiste, une athée… Mais beaucoup plus intéressant, on notait aussi une présence saugrenue et incongrue. La copine en pantalon court – à gauche sur la photo – qui étreint chaleureusement sa copine en jupe longue, sœur Simone Campbell – directeur exécutif de l’association dissidente Network –qui lui rend affectueusement son étreinte, n’est pas une inconnue pour les lecteurs d’Americatho. J’en ai parlé ici en juillet dernier. Il s’agit de Janice Sevré-Duszynska, militante pacifiste “ordonnée prêtre” et excommuniée. Qui se ressemble s’assemble… Bon dimanche quand même.

 

6 comments

  1. Si je ne me trompe pas, au XVI siècle, les religieuses françaises avaient une vie complètement dissolue, bavassant entre autres dans les parloirs. Les catholiques américains doivent prier pour une réelle conversion des religieuses. Le monachisme est plusieurs fois rené de ses cendres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *