235127-cardinal-timothy-dolan

Le pape Benoît XVI envoie le cardinal Dolan en mission Syrie

Download PDF

 

Les évêques catholiques ne peuvent pas « se contenter de demeurer de simples spectateurs d’une tragédie telle celle qui se déroule actuellement en Syrie », déclarait le 16 octobre dernier le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’État du Vatican. C’est la raison pour laquelle le pape Benoît XVI a décidé l’envoi, dans le courant de la semaine prochaine, d’une délégation d’évêques en Syrie chargée d’exprimer sa solidarité sur place avec la population syrienne souffrante et de contribuer à promouvoir une « solution politique » à la crise actuelle, la seule qui soit envisageable selon le Saint-Siège. Le cardinal américain Timothy Dolan, archevêque de New York et président de la Conférence épiscopale des États-Unis fera partie de cette délégation de très haut niveau composée du cardinal français Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, d’un autre Français l’archevêque Dominique Mamberti, le “ministre des Affaires étrangères” du Saint-Siège, du cardinal Laurent Mosengwo Pasinya, archevêque de Kinshasa (République démocratique du Congo), de Mgr Fabio Suescun Mutis, évêque aux Armées de Colombie, de Mgr Joseph Nguyen Nang, évêque de Phat Diem (Vietnam) et de Monseigneur Alberto Ortega de la secrétairerie d’État.

5 comments

  1. je ne puis que manifester ma grande consternation devant tant de naiveté chrétienne et charitable.

    oui, bien sur nous aimerions tous que les combats cessent et que les innocents soient épargnés de leurs souffrances épouvantables

    Cependant nous savons tous que ni Bachar el hassad, tellement attaché à son pouvoir, ni les rebels tellement las de supporter un régime dictatorial et même tyrannique au delà de toute mesure, ne sont disposés à faire la paix!

    Espérer la paix en Syrie est aussi vain que penser que le fuherer hitler aurait pu humblement demander la cessation des luttes dans le but de sauver des vies humaines

    Bien au contraire nous constatons que le dirigeant Syrien se moque de la vie de son peuple et qu’i est prêt à consolider son autorité sur des milliers de cadavres , quitte un jour à devoir en répondre devant le tribunal de la Haye, si jamais il pense survivre lui même à cette guerre civile ce qui n’est pas évident , compte tenu ce qui est arrivé à son alterégo Kadhafi.

    Kadahafi lui même pensait certainement s’en tirer à bon compte et ne pas avoir à subir les conséquences de ses propres crimes! en fait il se trompait et nous avons eu l’occasion de contempler son cadavre inerte et froid!

    En vérité , cette guerre ne s’arrétera qu’avec la mort ou la fuite de Bachar el Assad, et non pas une quelconque conciliation pacifique totalement illusoire

  2. Melmiesse

    nous espérons que l’arrivée de la délégation du Vatican vienne en aide aux chrétiens tout au moins leur rende l’espérance; mais nous savons que les fanatiques rebelles sont armés par l’étranger ,forts de ce soutien ils ne baisseront pas les armes, et que l’armée régulière pense défendre son pays contre l’envahisseur

  3. Christian

    C’est être bien naïf que de croire qu’avec le départ (ou l’élimination) de Bachar el Hassad, ce sera la paix retrouvée en Syrie. Malgré les périodes où il a persécuté les chrétiens ceux ci arrivaient à vivre dans la Syrie de Bachar.
    Si les rebelles gagnent avec l’aide de mercenaires étrangers payés par l’Arabie Saoudite, le Qatar et autres « démocraties » du même jus, les chrétiens seront éliminés physiquement de ce pays. L’expérience faite avec l’aide des pays occidentaux en Tunisie, Lybie, et autre Egypte devrait pourtant suffire à comprendre le sort des chrétiens (assassinats, viols, tortures et destruction d’églises, de cimetières etc…)

  4. Pingback: Syrie : la mission de Pères synodaux et de responsables du Saint-Siège retardée | L'observatoire de la Christianophobie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *