Michael Ier petite

Le Pape est Américain (mais si, mais si…)

Download PDF

 

Il faut prendre tout ce qui suit avec un peu d’humour – hélas gâché par beaucoup de tristesse… Né en 1959, David Allen Bawden, après deux tentatives infructueuses de se faire ordonner prêtre au sein de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X (Écône puis au Kansas), s’est fait élire Pape le 16 juillet 1990 à Bellevue (Kansas) par un collège de six électeurs dont lui-même, sa maman et son papa. Il a pris le nom de Michael Ier et vit chez sa mère à Delia (Kansas). Des étudiants de la Notre Dame University lui ont consacré en 2008 un très intéressant reportage vidéo de plus d’une heure (que vous pourrez visionner ici). Ci-dessous un extrait de cette vidéo. Les sédévacantistes peuvent se réjouir : le siège – à bascule… – n’est plus vacant. Ouf ! On respire…

 

[media id=51]

 

4 comments

  1. c.

    C’est triste. Enfin dans son coin, s’il n’est pas trop malheureux (et pas trop barjo dangereux) et qu’avec sa maman et son papa, ils arrivent à vivre pas trop mal, car cela ne doit pas être facile à assumer tout cela.
    Ils font peut-être moins de mal que nos hommes politiques avec leurs grands discours démagogiques, qui paraissent sains de corps et d’esprit, mais ne sont pas au service de bien commun et des plus faibles mais au service de leur puissance et de leur intérêt.
    Prière et compassion…

  2. Saint Hilaire

    Ce n’est pas le seul loufoque qui s’est proclamé pape. Dans la succession apostolique romaine, ce n’est pas bien brillant non plus. Pensons aux Borgia, à celui qui, au VIème siècle, avait fait assassiné les deux candidats précédents pour être élus.
    Ce genre d’individu, tout comme Sixte XV (Michel Colin), Pierre II (Maurice Archieri, garagiste à la retraite résidant en région parisienne)… et bien d’autres, ont au moins le mérite de faire rire…

  3. c.

    Pour les Borgia, les différents films qui ont été diffusés récemment ne donnent absolument pas la vraie dimension historique de ces Papes qui même si certaines vertus leur étaient moins familières que d’autres n’ont jamais touché aux dogmes et ont maintenu comme ils le pouvaient les états pontificaux, ce qui a sans doute permis à la papauté de se maintenir et donc à donner plus de force à l’Église catholique romaine.
    Leurs légendes noires ont été forgées par leurs ennemis de l’époque, puis aujourd’hui pour s’attaquer à la seule institution qui résiste au Système et aux nouveaux droits qu’on veut nous imposer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *