628x471

Mgr Aquila : « Si nous devons devenir des martyrs, qu’il en soit ainsi »

Download PDF

 

Le nouvel archevêque nommé du diocèse de Denver (Colorado), Mgr Samuel Aquila, avait accordé le 28 mai dernier, la veille de sa nomination, alors qu’il était encore évêque de Fargo (Dakota du Nord), un entretien à Catholic New Agency dans lequel il souligne que le HHS Mandate, que veut imposer le gouvernement fédéral, s’inscrit dans un plus large projet visant à chasser la religion de la sphère publique – c’est aussi, soit dit en passant, le désir que François Hollande a exprimé lors de la campagne présidentielle… L’archevêque déclare : « Au fond, ce que les gens nous disent c’est “faites comme si vous étiez agnostiques ou athées comme nous, c’est comme ça que la société devrait être (…). Aujourd’hui, ce qui se passe c’est que ceux qui ne veulent pas la foi dans la sphère publique, nous disent vraiment “C’est notre manque de foi ou notre croyance que nous voulons que vous imitiez” ». Le HHS Mandate est donc bien pour l’archevêque un ordre « de violenter nos consciences et de violenter la liberté religieuse ». On peut donc compter sur Mgr Aquila pour continuer à « parler haut et fort » contre le HHS Mandate afin d’aider « les gens à prendre conscience de la violation qui est en train de se passer ». Mais jusqu’où protester ? La conclusion de l’archevêque est sans ambiguïté : « Si nous devons devenir des martyrs, qu’il en soit ainsi ». Ce n’est pas, croyez-le, une parole en l’air. D’abord parce que ce n’est pas l’habitude de ce courageux prélat de parler pour ne rien dire, et, ensuite, parce qu’il n’est pas le premier évêque américain a évoquer la possibilité du martyre…

Ci-dessous la vidéo complète de l’entretien.

[media id=87 width=470 height=269]

 

2 comments

  1. Remy

    Pourtant l’article 18 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme reconnaît bien le droit d’exprimer en public comme en privé sa religion …
    L’HHS Mandate irait donc contre la déclaration ?

    « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. »

  2. Pingback: RCS » Blog Archive » Les loups salafistes sortent du bois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *