gen7new

Mort d’un jésuite américain après 70 ans d’apostolat aux Philippines

Download PDF

342x256xFr.-James-Reuter-SJ-342x256.jpg.pagespeed.ic.XbCoVhV069Un accident vasculaire cérébral a eu raison du Père jésuite James B. Reuter qui a été brusquement rappelé à Dieu le 31 décembre à l’hôpital Our Lady of Peace de la ville de Pañake aux Philippines, un établissement qu’il avait édifié lui-même pour soigner les pauvres. Le Père Reuter était entré dans sa 97ème année et était en apostolat aux Philippines depuis quelque soixante-dix ans ! Il y arriva à l’âge de 28 ans, encore jeune étudiant jésuite, en 1938, pour y enseigner dans l’ancien Athénée de l’Université de Manille où, la guerre éclatant, il fut retenu prisonnier par les Japonais avant de se retrouver dans un camp de concentration nippon. Il retourna ensuite aux États-Unis pour terminer ses études à l’université jésuite de Georgetown, Washington D.C., et fut ordonné prêtre pour la Compagnie de Jésus à Woodstock (Maryland) en 1946, fit une année d’études supplémentaire pour apprendre les techniques de radio et de télévision à la Fordham University de New York puis retourna aux Philippines en 1948, un pays qu’il ne quittera plus jamais. Ce prêtre « très pieux et exemplaire » qui n’a jamais quitté son habit religieux, selon Mgr Arturo Bastes du diocèse de Sorgoson, « va nous manquer ». La conférence épiscopale des Philippines déplore la perte de « ce grand communicant de la Bonne Nouvelle de Jésus ». Le Président philippin Benigno Aquino a salué dans un communiqué « l’ami, le mentor, le confesseur et le conseiller de générations de Philippins dans leur vie à la fois privée et public, dans les médias, les arts et le journalisme ».

La “carrière” de ce prêtre fut véritablement époustouflante. Il fut le directeur du Service national des mass media des Philippines, contribua à l’organisation de l’association catholique régionale pour la radio et la télévision, fonda la Fédération philippine de radiodiffusion catholique, une union de 41 stations régionales catholiques.

En 1981, Jean-Paul II rendit hommage à ce prêtre pour son « service exceptionnel à l’Église catholique dans le monde des mass media », et le Père Reuter reçut plus tard la médaille Pro Ecclesia et Pontifice, la plus haute récompense qu’un Pape puisse conférer à une personne pour services rendus à l’Église et au Saint-Siège. En 1989 il reçut le Prix Ramon Magsaysay de journalisme, l’équivalent asiatique du Prix Nobel

Le Congrès philippin accorda en 1984 au Père Reuter la citoyenneté d’honneur en reconnaissance d’une vie consacrée au service du peuple des Philippines.

La veille de sa mort, il priait et chantait encore la gloire de Dieu avec les religieuses des Sisters of St. Paul of Chartres (SPC) qui administrent l’hôpital Our Lady of Peace où cet athlète de la proclamation de l’Évangile s’est éteint…

R.I.P.

1 comment

  1. btk

    j’ai une grande admiration pour les missionnaires ; nous ne reconnaisons jamais assez leurs merites, car ‘on’ ne parle jamais d’eux ; ils oeuvrent humblement et silencieusement

    ils sont tres tres nombreux de par le monde et accomplissent leur sacerdoce dans la joie, malgre des conditions de vie souvent difficiles, et sauvent beaucoup d’ames

    un site devrait etre cree ‘ce que font les Catholiques dans le Monde’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *