Bill Donohue et le “mariage” gay à New York

Download PDF

Bill Donohue a l'air sévère, mais il a quelques raisons de l'être

La décision de légaliser ou non le “mariage” gay dans l’État de New York repose uniquement sur le vote de la majorité Républicaine du Sénat de l’État. Les défenseurs du mariage naturel et traditionnel retiennent leur souffle, car c’est aujourd’hui même que tout devrait se décider alors même qu’une majorité d’électeurs de l’État est opposée à la légalisation de ce “mariage”.

Il y a deux jours, Bill Donohue, le président de la Catholic League dont le siège est à New York, nous offrait de fort sagaces commentaires sur cette affaire.

  • « L’État de New York ne croit pas au “pouvoir du peuple” et c’est pourquoi il ne veut pas soumettre la question du mariage gay à référendum. S’il le faisait, il perdrait. Dans les trente États et plus où cette question a été soumise au vote, le peuple n’a pas manqué une seule fois de confirmer que le mariage est entre un homme et une femme. Il n’y a que les élites qui ne partagent pas ce jugement.
  • Le législateur de l’État de Ne York est à une voix de passer une loi [légalisant] le mariage gay. Ce qui le retient, c’est la pression des catholiques, des protestants, des juifs et d’autres : ils entendent isoler les institutions religieuses des empiètements de l’État. Qu’ils soient obligés de se battre pour défendre les droits que leur confère le Premier Amendement montre combien est vraiment menaçante la loi sur le mariage gay.
  • Les menaces contre la liberté religieuse ne sont pas hypothétiques. Au Nouveau Mexique, un photographe qui a refusé de prendre des clichés lors de la cérémonie d’engagement d’un couple gay, a été obligé de payer les frais de leur avocat ; des chrétiens du New Jersey qui ont refusé de louer leur espace de réception, qui est leur propriété, pour célébrer une union gay ont vu leur exemption d’impôts supprimée ; une psychologue de Géorgie a été licenciée pour avoir refusé de conseiller une lesbienne sur sa relation. Etc.
  • Autrement dit, il est à craindre que si le mariage gay passe à New York, la liberté religieuse sera compromise. Voilà pourquoi, si cette loi est votée, il est impératif qu’y soit fermement inclus et obtenu le respect des droits religieux. Et il est du dernier curieux de prétendre qu’il faut étendre l’effet du mariage à des gens qui sont disqualifiés par nature et par Dieu à fonder une famille. »

 

4 comments

  1. Roger Bélanger

    Et tous ces gens-là, les « zélites » croient à l’Évolution !!!
    Je serais bien curieux d’expédier sur une planète inhabitée (autrement que par les végétaux: faut bien qu’ils aient quelque chose à manger pour éviter de se dévorer entre eux) où il n’y aurait que deux continents (et on sait que ces gens-là ne sont pas « continents »), l’un peuplé que de sexes féminins, l’autre que de sexes mâles et physiquement impossible de changer de continents.
    Finiraient-ils à avoir un tel désir de relations hétérosexuelles pour que certains d’entre eux finissent par développer les organes du sexe opposé… après combien de « ions/iards » d’années ???

  2. laviolette

    S’agissant de la France, qui prend le même chemin due le législateur de New York, il est étonnant que nos évèques, d’une seule voix, d’un seul cri, renouvelé partout et en permanence, ne proclament leur opposition au mariage gay, alors que s’agissant de l’école privée, les manifestations populaires monstres de Versailles, Paris et autres, soutenues par les évèques avaient permis de la défendre des projets-promesses du candidat Mitterrand de 1981, malgré les sarcasmes de la majorité d’alors revenue aujourd’hui. Le mariage, union naturelle d’un homme et d’une femme, ne mérite-t-il pas l’engagement de nos évèques, alors même que rien ne s’oppose à une union -non naturelle- de deux personnes du même sexe, par le pacs ou d’autres contrats. On finit par se demander si leur soutien à la défense de l’école privée n’était pas en rapport avec des intérêts financiers beaucoup plus importants que ce que l’Eglise de France pourrait retirer de la défense du mariage. Même hors de telles pensées, à partir du moment où on ignore la loi naturelle, à quand le droit au mariage avec son animal de compagnie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *