Pont-Congr-Culto-Divino

Un rite de bénédiction pour l’enfant à naître accordé par Rome aux évêques américains

Download PDF

 

Excellente nouvelle ! L’épiscopat des États-Unis vient de recevoir la recognitio romaine du rite de bénédiction qu’il a élaboré pour l’enfant dans le sein de sa mère. Voici le communiqué de la Conférence des évêques américains, diffusé hier, lundi 26 mars, en la fête de… l’Annonciation !

Le Saint Siège vient d’approuver le Rite de bénédiction de l’enfant dans le sein de sa mère, qui sera imprimé en anglais et en espagnol dans une brochure bilingue et sera disponible pour les paroisses le jour de la Fête des Mères [13 mai prochain aux États-Unis]. Les évêques des États-Unis qui ont contribué à l’élaboration de cette bénédiction accueillent avec joie l’annonce de la recognitio, ou reconnaissance, par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements de Rome.

« Je suis impressionné par la beauté de cette bénédiction pour la vie humaine dans le sein d’une mère » a déclaré le S. Ém. le cardinal Daniel DiNardo, archevêque de Galveston-Houston [Texas] et président de la Commission pour les activités pro-vie de la Conférence des évêques américains des États-Unis [United States Conference of Catholic Bishops, USCCB]. « Je pense qu’il n’y avait pas de meilleure date pour annoncer cette nouvelle que celle de la fête de l’Annonciation, quand nous nous souvenons que c’est le “Oui” à Dieu de Marie à l’incarnation de cet enfant dans son sein qui a sauvé le monde ».

« Nous voulions faire cette annonce le plus rapidement possible de sorte que les paroisses puissent commencer à voir comment cette bénédiction pourra être incluse dans le tissu de la vie paroissiale », a déclaré Mgr Gregory Aymond, archevêque de la Nouvelle Orléans et président de la Commission pour le culte divin. « Cette nouvelle bénédiction sera ultérieurement incluse dans le Rituel des bénédiction lors de la prochaine révision de ce livre ».

Cette bénédiction a été préparée pour aider les parents qui attendent la naissance de leur enfant, pour encourager la prière des paroisses à cette fin, pour reconnaître le don précieux de l’enfant dans le sein de sa mère et pour promouvoir de respect de la vie humaine dans la société. Cette bénédiction pourra être donnée pendant la Messe ou en dehors d’elle.

L’origine de cette bénédiction remonte au jour où Mgr Joseph Kurtz, alors évêque de Knoxville dans le Tennessee (aujourd’hui archevêque de Louisville dans le Kentucky), demanda à la Commission des activités pro-vie de l’USCCB s’il existait une bénédiction pour l’enfant dans le sein de sa mère. Comme on n’en trouva pas, la Commission prépara un texte et le soumis, en mars 2008, à la Commission de l’USCCB pour le culte divin. Il fut approuvé par l’assemblée plénière des évêques en novembre 2008, puis adressé à Rome pour correction et approbation finale.

Il ne sera pas difficile pour les autres épiscopats de langue anglaise ou espagnole d’adopter également ce Rite de bénédiction.

 

9 comments

  1. Je ne vois pas pourquoi il aurait fallu attendre un rite de bénédiction (de toute beauté !) approuvé par « la congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements » pour bénir des enfants dans le ventre de leur mère… A-t-on besoin d’un papier, d’un texte, pour bénir? La bénédiction a-t-elle plus de jus si elle provient d’un texte approuvé par Rome ? Dieu y est-il plus sensible ? Cela sonne-t-il mieux à ses oreilles ? Toutes les bénédictions accordées auparavant sont-elles nulles, vaines ?
    Incluse dans le rituel des bénédictions… Ce rituel est-il le même aux E.U. et en France ? Où va-t-on placer cette bénédiction ? Après celle des moyens de transport ou des instruments de musique liturgique ?
    Depuis longtemps, tous les lundi, en prison, je bénis des enfants dans le ventre de leurs mères : dois-je cesser mes gesticulations inopérantes dans l’attente de l’arrivée de ce précieux rituel enfin rédigé et approuvé par « la congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements » ? Aux E.U. on ne peut bénir sans papier approuvé ?
    Quand Jésus bénissait les petits enfants, ceux qui étaient encore dans le ventre de leur mère en profitaient sans doute… et sans papier.

  2. ««En réponse à Arnaud41»»

    Un papier de Rome est recommandable car vous devez savoir comme moi qu’il y a des hommes prêtres compris, qui inventent des idioties liturgiques par soif de gloire personnelle et qui ne se soucie guère des directives du Magistère de l’Église. Une approbation vaticane est un cadeau et non pas une calamité comme vous semblez laisser paraître dans vos propos, en quoi une bénédiction de Rome vous choque-t-elle ? N’est-ce pas notre Mère ? Et nous nous devons de lui porter le plus grand des respect, après tout c’est le Corps mystique de notre Seigneur Jésus-Christ.

  3. Christine

    En France, dans le diocèse de Versailles, depuis 2006 est proposée une préparation spirituelle à la naissance qui aboutit à la bénédiction de l’enfant à naître.
    Mon mari et moi-même avons pu entreprendre cette démarche pour trois de nos enfants : c’est une belle inspiration de l’Esprit-saint de susciter cette bénédiction à l’heure où la vie est tellement bafouée!

  4. Mais comment faisait-on aux E.U. avant l’arrivée de ce texte romain ? On ne bénissait pas les enfants à naître ? Ils sont pourtant bien vivants et on droit aux bénédictions ! Alors, on ne faisait pas ça ? Où avez-vous vu qu’un père de famille ait besoin d’un papier de Rome pour bénir l’enfant que porte sa femme ? Même si sa prière est gauche et maladroite, le Seigneur bénira par sa bouche ! Et un évêque a besoin de lire un papier pour bénir une maman enceinte? Il ne sait pas faire ? Mais où on va ? Bientôt il vous faudra la permission romaine pour faire le signe de la Croix ? La calamité, ce n’est pas l’approbation vaticane, c’est cette attitude de petit soldat au garde-à-vous. Je crois que c’est Foch qui disait : « quand j’entends les talons claquer, j’entends les cerveaux se fermer… »
    Mes respects mon capitaine…
    Jésus ne nous a jamais demandé de le respecter mais de l’aimer comme il nous aime. Pas de garder le petit doigt sur la couture de la soutane.
    De l’air ! De l’air !
    Et bénissez aussi souvent que vous le pouvez, en toute liberté !

  5. Remy

    Vous opposez ce texte romain de bénédiction, aux bénédictions habituelles qui ont toujours été pratiquées effectivement par les prêtres, ou les chrétiens, alors que ces pratiques sont complémentaires entre elles. Je ne connais pas encore le texte de cette bénédiction, mais j’imagine qu’il doit être très beau, et que les personnes souhaitant faire cette bénédiction, pourront bénéficier de cette belle prière. Ceci dit effectivement, Dieu ne regarde pas la qualité du texte, mais l’intention des coeurs …
    Mais une belle prière, bien écrite, améliore la compréhension, et affine les sentiments du coeur, et c’est en cela que cette proposition de bénédiction me semble utile.
    Et cette proposition, n’empêche pas d’utiliser d’autres formules ou prières,(dans la mesure où elle n’est pas contraire au Magistère) pour ceux qui le souhaitent.
    Votre référence à Foch et à un soi-disant état d’esprit militaire est ridicule et ne peut que diviser.

  6. Gregory

    Je vais bientôt être papa pour la deuxième fois. Notre petit Louis a eu la grâce de pouvoir être béni dans le ventre de sa maman, et nous en sommes très heureux ! Mais nous serons également très heureux de permettre au nouveau venu de recevoir une bénédiction rédigée et approuvée par Rome. Pour nous l’autorité n’est pas une calamité, au contraire, par cet acte Rome montre l’importance des précédents actes de bénédiction, en les couronnant de son aval par ce texte. Nous ne pouvons que rendre grâce pour la sollicitude maternelle de notre Sainte Mère l’Eglise…

  7. genevive marsolle

    ET MOI, J’APPELLE LA TRES SAINTE VIERGE ET SAINTjOSEPH, JE LEUR DEMANDE DE RASSEMBLER LES BEBES AVORTES DEJA DANS L’AU DELA PAR ASSASSINAT DE LEUR MERE, DU MEDECIN, ET DE LEUR PERE,pour les ondoyer avec de l’eau bénite, en demandant à MARIE ET JOSEPH d’être la maraine et le parain de milliers de petits Joseph et de petites Marie, TUES DANS LA SEMAINE,LE MOIS, DANS TOUS PAYS DE LA TERRE.
    « Je te baptise au nom du Père, du Fils et de l’Esprit.par la passion la mort et la résurection de JESUS notre Sauveur et le votre. Que Marie et Joseph vous emmène chez DIEU TRINITE vos Créateur et Sauveur,

  8. Abbé Dedieu

    Il est bien évident d’une part qu’on peut toujours bénir sans formulaire particulier et d’autre part qu’un rituel propre aide, quand il est bien rédigé et bien traduit, à prononcer les mots justes (non pas au sens magique bien évidemment, mais parce qu’ils correspondent le mieux à ce qui est demandé au Seigneur et évitent dans leur équilibre et leur formulation d’éventuelles fausses interprétations de ceux qui les écoutent et s’associent à cette prière).
    Nous disposons déjà dans le rituel des bénédictions d’une prière pour la bénédiction d’une mère avant la naissance, que ce nouveau texte complétera certainement très bien et à côté de laquelle il pourra s’insérer. Ce sera aussi un encouragement pour les prêtres et les diacres pour poser cet acte qui vaut tous les discours sur la vie naissante.
    Pourrez-vous nous donner une traduction la plus précise possible de cette version anglaise dès que vous l’aurez (au plus tard le 13 mai si j’ai bien compris) ? Nous pourrons toujours l’utiliser comme une prière libre dès la fête des mères du 3 juin par exemple, en attendant d’avoir une version française officielle.
    Merci !

  9. Pingback: Synode : l’évêque de Louisville propose que la bénédiction des enfants à naître soit étendue à toutes les paroisses catholiques | Riposte-catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *