401593_418092701554078_177762108920473_1525818_1148892848_n

Une société américaine choisie par le Saint-Siège pour son nouveau réseau de médias sociaux

Download PDF

 

Pour répondre à l’appel de Benoît XVI du 24 janvier 2009, pressant les médias catholiques à annoncer l’Évangile sur le « continent numérique » afin que « le web puisse également ouvrir un espace à ceux pour qui Dieu est encore inconnu », un rassemblement de laïcs et de responsables ecclésiastiques a lancé en 2010 la Fondation pour l’Évangélisation par les Médias (FEM). La FEM, développée sous les patronages du Conseil Pontifical pour les Communications Sociales et du Conseil Pontifical pour la Nouvelle Évangélisation, a pour missions la maîtrise des nouveaux médias (notamment les médias dits “sociaux” nés sur le web) et de donner une plus grande visibilité à la foi chrétienne dans l’univers de la communication. C’est une entreprise américaine, et l’une des plus performantes dans ces nouveaux métiers, OPUSfidelis, que la FEM a sélectionnée pour développer son nouveau site de réseau de médias sociaux Aletia.org qui devrait être ouvert au public au début de l’automne. Aleteia.org sera disponible en six langues et OPUSfidelis travaille à ce projet depuis six mois. Une version “beta” tourne depuis le début de cet été. L’annonce officielle de ce choix a été rendue publique le 8 août dernier.

OPUSfidelis est une entreprise de communication stratégique et une agence de médias sociaux, spécialisée dans les stratégies médiatiques “virales”, la communication en ligne “durable” et l’influence sociale. L’entreprise a été créée voici une vingtaine d’années et possède un imposant siège social à Reston (Virginie) et des bureaux à Austin (Texas), New York et Green Bay (Wisconsin). David Lejeune, président-directeur général d’OPUSfidelis, a commenté cette intéressante nouvelle : « Le média social constitue un puissant outils pour les communications en ce qu’il permet à un utilisateur de se connecter potentiellement et immédiatement à des millions de personnes avec un message que le receveur considère comme un échange de personne à personne. Nous sommes vraiment honorés d’avoir travaillé à partir de zéro, à une entreprise d’une telle importance et aussi monumentale ».

 

3 comments

  1. Pingback: Vatican 2.0: à l’ère de l’IPope | Jeunesse et Engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *