C’est dimanche ! Une drôle de Jam Session par cinq jeunes novices dominicains

Download PDF

Cinq novices interprètent – ou plutôt tentent d’interpréter – un grand classique du jazz : O When the Saints… Cela se passait le 6 juillet dernier dans le garage du noviciat dominicain St. Gertrude de Cincinnati (Ohio), province de Saint Joseph. C’est plein de bonne humeur et de bonne volonté, mais le résultat, d’un point de vue musical laisse à désirer… Cela semble même laisser de marbre – ou plutôt de plâtre – la grande statue de saint Dominique que l’un de ces novices vient de restaurer. Seul le pianiste tire son épingle du jeu, mais je connais un novice prémontré anglais qui “touche” infiniment mieux le piano. Bon, enfin, ces jeunes novices touchants sont quand même en habit, ce qui est aussi très touchant. Ô grand saint Dominique intercédez pour que ces jeunes gens bien sympathiques soient meilleurs prêcheurs que musiciens, ou, mieux, qu’ils deviennent à la fois d’excellents prêcheurs et d’excellents musiciens !

 

 

6 comments

  1. Jean Ferrand

    Le dernier dominicain que j’ai fréquenté, pas plus tard que la semaine dernière (je ne dirai pas qui c’est), était en costume, veston, cravate, et très amer contre le Saint-Siège. J’en ai ressenti une sourde inquiétude.

    Quand un simple catholique, à plus forte raison un religieux, se désaffectionne du pape (disait mon ancien directeur de conscience), c’est très mauvais signe

  2. Marie

    Ce n’est pas méchant en soi tant que cela reste en interne (fête du Prieur, etc…) Dès que cela devient public (comme c’est le cas puisqu’on en profite jusqu’en France) c’est dangereux.

    Parmi des cas qui me viennent à l’esprit : Soeur Sourire, une danseuse classique devenue carmélite dont j’ai oublié le nom, récemment le groupe « Prêtres » dont j’ai entendu dire que l’un d’entre eux a défroqué, etc.

    On peut être artiste et devenir oblat ou quelque chose de ce genre, mais à partir du moment où on entre dans un monastère, les expressions artistiques ne doivent plus être connues du public. C’est à mon avis le prix à payer.

  3. Dominique

    Je ne suis pas amateur, mais il y a pire comme loisir.
    Concernant le port de l’habit, il est aussi porté en France, mais dans la communauté ou pour certaines circonstances. À l’extérieur, dans la province de France, le port de l’habit n’est pas imposé.
    Ce qui veut clairement dire que l' »ignominie de l’habit séculier » règne en maître.
    Quand à la fidélité doctrinale des Dominicains, comme tous les ordres intellectuels, ils ont beaucoup « morflés » des programmes intellectuels dans les séminaires et universités catholiques.
    Freud docteur de l’Eglise, ça fait des dégâts!
    Enfin, je garde mon affection à l’ordre fondé par mon saint patron.

  4. Jean Ferrand

    Oui, Mr Dominique. Freud ou Hans Küng. La dernière mode parmi les intellectuels catholiques, ou d’autres confessions, ce sont les Mémoires de Hans Küng, un (ou plusieurs) gros volumes, je ne sais pas ; je ne les ai pas eus entre les mains. Ils font les choux gras. On admire leur liberté de pensée, leur hypercritique. Avec ça, on est mal barré, comme dirait l’autre…

  5. Dominique

    Monsieur Ferrand,
    Rassurez-vous quand même, je me suis laissé dire que Saint Thomas revient à la mode chez les dominicains.
    Et puis, pied de nez à tous les Küngs, c’est un allemand intellectuel brillant qui a été élu pape pour remettre de l’ordre dans les intelligences.
    Dieu a décidément beaucoup de patience et d’humour.
    Je ne suis pas persuadé qu’il en soit de même chez nozamis les modernos!
    Allez, Christian (Terras), un sourire!

  6. Michèle

    Il n’y a guère de danger : ils ne sont pas près de passer sur scène!
    En fait ça a l’air d’être la récré , et c’est bien gentil, je trouve. Mais on espère que l’Eternel est sourd !( le public aussi), et surtout que la liturgie est de meilleure qualité..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *