In this photograph taken on April 28, 2016, Shaista Ali, 26, looks on during an interview with AFP at her house in Bhopal.
Only three words were scrawled on the letter from her husband and posted to her parent's home in central India, but they were enough to shatter Sadaf Mehmood's life. Using an ancient and controversial Islamic practice, Mehmood's husband wrote "talaq, talaq, talaq" or "I divorce you" three times in Arabic, instantly ending his marriage of five years.
 / AFP PHOTO / MONEY SHARMA / TO GO WITH INDIA-MARRIAGE-RELIGION-WOMEN-RIGHTS, FEATURE BY JALEES ANDRABI

Info – Inde – « Talaq, talaq, talaq  » la répudiation coranique ou le divorce instantané

Download PDF

L’interprétation indienne de la charia permet aux époux de divorcer sans délai de leurs épouses, en prononçant trois fois : « Talaq ».

En prononçant ou écrivant le triple talaq, « répudiation » en arabe, les maris musulmans indiens signifient qu’ils souhaitent cesser toute vie commune avec leur épouse. Le divorce prend alors effet immédiatement du seul fait de la décision unilatérale de l’homme. Des voix se font entendre pour condamner cette pratique : 50 000 femmes et 200 hommes musulmans ont signé une pétition pour l’interdire. Cette initiative est soutenue par des chrétiennes indiennes, dont Sœur Talisha Nadukudiyil, secrétaire de la conférence des évêques de l’Inde.

 

Il arrive que le triple « Talaq » soit griffonné sur un bout de papier… ou même envoyé par SMS !

79% n’ont pas de pension alimentaire

Selon les statistiques relevées par le BMMA, 79% des épouses congédiées ne reçoivent aucune pension alimentaire et 43% d’entre elles n’ont même pas pu récupérer leurs affaires personnelles.

 

Source Aleteia