pape-paul-VI

7 mars 1965 : il y a 50 ans, début de la réforme liturgique

Download PDF

En ce jour anniversaire, l’abbé Claude Barthe nous a adressé un article très intéressant sur le début de la réforme liturgique et sur le début, aussi, de la contestation de cette réforme…

Ce 7 mars 2015, à 18 h, le Pape François célèbre une messe dans l’église de Tous les Saints, sur la via Appia Nuova, à Rome, en souvenir de celle qu’avait célébrée en la même église, Paul VI, le 7 mars 1965.

Le Concile n’était pas encore achevé, mais la réforme liturgique qu’il avait décidée était lancée. Le 25 janvier 1964, PaulVI avait institué un Consilium, une Commission pour l’Application de la constitution sur la liturgie, d’une ampleur démesurée : 250 experts, sans compter les cardinaux et les évêques. À partir de la session d’octobre 1966, cinq, puis six observateurs protestants assistèrent aux assemblées de ce Consilium. Paul VI lui avait donné pour président le très progressiste cardinal Giacomo Lercaro, archevêque de Bologne. Le secrétaire en était le lazariste Annibale Bugnini.

Dès lors, de 1964 à 1968, se déroula une première période de réforme, période de transition, comme le notait un article de Riposte catholique, qui sera suivie, à partir de la publication de trois nouvelles prières eucharistiques et de huit nouvelles préfaces, le 23 mai 1968, de la phase de promulgation définitive de la nouvelle liturgie conciliaire. Cette deuxième période durera jusqu’en 1984, date de l’édition typique du nouveau Cérémonial des évêques.

De 1964 à 1968 le Consilium édicta d’incessantes modifications, avec le relais des conférences épiscopales, donnant l’habitude de transformations permanentes. Les fidèles notaient surtout que la messe était désormais, la plupart du temps, face au peuple et que le latin avait disparu, « comme chez les protestants ».

Il faut d’ailleurs remarquer que les premiers changements (spécialement la concélébration) avaient été expérimentés dans l’aula conciliaire, les liturgies célébrées chaque matin à Saint-Pierre de Rome devenant un laboratoire de modernisation pour les évêques et pour l’Église entière.

Entre autres changements :

  • nouvelle formule pour donner la communion (reçue de plus en plus généralement debout) ; ● première refonte des rubriques (26 septembre 1964) : le psaume Judica me des prières au bas de l’autel est supprimé, le Pater peut être lu ou chanté par fidèles, le dernier évangile est supprimé, la messe solennelle est possible avec un diacre, le per ipsum est dit à haute voix, la célébration face au peuple devient pratiquement la norme pour les messes publiques ;
  • promulgation d’un rite de de la concélébration (qui implique le canon à haute voix) et de la communion sous les deux espèces (7 mars 1965) ;
  • messe dominicale anticipée du samedi soir ;
  • emploi de langue vulgaire élargi à toute la messe, puis à l’Office divin, etc.

À « la droite du pape », les protestations s’amplifiaient, notamment à cause de l’abandon de la langue sacrée. Il faut dire que l’introduction de la langue vulgaire dans la messe avait cristallisé, dès la préparation du Concile et au cours de Vatican II, une première vague d’opposition à la réforme d’une très grande vigueur. Paul VI décida de donner de sa personne, et vint donc célébrer dans l’église de Tous les Saints le premier dimanche de Carême. Un autel, comme cela se faisait un peu partout à l’époque, avait été placé hors du sanctuaire, sur un bâti de bois. Le pape célébrait une messe lue, face au peuple.

C’est alors que se produisit la première manifestation d’opposition à la réforme liturgique. Elle fut reçue par le Pape en pleine face. Paul VI écartant les mains : Il Signore sia con voi. Au milieu de la foule, retentit la voix grave et puissante de Tito Casini, un romancier très connu en Italie : Et cum spiritu tuo. Troubles dans l’assistance, dont une partie se mit à suivre cet “animateur” inséré dans la foule. La manifestation se poursuivit ainsi durant toute la messe : In alto i nostri cuori, disait le Pape ; Habemus ad Dominum, tonnait Casini. On était en Italie, et il s’agissait du Pape !

Comme un mémorial de l’événement constitué par cette « messe de Paul VI », un livre de Tito Casini deviendra le premier manifeste de résistance, jusqu’à la parution, deux ans plus tard, du Bref examen critique du Nouvel Ordo Missae, signé par les cardinaux Ottaviani et Bacci, et présenté au Pape le 21 octobre 1969. Le livre de Casini, paru à Florence en 1967, s’intitulait : La tunica stracciata, allusion à la Tunique sans couture du Christ, livre que Les Nouvelles Editions latines publièrent en France un an plus tard, avec une préface du cardinal Bacci : La tunique déchirée.

12 comments

  1. théofrède

    en France, on a surtout remarqué la brutalité fort peu chrétienne avec laquelle la hiérarchie a imposé la réforme
    dans le diocèse de Lyon (diocèses actuels de Lyon et de Saint Etienne) on peut noter la disparition du rite lyonnais, même chez les « fraternités sacerdotales » qui se disent traditionalistes
    ce rite était celui que pratiquait le saint curé d’Ars, qui était prêtre du diocèse de Lyon, dont ces « traditionalistes » se réclament pourtant (Ars se trouvait dans le diocèse de Lyon depuis les origines jusqu’à la « résurrection » d’un diocèse de Belley étendu jusqu’à la Saône, alors que le diocèse primitif n’allait que jusqu’à l’Ain)

  2. durandal

    Dans sa froide laideur voulant mettre en exergue la modernité « sixties « , ce machin en forme d’ogive atomique façon Spoutnik était au moins une tiare… Seigneur, venez à notre aide, nous périssons…

  3. Onclin

    « À partir de la session d’octobre 1966, cinq, puis six observateurs protestants assistèrent aux assemblées de ce Consilium » Question: pourquoi « six » « observateurs protestants ». Que viennent-ils faire là? Car encore aujourd’hui au synode sur la famille, il y avait aussi dans chaque groupe de discussion un « protestant »; je suppose par là que le « vouloir » de fusion entre la hiérarchie vaticane (catholique?) et la hiérarchie protestante est « entérinée » de fait. C’est pour cela que ce Pape se fait bénir par des protestants évangélistes, il a voulu aussi se faire bénir par le patriarche orthodoxe, mais le patriarche, lui, a fait capoter son intention.
    Je crois qu’il faut maintenant une « vraie » hiérarchie « CATHOLIQUE » au Vatican, pour le moment celle qui est là, est, selon moi, sur un très mauvais chemin, et donne un très mauvais message « catholique ». Car qui me prouvera que le « protestantisme » n’est pas encore aujourd’hui une hérésie !

  4. karr

    Comment béatifier et envisager la canonisation d’un pape dont nous célébrons cette année la réforme liturgique?Il est difficile de ne pas retenir les divers échecs de l’application du Concile Vatican II dus à ce pape dans le processus qui le mène à la gloire des autels.

  5. Luc

    « Au milieu de la foule, retentit la voix grave et puissante de Tito Casini, un romancier très connu en Italie : ‘Et cum spiritu tuo' ». C’est vrai que les Italiens ont dû être traumatisés d’entendre ‘Et cum spiritu tuo’ au lieu de ‘E con il tuo spirito’… Les pauvres, « il latino non si capisce ». C’est vrai, il faut les comprendre, c’est de l’hébreu pour eux. « Mea culpa, mea culpa… » non si capisce! Il faut traduire en italien: « È colpa mia, è colpa mia ». Heureusement que Paul VI est venu libérer ses compatriotes de cet étrange latin, qui leur est totalement étranger! Ah, l’idéologie… C’est beau… comme l’antique.

  6. Pingback: Interprétation de Vatican II: l’herméneutique de la dialectique permanente? | Riposte-catholique

  7. Pingback: Une question | Riposte-catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *