L’avortement, sans langue de buis avec Mgr de Kerimel

Download PDF

La campagne présidentielle, mais aussi le vote du délit d´entrave numérique à l´IVG a replacé l´avortement au coeur des débats en France. Près de 220 000 interruptions volontaires de grossesse sont pratiquées chaque année, soit un avortement pour trois naissances. Qu´on le veuille ou non, l´avortement « demeure un acte lourd et grave qui interroge profondément la conscience » a souligné le président de la Conférence des Evêques de France dans une lettre solennelle au Président de la République fin novembre. Il considère cette limitation par le Parlement de la liberté d´expression sur internet comme une « atteinte très grave aux principes de la démocratie ». Mais que dit l´Eglise catholique à propos de l´avortement ? Comment réagir quand les catholiques sont dénigrés ou ridiculisés pour leur défense des enfants à naître ? Pourquoi le pape François a-t-il souhaité faciliter le pardon pour l´avortement, qui demeure un péché grave ? Quelles paroles pour les femmes en détresse ? Mgr de Guy de Kérimel, évêque de Grenoble-Vienne a été en charge d´un groupe de travail sur les conséquences sociales de l´avortement au sein de la conférence épiscopale. Il répond en direct sur KTO aux questions de plusieurs chrétiens engagés, sans langue de buis.