abattage-halal

Pas assez de moutons pour les Musulmans de France ?

Download PDF

Recteur de la mosquée de Villeurbanne, Azzedine Gaci a participé à un groupe de travail sur l’abattage rituel en France, animé par le Bureau des cultes du ministère de l’intérieur.

Lancé le 15 juin lors de la première instance de dialogue avec le culte musulman, celui-ci devrait pouvoir présenter un « guide pratique » lors de la prochaine réunion de cette instance, le 14 mars.

 

Le recteur répond à La Croix

 

La Croix : Pourquoi un groupe de travail sur l’abattage rituel en France ? Quel était l’objectif ?

Azzedine Gaci : Le problème est simple : lors de la fête de l’Aïd (NDLR : commémorant le sacrifice d’Abraham), le sacrifice d’un mouton n’est pas une obligation mais c’est une tradition fortement recommandée dans l’islam.

Si l’on considère que l’ex-région Rhône-Alpes compte 600 000 musulmans, soit 120 000 familles, et si ne serait-ce que 25 % d’entre elles veulent un mouton, il faut pouvoir abattre 25 000 bêtes en quelques jours.

Or, si l’on met bout à bout les capacités des abattoirs pérennes, on arrive à peine à la moitié. Qu’on le veuille ou non, si l’offre reste insuffisante, il y aura toujours un abattage clandestin.

 

Article complet

9 comments

      • Denis F

        Oui, BRAVO!
        Mais non, pitié, pas de cochon autorisé!!!
        D’ailleurs, à ce jour, je vous invite tous à refuser ces mots arabes qu’on nous impose pendant qu’on détruit insidieusement l’origine grecque ou latine de notre vocabulaire principal…
        Car en plus ces pauvres bêtes finiraient aussi enculées que les chèvres et les ânes!!!
        STOP!
        HALT!

  1. Carolus Magnus

    Vite! Vite ! Un billet d’avion charter gratuit aux 600.000 musulmans pour qu’ils s’en aillent égorger les moutons chez eux en Algérie, Maroc, Tunisie et ailleurs, et plus en France !
    Cette pratique primitive n’a pas lieu d’être et nous n’avons pas à la faciliter sur notre sol national.
    Pas plus que les musulmans n’autorisent les chrétiens à vivre leu foi en paix au Maghreb.
    Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés.

  2. Marie

    Cette horrible pratique se reproduit tous les jours dans les abattoirs et pas seulement pour hallal ou cacher. Ca « va plus vite »… Avec des problèmes sanitaires importants. Sans tenir compte des injonctions de l’UE au sujet du respect du bien-être animal et de la nécessité de lui éviter toute souffrance. Il suffit d’une décision politique pour supprimer la dérogation qui est accordée à ces croyances-là.
    Peut-être nos évêques pourraient-ils aussi s’abstenir de « manger des agonies » affreuses avec les imams le jour de l’Aïds…

    • Denis F

      J’ai eu des doutes au départ, et malheureusement une fausse manip si fréquente a détruit mes propos, liens et textes pour vous répondre…
      Au-delà des écarts, LA « NORME » DOIT S’IMPOSER!
      En dépit d’une distinction IMPORTANTE entre « hallal » et « casher », le premier imposant aux autres sa bouffe, le second la réservant à sa propre consommation.
      Et comme je suis Catholique, français; je ne défends ni les uns ni les autres, mais je me dois à LA VERITE!
      Il veulent des traces d’origine?
      Moi, de plus en plus, j’EXIGE DES TRACES TOTALES, dont abattage.
      Sinon, bien que ce ne soit pas ma culture, je me priverai de viande, MAIS pas pour la remplacer par du soja!!!…
      HELAS, je ne suis pas évêque!
      Mais je pourrai néanmoins boycotter bientôt, temporairement ou définitivement, les intervenants qui me trompent ou refusent la clarté.
      Vous les connaissez, je crois… et les pétitions concernées aussi.
      Bon Carême

  3. Tite

    Marie dit: Il suffit d’une décision politique…

    Elle ne sera JAMAIS prise.

    La souffrance animale, les véritables questions sanitaires et de santé publique, cette caste politique en putréfaction avancée n’en a cure.

    Elle mise sur la France de demain qu’elle s’évertue à instaurer. La France  » plurielle « , comme elle dit.

    Une France où les Français, qu’ils soient chrétiens ou non, qu’ils soient  » de souche  » ou pas, seront une singularité… jusqu’à disparaître totalement.

    Ils ne veulent plus de nous. Pour eux, nous sommes déjà morts et pour les plus solides ils trouveront, ils feront tout ce qu’ils pourront pour nous achever.

    Triste constat ? Non. La triste vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *