agressions-sexuelles-enfants-augmentation-pornographie-accessible-e1455112594872

Pornographie pour tous, hausse des agressions sexuelles entre enfants

Download PDF

Un symposium sur les « Dommages de la pornographie sur les enfants et les jeunes » a permis de constater, mardi à l’Université de New South Wales en Asutralié, que les agressions sexuelles d’enfants sur d’autres enfants sont en forte augmentation. Les experts présents ont expliqué que la pornographie facilement accessible à tous sur Internet est responsable de cette hausse inquiétante, spécialement lorsqu’elle met en scène des actes violents et dégradants assortis de contrainte.

Les conséquences de la facilité d’accéder à ces « contenus » sexuellement explicites et contraires à toute dignité humaine sont multiples, au point de constituer une « crise de santé publique » : non seulement les enfants passent à l’acte très tôt, mais leur génération voit déjà le sexe violent et dégradant, dénué de toute dimension relationnelle, intime et amoureuse, comme la norme. Les conséquences sont incalculables, a prévenu Liz Walker, auteur du livre Not for Kids (« Pas pour les enfants ») lors du symposium. Tout cela prépare « les agresseurs sexuels de demain » et un monde de « violence sexuelle entre partenaires intimes », a-t-elle affirmé.

La pornographie sur Internet a des effets sur les enfants

Le Dr Joe Tucci, président de la Fondation australienne pour l’enfance, a expliqué que le phénomène est quasi impossible à éviter. Citant des études du monde entier, il a mis en évidence le fait que « plus de 90 % des garçons de moins de 16 ans ont visité un site pornographique sur Internet, mais aussi 60 % des filles ». La pornographie est si facile d’accès qu’il est « impossible pour les enfants de ne pas en voir » : « Il suffit de taper des mots innocents comme “amour” dans Google et en l’espace de trois ou quatre résultats on se trouve sur un site pornograpique », met-il en garde.

Comme Liz Walker, il s’attend à « l’émergence d’un grand nombre d’adulte au comportement sexuel offensant, un comportement qui fera du mal à autrui » : « Je crois que nos communautés seraient profondément choquées si elles connaissaient les conséquences que nous voyons au sein d’un petit groupe d’enfants qui sont exposés à ce type de pornographie. » Les autorités sanitaires en Australie ont déjà constaté une augmentation des comportements inacceptables de certains enfants, imposés à d’autres enfants.

Un symposium en Australie fait le lien entre pornographie en ligne et agressions sexuelles

Coralie Alison, de la même Fondation pour l’enfance, a déclaré à la presse en marge du symposium que ces comportements comprennent non seulement des attouchements, mais des actes de pénétration – des viols à part entière –, du sexe oral et même des actes sexuels avec des animaux.

Non seulement la moralité et la sécurité des enfants sont en jeu en raison de l’omniprésence de la pornographie sur Internet, mais aussi leur bonheur. « Nos enfants sont conditionnés et façonnés par ce qu’ils voient », affirme Melinda Tankard-Reist, une militante contre la « réification de la femme et la sexualisation des publicités » du groupe « Collective Shout ». « Les garçons apprennent qu’ils ont tous les droits tandis que les filles se voient comme des sortes de “station service” à la merci des garçons et des hommes », explique-t-elle dans une interview.

Elle a vu les choses évoluer : les confidences qui lui étaient jadis faites par des jeunes filles de 16 ou 17 ans le sont aujourd’hui par des fillettes de 11 ou 12 ans, objets de harcèlement à l’école de la part de garçons qui les « classent » en leur donnant des notes de 1 à 10 en fonction de leur corps ou de leur comportement… C’est le résultat d’un véritable « endoctrinement pornographique de garçons de plus en plus jeunes », dit-elle.

L’endoctrinement pornographique des enfants provoque l’augmentation des agressions sexuelles

Les agressions sexuelles d’enfants par des enfants ont été multipliées par quatre en quatre ans en Australie, selon le bureau australien des statistiques, tandis que 20 % des viols de femmes adultes sont aujourd’hui imputables à des garçons adolescents dans le pays, ainsi que du tiers, voire de la moitié des agressions d’enfants.

Selon Melinda Tankard-Reist, le problème se rencontre dans la quasi totalité des écoles dans lesquelles elle se rend en tant que conférencière pour alerter les jeunes sur sa gravité. Dans l’Etat du Victoria, des enfants de quatre ans sont dirigés vers des programmes de réhabilitation en raison de leur comportement sexuel, afin de les faire de nouveau ressembler à des enfants normaux.

Alors que le présentateur lui rappellait que pendant longtemps, les auteurs pornographiques – tel Larry Flynt – revendiquaient la liberté artistique et la liberté de parole pour montrer « des gens qui se font du bien » comme le disait l’un d’eux, Mme Tankard-Reist a simplement répondu qu’il s’agit là d’un « abus de la liberté de parole ». Ce que voient les gamins de 10, 11 ans aujourd’hui, ce sont des viols pornographiques, du sadisme, de la violence, de la bestialité. « Ce n’est pas de la liberté d’expression ! »

Des enfants de quatre ans au comportement sexuel dégradant

Beaucoup d’enfants sont attirés dans ce monde malgré eux. Alors que l’industrie pornographique des seuls Etats-Unis représente 100 milliards de dollars, les marchands de « X » créent des sites avec des noms de personnages de dessins animés et étudient les fautes de frappe les plus fréquentes des jeunes pour les attirer alors qu’ils font des recherches tout à fait innocentes, accuse la jeune femme. Sans vouloir d’un « Etat Nounou », elle rappelle que les nounous sont justement chargées de veiller sur les enfants et qu’il est urgent que les pouvoirs publics aident les parents à protéger leurs garçons et leurs filles dans un monde où il devient de plus en plus difficile pour eux de le faire seuls.

L’un des participants au symposium a déclaré à un média Australien qu’il avait lui-même été attiré sur un site de pornographie à l’âge de 11 ans : une addiction est née qui a duré deux ans. « Je trouvais difficile de voir les femmes autrement qu’en tant qu’objets sexuels », raconte Tim Gordon, 23 ans. « Dans une certaine mesure, vous avez beau essayer de vous dire que ce sont des personnes intelligentes et complexes, votre esprit ne vous lâche pas lorsque vous êtes dans ce cadre : la pornographie a tendance à dominer votre esprit », témoigne-t-il, ajoutant combien il est difficile d’en sortir en raison de la honte et de la culpabilité qu’on ressent.

Effarants constats. C’est toute une génération qui est privée de son innocence, plongée non dans le monde des adultes mais dans un enfer de vice et de souffrance dont il devient de plus en plus difficile de s’extraire.

Anne Dolhein

 

Source RéinformationTV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *