Bibiana Aido, ministre de l’avortement en Espagne, propulsée à l’ONU

Download PDF

Ministre avant de devenir simple secrétaire d’Etat espagnol – mais toujours de l’Egalité – Bibiana Aido a été l’une des trois chevilles ouvrières de la loi espagnole qui en juillet dernier, faisait de l’avortement un droit. L’ère Zapatero semble tirer à sa fin mais Mme Aido a déjà pris le chemin de la reconversion : elle vient d’être nommée conseiller spécial de la directrice exécutive d’ONU-Femmes, Michelle Bachelet. Elle y apporte un pedigree tout particulier, puisqu’elle est entrée dans l’histoire pour être tombée dans les bras de ses collègues ministres, deux jeunes femmes comme elles, lors du vote de la loi d’avortement en février 2010. Accolades, embrassades, larmes de joie : pour Mme Aido le fœtus est « un être vivant, pas un être humain ».

La « plateforme citoyenne » HazteOir croit savoir que Michelle Bachelet avait quelque réticence à accueillir à ONU-Femmes – l’instance onusienne qui regroupe les anciennes agences pour les femmes, l’égalité, etc… Vrai ou faux, il est sûr que le poste apparaît à beaucoup comme une planque dorée.

ONU-Femmes souligne dans sa présentation de sa nouvelle salariée combien celle-ci a œuvré pour l’égalité en Espagne, et plus précisément pour le gender mainstreaming, qui consiste à évaluer les effets de toute décision politique en vue de favoriser la diversité et, en même temps, d’aboutir à l’égalité de genre qui doit naturellement profiter également à tous.

Bibiana Aido, qu’on se le dise, c’est le tout dernier cri !

En attendant de faire ses valises pour New York, Bibiana Aido espère faire adopter la loi d’Egalité de traitement. Une fois à l’œuvre dans son nouveau poste, elle entend lutter pour la cause des « droits des femmes qui ne sont complètement respectés nulle part dans le monde ».

La presse espagnole se plaît à souligner que Mme Aido n’est pas totalement inconnue à l’ONU, puisqu’en tant que ministre et en pleine crise économique elle avait participé au déblocage de 100 millions d’euros de subventions pour soutenir la lutte de l’organisation internationale UNIFEM pour l’égalité entre hommes et femmes. C’était en avril 2010. Egalité de genre, toujours.

© leblogdejeannesmits.

1 comment

  1. Anonymous

    Suite logique pour cette dame qui proclame entre autre qu'un foetus même de 13 semaines est être vivant mais pas un être humain « car cela n’a aucune base scientifique ».
    Belle équipe que celle-là, Bachelet-Aído, pour promouvoir leurs théories mortifères pour l'avenir de l'humanité, et notamment en Amérique hispanique…
    Voilà où l'ambition sans conscience peut mener.
    Si elles se crêpent le chignon, ces furies de l'avortement et du genre, je ne pleurerai pas…Terrible époque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *