FIV : « idéalement », récupérer 15 ovocytes pour augmenter les chances de succès

Download PDF

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de Birmingham, publiée dans Human Reproduction, vient d’aboutir à la conclusion que le nombre optimal d’ovocytes à récupérer lors d’une stimulation ovarienne est de 15 pour aboutir à une naissance vivante dans le cadre d’une fécondation in vitro (FIV). Le lien est étroit, selon eux, entre le nombre d’ovules récoltés et les chances de succès : les chances augmentent  jusqu’à 15 ovules récupérés, restent stables jusqu’à 20, puis redescendent au-delà.

C’est la première étude à établir un lien entre le nombre d’ovocytes récupérés et une naissance vivante, les précédentes recherches ne s’étant intéressées qu’à la survenue d’une grossesse, assure le Dr Ami Coomarasamy, co-auteur.

L’étude s’est basée sur des données relatives à 400.135 cycles de FIV au Royaume-Uni entre avril 1991 et juin 2008, période où l’obtention de naissances vivantes s’est améliorée ; la période 2006-2008 a fait l’objet de modélisation statistique pour aboutir à des prédictions tenant compte de l’âge de la femme et du nombre d’ovocytes récoltés.

Le nombre de 15 permettrait de maximiser les chances de succès en évitant le syndrome d’hyperstimulation aux symptômes qui peuvent être graves, liés à l’excès d’hormones, et qui peuvent empêcher l’implantation immédiate de ce qu’on appelle pudiquement les « pré-embryons » obtenus.

Que se passe-t-il ensuite ? La fécondation des ovules in vitro, l’élimination de ceux qui paraissent de mauvaise qualité, la congélation de quelques-uns (pour la recherche future ?), l’implantation, souvent de deux ou trois embryons, quitte à pratiquer une « réduction embryonnaire » si les trois « prennent ».

Un vrai massacre.

© leblogdejeannesmits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *