Réforme du lycée : la culture de mort et l’idéologie du genre au programme

Download PDF

Je viens de prendre connaissance des manuels de « SVT » (sciences de la vie et de la terre) des classes de 1e (séries L et ES), conformes aux programmes en vigueur à partir de la rentrée prochaine. C’est un déferlement d’idéologie, et même – parce qu’il s’agit en réalité d’incitation à la débauche – de pornographie. Les jeunes de 16 et 17 ans passeront une bonne part de leurs heures de sciences à ingurgiter l’« idéologie du gender » : le programme porte sur le « féminin-masculin », l’identité et l’orientation sexuelles, la manière de « vivre sa sexualité », et la « prise en charge de sa vie sexuelle », sans compter la promotion de la procréation assistée. Devant l’étalage d’une antimorale aussi insolente que richement illustrée, deux mots viennent à l’esprit : « inversion », « infernal ».

Ce qui naguère passait par des organismes ad hoc de conseil aux jeunes – c’était insupportable mais évitable – s’affichera désormais dans les salles de cours et il risque d’être très difficile d’y échapper.
La perversion se double d’une manifeste volonté de contrôle absolu des consciences et des cœurs. Les « SVT » feront l’objet d’une épreuve anticipée du baccalauréat. Au programme : un écrit, où les élèves auront éventuellement l’option de traiter un autre sujet comme (je vous le donne en mille) le « développement durable ». Mais aussi un oral de vingt minutes, portant sur la partie « sexe » du programme, et traitant d’une question d’actualité. On n’endoctrine pas sans vérifier que le message soit passé, et bien passé. Sauf mobilisation – et il s’agit de faire vite et bien ! – les jeunes, qu’ils soient scolarisés dans le public, le privé sous contrat ou le hors-contrat, devront posséder le programme, et, le cas échéant, abonder en son sens. A moins d’avoir le courage de dire « non ». Un courage sur lequel ils auront le sentiment de jouer leur avenir.

Ne l’oublions pas : ces programmes sont ceux voulus, préparés, mis en place par le gouvernement de Nicolas Sarkozy. C’est Luc Chatel qui a présidé à leur élaboration, en tant que ministre responsable.
Présent en avait évoqué les premières manifestations dans le programme de SES(sciences économiques et sociales), dont les manuels ont été distribués, en retard, dans les classes de seconde cette année : l’idéologie du genre y figure déjà en bonne place.

Lorsque viendra l’heure de voter, demain, l’on saura que sur ce point, la gauche et la « droite » parlementaires se valent. On ne voit pas le PS ou les Verts détricoter ce qu’ils approuvent si fondamentalement ; on ne voit pas non plus une nouvelle équipe UMPdésavouer leurs prédécesseurs – à moins d’une très forte pression électorale. D’ailleurs, se trouve-t-il un candidat qui osera parler contre la promotion de la contraception à l’école – et avec elle, la promotion de l’avortement, de l’homosexualité, de la construction « culturelle » de l’identité sexuelle ? Je n’en connais pas qui ait eu à son programme la dénonciation de ce qui existe déjà dans le domaine – en 4e et 3e, c’est déjà affreux, mais loin de ce qui sera bientôt servi aux jeunes qui recevront les manuels version 2011-2012. Or c’est bien de principes non négociables qu’il s’agit : le droit pour les parents d’éduquer leurs enfants selon leurs principes et leur foi, dans le respect de la loi naturelle – bafouée à longueur de pages dans ces manuels imaginés et voulus par le pouvoir politique –, le devoir de respecter la vie et la famille.

Nous analyserons au plus près les programmes et certains manuels dans les semaines à venir. Si vous avez des enfants ou des petits-enfants lycéens, préparez-vous à agir, alertez vos proches, faites connaître l’enquête que Présent va mener.

Pas d’« informations erronées », pas de « préjugés » : voilà comment les rédacteurs des manuels veulent « former » les jeunes de demain à vivre leur sexualité. Vous verrez ce que cela recouvre. Depuis la présentation de l’acte amoureux comme une simple variante de l’accouplement des mammifères, en tous points semblables à celui des singes bonobo, jusqu’à l’exaltation de Mme Veil et de sa loi, en passant par des photos de la Gay Pride et de sexes de bébé, tout est orienté et un seul point de vue passé sous silence, ou dénigré : celui de l’Eglise catholique, celui d’une conception traditionnelle de la famille.

On les dérange donc tant que ça ?

Eh bien, continuons !

• Une excellente analyse de l’« idéologie du genre » dans ces manuels se trouve sur le site « Evangile de la vie » sous la plume de Pierre-Olivier Arduin, ainsi que, sous une forme un peu différente, sur Liberté politique.

3 comments

  1. Anonymous

    Je passe en 1ere S l'an prochain et en voyant le programme qu'auront les autres séries, je me demande quel sera celui des S …
    Elisabeth, Rennes

  2. Je n'ai pas vu les manuels de 1e S, en revanche j'ai vérifié que sur ce chapitre, les programmes sont à peu près les mêmes, un peu plus étoffés en vocabulaire et en notions seulement pour les « scientfiques ».

    Bon courage et n'hésitez pas à me tenir au courant de la « réalité du terrain » – d'avance merci !

  3. Pas d’« informations erronées », pas de « préjugés » : voilà comment les rédacteurs des manuels veulent « former » les jeunes de demain à vivre leur sexualité.

    Mais échangez le contexte, ça existe aussi en d'autres endroits!

    À Paris les blogs sont filtrés dans les biblios municipales (je suis à Georges Pompidou, je ne pourrais plus ajouter ce commentaire à la Médiathèque des Halles, ça date depuis très peu, moins d'un mois).

    Le votre est assez souvent annoncé quand même, les miens moins souvent. La fonction commentaire ne l'est pas du tout, ni la connexion à Blogger.

    « Blockpage session [nombre IP] … websense category [oui, en anglais]: blogs and personal sites [!] »

    Voir là-dessus ma lettre ouverte aux bibliothèques municipales:

    http://shrt.st/11mh (lien abrégé)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *