Refus de funérailles catholiques ? Il faut virer le curé !

Download PDF

L’organe de « direction de l’église » (sorte d’association cultuelle chargée de la gestion des paroisses catholiques aux Pays-Bas) de la petite ville brabançonne de Liempde, a officiellement demandé à l’évêque de Bois-le-Duc le remplacement de son curé, qui s’est rendu « coupable » de refus de funérailles catholiques à un homme qui avait choisi l’euthanasie.

« Il y a eu une rupture de confiance. Nous nous trouvons dans une situation sans issue et nous n’avons donc pas d’autre choix », a fait savoir le vice-président du kerkbestuur, Tini van der Berg, aujourd’hui. Il a refusé d’en dire davantage pour le moment mais annonce une réunion plénière des responsables laïcs de la paroisse pour lundi.

Il faut donc débarquer ce prêtre qui a eu la triple fermeté de refuser les funérailles, de les laisser conduire dans sa paroisse par un confrère plus accommodant, et qui a renvoyé les mains vides sa « direction de l’église » qui exigeait des excuses publiques pour ce geste d’exclusion.

Le P. Norbert van der Sluis est une vocation tardive. Né en 1959, il n’a été ordonné qu’en 2001 et se fait épingler par la presse néerlandaise comme un « archiconservateur », puisqu’il avait déjà fait connaître sa position à propos des funérailles des euthanasiés lors d’une enquête menée auprès des prêtres du diocèse de Bois-le-Duc. Il avait même – horresco referens – répondu qu’il n’était pas favorable à la diffusion de musique pop à l’occasion d’obsèques catholiques…

On apprend ainsi que pour l’abbé van der Sluis, « les règles de l’Eglise sont sacrées ». Mauvais point pour ce curé trop pointilleux qui a eu fréquemment maille à partir avec ses ouailles (toujours selon la presse), notamment à propos du choix de la musique au cours d’enterrements. On lui reproche de conduire « fraîchement » les obsèques de personnes qui ne pratiquaient point.

On pourrait ajouter son port du col romain… La présence d’un crucifix dans son bureau…

Il s’est en tout cas courageusement défendu. Il a refusé de présenter les excuses qu’on exigeait de lui en expliquant qu’il regrettait que des gens aient pu être « blessés ou attristés » par son refus. Mais il a déclaré à la presse qu’il ne regrettait aucunement d’avoir posé un acte qu’on puisse lui reprocher. « Ce ne serait pas juste », a-t-il déclaré mercredi matin à un quotidien protestant : « J’estime avoir pris la bonne décision. » Et d’expliquer qu’il lui eût semblé hypocrite de laisser un autre faire dans son église ce que lui-même récuse pour des raisons de conscience. Il a dénoncé le « profond subjectivisme » de ceux qui n’admettent pas sa volonté d’être fidèle à l’enseignement de l’Eglise, rappelant que l’euthanasie contrevient directement à la loi de Dieu, au fait que la vie est un don du Créateur ».

A quoi il faut ajouter que le P. van der Sluis a été contacté par la famille deux semaines avant l’euthanasie de l’intéressé ; il lui a rendu quatre visites pastorales et a immédiatement expliqué à lui-même et à ses proches que le choix de l’euthanasie est inacceptable et aurait des conséquences sur la tenue d’obsèques à l’église. Il avait pourtant voulu se donner 24 heures de réflexion mais la mise à mort du l
malade l’avait pris de court.

Il n’y a pas eu pour l’heure de réaction officielle de l’évêque, un porte-parole s’étant contenté de renvoyer tout le monde dos à dos. Le P. van der Sluis s’est étonné de la publicité donnée par un membre du conseil de direction à la demande de son renvoi.

On notera que les fidèles de Liempde (en tout cas ceux dont le témoignage a été retenu par l’émetteur local) sont mécontents de leur curé. L’une d’entre eux explique : « L’Eglise est pour les gens. Si un curé n’arrive pas à être d’accord avec ses fidèles il n’a qu’à en prendre acte. » Et partir…

© leblogdejeannesmits.

2 comments

  1. Anonymous

    La grosse erreur est a situer dans la dernière phrase du commentaire :  » l'Eglise est pour les gens …. !!!! ». Grave erreur l'Eglise est d'abord là pour Dieu, pour lui rendre grâce. C'est ici une inversion fondamentale, par trop relativiste.
    Ce prêtre et quand à lui est resté fidèle au magistère. De toute façon c'est une des questions bien douloureuse et qui doit nous conforter dans notre conviction de fidélité à la loi de Dieu. Dés lors que l'on s'en écarte c'est place faite au désordre, à la division et au chaos. La réaction de ce (tte) fidèle nous en apporte la preuve. La promulgation de lois tel que l'euthanasie, outre d'ouvrir à toute exagération, sont bien inscrite dans le grand plan mondiale d'anéantissement des lois de Dieu et donc de la Doctrine de l'Eglise. Chercher l'instigateur ??? C'est lui l'ennemi, à quelque degré qu'il en soit.
    In Christo.
    @Jeanvincent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *