Mgr Juan Antonio Martinez Camino, porte-parole des évêques d'Espagne

Les évêques d’Espagne appellent les électeurs à faire preuve de discernement moral

Download PDF

Après les évêques de France, ceux d’Espagne ont publié un texte pour éclairer la conscience des électeurs en vue des élections anticipées du 20 novembre. Je vous en propose ici ma traduction. Vous verrez qu’il présente quelque similitude avec le texte des évêques français, déjà commenté

Mgr Juan Antonio Martinez Camino, porte-parole des évêques d'Espagne

il y a quelques semaines sur ce blog, et quelques différences aussi : c’est un texte plus précis, plus nerveux, qui n’hésite pas à demander des changements de la loi.

1. Le 20 novembre prochain nous sommes tous appelés aux urnes. C’est pourquoi, nous, évêques, nous proposons aux catholiques et à tous ceux qui voudront écouter nos considérations pour aider à l’exercice responsable du droit de vote. C’est notre obligation de pasteurs de l’Eglise d’éclairer le discernement moral pour la juste prise de décisions qui affecteront la mise en œuvre du bien commun et la reconnaissance et la protection des droits fondamentaux, ce qui est le cas lors d’élections générales.

2. Dans son discours sur les fondements du droit, prononcé le mois dernier devant le Parlement fédéral d’Allemagne, le Pape rappelait que « le christianisme n’a jamais imposé à l’Etat et à la société un droit révélé, un ordre juridique tiré d’une révélation. Il s’est référé, en revanche, à la nature et à la raison comme véritables sources du droit (…), la raison ouverte au langage de l’être ». Nous faisons nos considérations depuis ce point de vue des fondements prépolitiques du droit, sans entrer dans le domaine du choix d’un parti et sans prétendre imposer à quiconque un programme politique. Chacun devra soupeser, en conscience, pour qui voter en vue d’obtenir, dans l’ensemble, le plus grand bien possible à ce moment précis.

3. On ne pourrait parler de décisions politiques morales ou immorales, justes ou injustes, si le critère exclusif ou déterminant pour les qualifer était celui de la réussite électorale ou du bénéfice matériel. Cela supposerait de subordonner le droit au pouvoir. Les décisions politiques doivent être morales et justes, et non seulement consensuelles ou efficaces ; pour cette raison, elles doivent se fonder sur la raison, conformément à la nature de l’homme. Il n’est pas vrai que les dispositions légales soient toujours morales et justes du simple fait qu’elles émanent d’organismes politiquement légitimes.

4. Concrètement, comme l’a signalé le Pape au mois d’août, ici à Madrid, la droite raison reconnaît que nous avons été créés libres et pour la liberté, mais que n’agissent pas selon la véritable liberté ceux qui, « se prenant pour des dieux, pensent n’avoir besoin d’autres racines et assises qu’eux-mêmes ; ils voudraient décider par eux-mêmes ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, ce qui est bien et ce qui est mal, le juste et l’injuste ; décider qui est digne de vivre ou qui peut être sacrifié sur les autels d’autres préférences ; cédant à chaque instant le pas au hasard, sans objectif fixe, en se laissant entraîner par l’impulsion de chaque moment. »

5. A cause de tout cela, nous devons attirer de nouveau l’attention sur le danger que représentent certaines options législatives qui ne protègent pas de façon adéquate le droit fondamental à la vie de chaque être humain, depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle, ou qui en arrivent même à qualifier de droit ce qui en réalité constitue un attentat contre le droit à la vie. Sont également dangereux et nocifs pour le bien commun les ordonnancements légaux qui ne reconnaissent pas le mariage dans son essence propre et spécifique, en tant qu’union stable entre un homme et une femme ordonnée au bien des époux et des enfants. Il est nécessaire de promouvoir de nouvelles lois qui reconnaissent et qui protègent mieux le droit de tous à la vie, tout comme le droit des Espagnols d’être reconnus par la loi, spécifiquement comme « époux » et « épouse », dans le mariage stable, celui-ci ne devant être mis à la disposition de la volonté des deux parties, ni à plus forte raison d’une seule d’entre elles.

6. La grave crise économique actuelle appelle des politiques sociales et économiques responsables qui soient au service de la dignité des personnes, et qui soient favorables au travail pour tous. Nous pensons à tant de familles à qui manquent les moyens nécessaires pour subvenir à leurs besoins les plus basiques. Nous pensons également au très fort pourcentage de jeunes qui n’ont jamais pu travailler ou qui ont perdu leur travail et qui, à juste titre, demandent des conditions plus favorables pour leur présent et pour leur avenir. Il faut des politiques qui favorisent la libre initiative sociale par rapport à la production et qui encouragent le travail bien fait, tout comme une juste distribution des dividendes ; qui corrigent les erreurs et les dévoiements commis dans l’administration des biens publics et des finances ; qui s’occupent des besoins des plus vulnérables – les plus âgés, les malades, les immigrés.

7. L’ordonnancement juridique doit faciliter l’exercice effectif du droit qui permet aux enfants et aux jeunes d’être éduqués de manière à développer le plus possible leurs capacités. Il doit éviter les contraintes idéologiques de l’Etat qui portent atteinte au droit des parents de choisir l’éducation philosophique, morale et religieuse qu’ils désirent pour leurs enfants. Il faut en revanche faciliter les initiatives sociales justes en ce domaine. La présence de l’enseignement de la religion dans les écoles d’Etat – comme matière fondamentale en option – constitue un moyen d’assurer que les droits de la société et des parents, ce pour quoi il faut aujourd’hui une régulation mieux adaptée pour que ces droits soient effectivement protégés.

8. Nous rappelons de nouveau que l’on reconnaît la légitimité morale des nationalismes ou des régionalismes en ce que, par des moyens pacifiques, ils recherchent une nouvelle configuration de l’unité de l’Etat espagnol. Et aussi, qu’il est nécessaire de protéger le bien commun de la nation espagnole dans son ensemble, en évitant les risques de manipulation de la vérité historique et de l’opinion politique pour cause de prétentions séparatistes ou idéologiques de n’importe quel type.

9. Une société qui veut être libre et juste ne peut reconnaître de manière explicite ou implicite une organisation terroriste comme le représentant politique de n’importe quel secteur de la population, étant donné que le terrorisme est une pratique intrinsèquement perverse, en tout point incompatible avec une vision juste et raisonnable de la vie.

10. Devant les défis qui se présentent à la communauté internationale, il faut des politiques guidées par la recherche sincère de la paix, fondées sur le respect du droit, national et internationale, tout comme la promotion de l’entente et de la solidarité entre les peuples et les cultures.

Nous demandons aux Seigneur de la paix et à sa Très Sainte Mère d’éclairer chacun de nous qui sommes appelés à voter, afin que nous le fassions de manière vraiment libre et responsable.

© leblogdejeannesmits pour la traduction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *