40 Days for Life : deux nouvelles belles histoires…

Download PDF

Dans son compte-rendu de ce matin – qui a du être rédigé fort tard dans la nuit puisqu’il a été “courrielisé” à 1 h 27, heure locale aux États-Unis – David Bereit, qui a créé et coordonne
la campagne 40 Days for Life, nous livre deux belles histoires.

« Le week-end dernier, des partisans de l’avortement avaient décidé de s’en prendre à la vigile de 40 Days for Life de Manassas en Virginie, pas très loin de Washington D.C.
Le samedi – ce matin même mon église paroissiale arborait une bannière pour annoncer l’événement
[sans doute comme celle que l’on peut voir sur le clocher de
la cathédrale du Holy Heart à Pensacola en Floride : voir photo ci-contre]
– les partisans de l’avortement avaient obtenu l’autori

sation de manifester contre 40 Days for Life au lieu où se tient
habituellement la vigile. Mais quand ils arrivèrent, ils trouvèrent 197 personnes en train de prier devant la clinique [d’avortement], et eux-même n’étaient que TROIS ! Démoralisés,
ils ne tardèrent pas à quitter les lieux. »
[photo ci-dessous : “quelques” militants pro-vie à Manassas…].

« Mais l’histoire n’est pas finie… Alors que tous ces gens étaient en train de prier, une femme se dirigea vers la clinique afin de prendre un rendez-vous pour un avortement. Après que des gens
sur le trottoir lui eurent parlé, elle rebroussa chemin et se dirigea vers le Centre d’accueil pro-vie pour femmes enceintes tout proche. “La dame était sur le point  de recourir à un
avortement, nous raconte notre conseiller sur place, Elle commença à frissonner quand elle vit tous ces gens en train de prier. À cet instant, raconte cette dame, elle a senti que Dieu voulait
qu’elle garde son bébé. Et une vie précieuse a encore été sauvée !”.
« Dans le New Jersey, un journal a traité de la vigile de 40 Days for Life à Woodbridge, et fait une révélation saisissante qui montre que l’industrie de l’avortement sait ce qu’elle a à
perdre. La directrice d’une clinique devant laquelle se déroule la vigile a dit au reporter que le fait de voir ces gens priant à l’extérieur fait une forte impression sur les femmes qui viennent
pour un avortement. “Pour beaucoup de patientes, cela les fait changer d’opinion sur le coup : elles partent et ne reviennent plus. Et cela se passe très souvent” ».