40 Days for Life : les premières menaces…

Download PDF

Je ne veux pas parler ici des menaces verbales ou physiques dont font l’objet quotidiennement les dizaines et les dizaines de milliers de militants pour la Vie qui participent à la campagne
d’automne de 40 Days for Life. Ils y sont accoutumés, et je dirai même que les insultes, les crachats, les jets d’objets divers ou les coups qu’ils doivent supporter contribuent à les
configurer au Christ : « Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous,
soyez dans l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux ! C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. »
(Matthieu, 5,
11-12)
.
Les menaces que je veux aborder aujourd’hui sont des menaces d’ordre légal.
À l’initiative de Vi Daley, membre du conseil municipal de Chicago, ce dernier a inscrit à l’ordre du jour de son comité chargé d’étudier les décrets municipaux un projet visant à créer
une « bulle » d’exclusion de 50 pieds (15 m) autour des avortoirs pour les militants pro Vie qui viennent y prier ou dialoguer avec les femmes qui s’y rendent, alors que dans la législation
actuelle les pro Vie peuvent se réunir sur ce qui relève de la voie publique (trottoirs, parkings, etc.). Ce projet de décret municipal a été discuté le 30 septembre et prévoit une amende de 5
000 $ pour toute infraction constatée… Le comité, dans son audience publique, a écouté (très brièvement) les partisans pro Vie et (très longuement…) Planned Parenthood et d’autres membres
du lobby pro mort dont le Family Planning Associates qui a explicitement déclaré que ce décret était indispensable pour contrer les agissements de 40 Days for Life !
Ce projet de décret s’inspirer d’un texte équivalent adopté par l’État du Colorado mais qui, lui, a créé une zone d’exclusion de 100 pieds (30 m), décision confirmée comme constitutionnelle en
2000 par la Cour suprême des États-Unis…
Le Conseil municipal devait en décider hier vers 17 h, mais nous n’avons pas encore les résultats de cette délibération. J’y reviendrai.