Burke_810_500_s_c1

Cardinal Burke: la relation d’étape du synode romain sur la famille est un « manifeste », non un rapport

Download PDF

Très intéressant entretien du cardinal Burke dans The Wanderer où le patron de l’Ordre de Malte évoque les questions qui ont secoué le dernier synode romain sur la famille. C’est aussi l’occasion pour le cardinal d’apporter quelques précisions doctrinales. Le cardinal qualifie la relation d’étape de « manifeste » destinée à réveiller les pères synodaux, et non de relation ou de rapport. Le cardinal note également que le rapport d’étape « n’avait pratiquement aucun fondement dans l’Écriture Sainte ou dans le très riche enseignement du Magistère de l’Église sur le mariage ». Le cardinal apporte également quelques précisions sur le développement du dogme, concept un peu trop facilement invoqué, mais réellement incompris, qui justifierait certaines évolutions. À juste titre, le cardinal souligne que le développement du dogme ne conduit pas à une altération de la doctrine, mais seulement à son approfondissement. Des propos éclairants et bienvenus.

Quelques extraits de cet entretien (en anglais):

The very disturbing midterm relatio, which I have openly said was not a relatio or report but a manifesto, served to wake up the Synod Fathers to an agenda that was at work which touches upon the truth about marriage. In the period between the midterm report and the final relatio, the small groups worked very diligently to try to repair the serious damage done by the midterm relatio — and much progress was made.
For example, the midterm relatio had practically no foundation in Sacred Scripture or the extremely rich teaching of the Church’s Magisterium on marriage — even if one considers only St. John Paul II’s Familiaris Consortio [his 1981 apostolic exhortation “On the Role of the Christian Family in the Modern World”].

(…)

The “development of doctrine” means that the truths of the Faith, which remain unchanged and are unchangeable, experience a deeper understanding in the Church. In other words, the Church can deepen her appreciation of such truths as, for example, the indissolubility of marriage and the Real Presence of Our Lord in the Holy Eucharist. Technically speaking, the doctrine does not develop — it remains the same.

La traduction en français de l’entretien peut être lue ici.

7 comments

  1. toto

    Et oui, le cardinal Burke est catholique, lui. Il doit bien se sentir seul au Vatican. Enfin, il ne doit plus loger au Vatican. C’est peut être mieux pour sa sécurité.

  2. Bayard

    Développement et Explicitation du dogme sans changer la doctrine immuable de l’Eglise du Christ : que de mots durs à entendre pour une église majoritairement « protestantisée! »…

  3. Goupille

    Quelle époque formidable, dans laquelle chacun, en tous domaines, est obligé de se bricoler un semblant de vérité, un semblant de cap, un semblant de phare pour éviter le naufrage…
    C’est beaucoup demander à la Créature lambda perdue au milieu d’une Chrétienté résiduelle.

    Et si le Vatican même dérive dans l’idéologie, où allons-nous ?
    Certes, nous savions. Mais chaque manifestation nouvelle renforce l’angoisse de nous autres, pauvres pékins.
    Le tout sur fond d’islam en nos murs…

    In memoriam : Constantinople !

  4. apobrod

    Ce cardinal ultraconservateur, antipape François, est une honte pour l’Eglise et pour les « pauvres »!!!
    Mais « ceux qui se croient dehors de l’Eglise, sont dedans et ceux qui se croient dedans, sont dehors… »
    La justice Divine se chargera de cela…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *