IMG_6851

Consécration du nouvel autel de l’église Saint-Jean-Baptiste de Grenelle (Paris)

Download PDF

IMG_6865

Dimanche 21 décembre 2014, le nouvel autel de l’église Saint-Jean-Baptiste de Grenelle (15ème arrondissement de Paris) a été consacré devant une assistance nombreuse de plus de 700 fidèles. L’église était comble pour l’occasion. La cérémonie s’est déroulée en présence du cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, de quelques évêques, auxiliaires ou émérite, ainsi que du clergé. Dans une très intéressante homélie, l’archevêque de Paris est revenu sur une formule de récents théologiens, « nous faisons Eglise », qu’il a jugée peu appropriée. Des reliques de la Sainte-Croix et de Sainte-Cécile figurent dans le sépulcre de l’autel. On pouvait également reconnaître Mgr Soubrier, évêque émérite de Nantes (de 1996 à 2009) et ancien auxiliaire de l’archevêque de Paris (de 1988 à 1996), ou Mgr Gollnisch, directeur de l’Oeuvre d’Orient, nouveau chanoine de Paris et ancien curé de la paroisse, mais également le député-maire du 15ème arrondissement, Philippe Goujon, ou Jean-François Lamour, député de la 13ème circonscription de Paris (en raison du récent découpage électoral, la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Grenelle est désormais sur le terrtoire de la 13ème circonscription législative de Paris). Riposte catholique se réjouit de la qualité du mobilier liturgique (autel en pierre, et non plus en bois) et de la bonne entente qui peut exister entre le clergé parisien, les autorités publiques et les entrepreneurs pour la mise en place de cette pièce importante (à l’image du Christ, la pierre d’angle). Deo gratias !

6 comments

    • Jean-Marie Vaas
      Author

      Il y a effectivement un autel derrière. Rien n’exclut qu’il puisse jouer un rôle à l’avenir. Pour information, le nouvel autel en pierre a remplacé l’autel en bois, ce qui constitue un progrès par la mise en place d’un mobilier plus cohérent avec les lieux. Mais on peut aussi envisager que les célébrations dos au peuple se fassent sur le nouvel autel. Cela existe dans certains lieux de cultes adaptés à la forme ordinaire du rite romain, mais utilisés pour des célébrations selon sa forme extraordinaire. Cette possibilité serait parfaitement en cohérence avec l’histoire de la liturgie: célébration jusqu’au Moyen Âge dans la nef, mais évidemment face à Dieu (l’existence du face au peuple est contestée et ne semble avoir existé que de manière occasionnelle, mais non intentionnelle).

      • toto

        Des autels gothiques anciens et baroques sont aussi en bois. Ce n’est pas la matière, mais la forme que l’on donne à l’autel qui a une signification liturgique. Avant d’être une table c’est le lieu du sacrifice.
        Il est tellement difficile d’admettre que les nouveautés liturgiques ont fait disparaître le sens du sacré, tari les vocations et vidé les églises? 70 ans d’erreurs obstinément maintenues contre toute évidence, cela ne suffit-il pas? Faut-il massacrer les congrégations religieuses qui ont fait la démonstration de cette évidence? (Je pense aux Franciscains de l’Immaculée, que presque personne ne plaint en ce Noël, soi-disant de miséricorde)

  1. olga

    Cardinal TROIS sont consapovele que je suis toujours en colère , mais je n’ai pas pratiquant de catholique pratiquant BEAUCOUP je me tais , parce que , dit-il les corrompu et corrupteur lecture alors ses homélies conclure que eLLE prêche bien mais Razzola mauvais, en fait son secrétaire l’abbé Pascal Thuillier , je considère > voyous > d’avoir plagié ma tante la marquise de Yolande Argenge Lafue 92 ans pour lui voler de ses actifs estimés à plusieurs millions d’euros , est en fait connu que depuis cette pseudo Priest et de voir que ( comme on dit ici , nous avons vu qu’il y avait une  » petite vieille dame de lait avez-vous mettre fin à tous ses proches et ses amis ( nous avons des témoins ) et ceux de 3 ° par la soussignée que le seul vrai documentables et neveu le cardinal vit son comportement envers nous ( ma femme et moi ) en refusant de nous recevoir pour clarification , il est clair sa complicité devenant ainsi le  » BURRATTINAIO  » de la  » MARIONNETTE  » abbé Pascal , pour la cupidité du pouvoir et de l’argent vil ( comme Judas Iscariote qui a vendu notre Seigneur Jésus ») , je suis d’avis que les  » bugs  » comment vous devriez être éliminés parce qu’ils infestent l’Église et à apporter les foreurs qui croit en elle cette période doit être une lettre de mon PAS CONTRE l’Église , mais seulement pour un des éclaircissements sur VERITA

  2. paul

    Le changement de sens des autels a dû être conçu pour que le célébrant soit face au peuple : de pasteur, d’humble ministre du Christ, guide vers la contemplation, l’adoration des saints mystères, il devient, sans doute inconsciemment, le « professeur », le personnage principal de la célébration. Or la messe n’est pas un cours de cathéchisme et il n’y a pas de personnage principal, il y a Dieu qu’on vient prier, célébrer, adorer. Venite adoremus.

    Les grands architectes chrétiens ayant construit les beaux autels anciens se retournent dans leurs tombes – seraient-ils « morts » à la Vie éternelle?

    Le véritable face à face, c’est l’homme face à son Dieu et non pas l’homme face au célébrant.

  3. JEAN-PIERRE

    Et sans doute sans crucifix mi cierge de chaque côté, comme à Notre-Dame et sans doute ailleurs, mais une chose me tracasse, pourquoi lors de Vêpres solennelles et célébrations catholiques d’un autre rit, la Croix est mise et de chaque coté des cierges, mais vite enlevés après ces cérémonies pour faire place au célébrant (face au peuple),
    Et pourquoi faire de petits autels, plus que ridicules….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *