Entretien Mgr Burke/Randall Terry : la controverse

Download PDF

J’ai donné hier quelques aperçus du contenu de l’entretien accordé par Mgr Raymond Burke, archevêque émérite de St. Louis et préfet du Tribunal suprême de la signature apostolique, à
Randall Terry, le militant catholique pro vie américain qui fonda et dirigea pendant de nombreuses années Operation Rescue.
Mgr Raymond Burke est revenu hier, non tant sur la teneur de ses propos, que sur l’usage qui en a été fait.
Je crois honnête de donner ici l’essentiel du communiqué que Mgr Burke a fait paraître hier, suite à la diffusion de son entretien au National Press Club de Washington par
Randall Terry.

« Malheureusement, M. Terry a utilisé cette vidéo à une autre fin que je trouve des plus discutable [1].
Premièrement, M. Terry a fait paraître un communiqué de presse qui a donné l’impression que je serai physiquement présent à la conférence de presse au cours de laquelle a été diffusée la
vidéo, alors qu’en fait j’étais à Rome.
Deuxièmement, on ne m’a jamais précisé que cette vidéo ferait partie de cette conférence de presse.
Troisièmement, j’ai accordé cet entretien en qualité l’évêque des États-Unis pour encourager les personnes engagées dans un ministère pour le respect de la vie, et non comme préfet du Tribunal
suprême de la signature apostolique.
Quatrièmement, on ne m’a jamais précisé que cette vidéo serait utilisée comme outil dans une campagne de critique sévère contre certains de mes confrères évêques, en ce qui concerne l’application
du canon 915 du Code de droit canonique.
Si j’avais su la vraie raison de cet entretien, je n’aurais jamais accepté de l’accorder.
Je suis vraiment désolé de la confusion et du mal que cet usage fautif de la vidéo a causés à quiconque, et en particulier à mes frères évêques ».

[1] Je n’ai pas le communiqué intégral. Ce qu’en rapporte la presse, et qui commence avec ce « Malheureusement » laisse entendre qu’un commentaire précède
où l’archevêque doit préciser la fin pour laquelle il a accepté cet entretien.

2 comments

  1. Jean

    Cela fait mal de voir ca.
    Voila comment on risque de tuer cette juste lutte pour la vie.
    Nos manieres a nous, « pro-vie », ne sont pas toujours droite.
    Cela en est un bon exemple.

  2. Jacques

    Il est sûr que Mgr Burke est trop lié avec certains de ses confrères américains et il a été en quelque sorte « piégé ». Si Terry Randall avait dénoncé certains évêques Français, sa mise au point aurait probablement été plus « soft ».
    Il n’en demeure pas moins que les personnes nommément désignées dans le rapport sont en état permanent de désobéissance au Pape et à l’ Eglise, causant un scandale iindéniable parmi les Catholiques américains (et autres). Suite à la réaction de mgr Burke, doit on dresser un constat d’impuissance? Ou bien le Pape va-t-il passer outre et prendre les décisions qui s’imposent? Je pencherai plutôt pour la seconde hypothèse, acr notre Saint Père est décidément l’antithèse du « politiquement correct ».
    Si la première hypothèse l’emporte, ce serait vraiment dramatique pour l’Eglise, La confusion serait absolue et le règne du « faites ce que je dis, pas ce que je fais » ou du « il y a des accomodements possible avec le Ciel » deviendrait généralisé.