Jugement sans nuance de Christine Pedotti sur les vocations sacerdotales dans l’Eglise

Download PDF

Christine Pedotti, rédactrice en chef du site Témoignage chrétien, qui continue la revue du même nom longtemps publiée sous format papier, exprime ses plus vives réserves à l’égard de Jean-Paul II, parlant d’« autocratie médiatique ».  Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne fait pas dans la nuance ! Petit florilège: « son bilan est plus que mitigé » (Christine Pedotti n’ose dire qu’il est négatif, ce qui eût été plus franc de sa part…), « l’hégémonie médiatique du pape, et la production compulsive de textes normatifs, catéchismes et encycliques ont stérilisé la pensée théologique, détruit les structures intermédiaires en transformant les évêques en préfets, et les professeurs en répétiteurs », etc. Christine Pedotti n’est pas tendre sur différents aspects du pontificat de Jean-Paul II. Les JMJ ? Elles « ne sont au bout du compte que des feux de paille ». Etc. Mais il est une accusation qui nous surprend: celle portée sur les vocations sacerdotales. Citons la phrase qui mérite d’être commentée: « quant aux vocations sacerdotales, elles sont en voie de disparition, partout où elles ne sont pas synonymes d’ascension sociale. » Qu’il existe effectivement une raréfaction des vocations est une chose. Mais dire, de façon générale, qu’elles sont « en voie de disparition » en est une autre: c’est un peu réducteur, car il existe des pays dans lesquels les vocations restent nombreuses. L’affirmation mériterait donc d’être nuancée. Enfin, il est un grief plus scandaleux: celui selon lequel les vocations « sont… synonymes d’ascension sociale » lorsqu’elles ne disparaissent pas. Pour Christine Pedotti, la situation est binaire pour les vocations: il y a soit raréfaction (ce qui se défend), soit promotion sociale (ce qui peut être vrai dans certains cas). Mais peut-on affirmer que cette situation est aussi binaire que cela ? Il existe des vocations sincères, non fondées sur des raisons de prestige sociologique, mais, tout simplement, par désir de suivre le Christ. Comment porter une accusation aussi grave alors que les futurs prêtres savent qu’ils ne fuiront les honneurs humains, renonceront à certaines choses de ce monde, comme la fondation d’un foyer ? C’est une accusation grave qui démontre comment est perçue la sainteté par certains cénacles intellectuels. Cette sainteté reste présente dans une Eglise, certes fragile, mais toujours soucieuse de servir son divin maître…

Jean-Marie Vaas

5 comments

  1. Philomène

    Les propos de C.Pedotti sont excessifs pour tout: St J.P II n’exerçait pas de dictature dans l’église, les JMJ ne sont pas du tout un feu de paille mais un très bel événement qui marque la jeunesse. En ce qui concerne les vocations, être prêtre en Europe n’est plus du tout une ascension sociale comme aux siècles précédents, mais çà l’est encore dans beaucoup de pays où le clergé bénéficie d’un certain prestige, et beaucoup de prêtres ainsi que des religieuses des pays pauvres demandent à venir en Europe pour vivre mieux et ne veulent pas retourner dans leur pays, alors que des prêtres européens demandent à y aller.

  2. gaudet

    Madame Christine Pedotti n’est qu’une journaliste, dont la vocation est de présenter des informations pertinentes à un public de lecteurs. En l’occurrence le texte effectivement ne s’inscrit pas dans cette fonction journalistique essentielle , mais dans celle d’une espèce de censure ou de jugement, d’autant plus illégitime que d’après ce qu’on a pu comprendre, Madame Pedotti n’est pas réellement chrétienne pratiquante et croyante, et donc bien mal placée pour exprimer des positions, fort hasardeuses sur l’Eglise et ses papes;

    Je ne me situe pas dans la conscience de Madame Pedotti pour connaitre ses convictions ou plutôt absences de convictions religieuses profondes ( quelqu’un pourra m’informer d’avantage sur ce sujet ! ) Mais je suis ébahi et ulcéré de constater que des non catholiques pratiquant et croyant , poussent l’inconscience et l’audace vraiment déplacée et franchement ridicule, pour proférer des jugements très hâtifs et imprudents sur notre Eglise catholique , sa vie interne , et le contenu de sa foi.

    Par ailleurs alléguer purement que le sacerdoce , ne se traduit pas par une ascension sociale, met en lumière le complet aveuglement de cette  » journaliste » concernant la nature profonde du statut de prêtre catholique!
    Le saint curé d’Ars, Saint Jean Marie Voynet s’est il réellement tourné vers la prêtrise pour accomplir une ascension sociale, lui dont la vie ne fut qu’une succession de sacrifices personnels, pour le salut éternel de tant de personnes retournant à Dieu ?

    Voilà donc une question fort pertinente que l’on pourrait sans réticence poser à la dénommée Christine Pedotti, qui s’ingénie à à s’enfoncer dans son verbiage nul, absond et sans consistance , au risque de porter atteinte à l’image de la profession, dont elle est censée se réclamer !

  3. Shimon

    Les féministes à moustache ne peuvent évidemment admettre ni comprendre la dévotion mariale de Saint Jean-Paul II.
    Le culte de la Vierge est d’abord celui d’une mère, ce qui est inacceptable pour les pédophobes visant à une a-pédie absolue. Ce qu’il faut éliminer au profit du plaisir sans lendemain, c’est l’enfant.
    Un pape qui se veut le pape de la famille (mot horrible à bannir) ne peut être que dans l’erreur fatale qui demande une réinitialisation du système.
    Shimon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *