croix

La Croix, journal militant et désinformateur sur le synode (et autres)

Download PDF

On ne compte plus les piques et caricatures, voire désinformations, lancées par La Croix contre les cardinaux qui défendent l’enseignement constant et traditionnel de l’Église. Parfois, cela prend la forme piques apparemment anodines, mais bien caricaturales. Mais cela revêt souvent la forme de la désinformation. La dernière en date est celle opérée  contre le cardinal Erdö: un journaliste se permet, sur son compte Twitter, de rapporter des rumeurs selon lesquelles le pape aurait désavoué le cardinal Erdö (voir la première image en dessous), qui ne veut pas de la communion des divorcés remariés. Du moins sous sa mouture kaspérienne. Ces rumeurs seraient lancées par la conférence épiscopale allemande. La Croix fait tout pour que le pape apparaisse comme du côté des « novateurs » (au passage, nous n’avons jamais tu notre perplexité sur certains gestes de l’actuel pontificat). Hélas. Pourtant, le pape, dans son intervention du 6 octobre 2015, a appelé à aborder d’autres questions, tout en défendant l’organisation des débats et ne précisant que la doctrine de l’Église ne serait pas modifiée (peu importe ses intentions, sa pensée réelle). La Croix aurait pu donc rappeler que le pape voulait rassurer les prélats inquiets par les évolutions proposées, et pas seulement le fait qu’il cherchait à corriger le cardinal Erdö. On appelle cela une présentation militante et tendancieuse.

Maillard 1Maillard 2

Mais le quotidien passe totalement sous silence (silence même sur l’intervention tout court: voir la deuxième image au-dessus) le fait que l’intervention du cardinal Erdö a été remarquée et qu’elle a bien donné le ton pour la première journée des débats synodaux, ne serait-ce que parce qu’elle est théologiquement solide. Cela n’a pas échappé aux pères synodaux. Pour Mgr Kurtz, président de la conférence épiscopale des États-Unis d’Amérique, l’intervention du cardinal Erdö est « un bon résumé et donne une bonne et substantielle direction ». Des pères synodaux ont même affirmé que le discours était bien structuré. La seule parade des détracteurs est de mettre en avant les évêques allemands et de laisser entendre que le cardinal a été désavoué… Est également tu le fait que le cardinal Kasper est resté de marbre quand le cardinal Erdö a parlé… La Croix ne dit rien sur le possible désaveu des thèses kaspériennes.

Sarah

Il y a quelques jours, le cardinal Sarah, était décrit comme un cardinal « tourmenté », inquiet du fait que l’on cherche à modifier la doctrine constante de l’Église (voir l’image au-dessus). Le cardinal guinéen est certainement opposé au changement qui, théologiquement, est impossible. Mais, en suivant le cardinal Sarah, on n’a nullement impression qu’il est aux abois, telle une bête traquée et à court d’arguments… Mieux: son livre a récemment été préfacé par l’ancien secrétaire du pape Benoît XVI, Mgr Gänswein, dont les termes sont particulièrement élogieux. Citation de l’ancien collaborateur de Benoît XVI: « aujourd’hui, au fond, c’est la même tentation à laquelle le cardinal Sarah s’oppose seul, sans fard et sans crainte… » (Cf. La nef, octobre 2015, p. 13) Oui, vous avez bien lu ! Sous Paul VI, Mgr Lefebvre n’a jamais eu droit, par exemple, à une préface de l’ancien secrétaire de Jean XXIII, Mgr Loris Capovilla…

Petit extrait de l’article de La Croix:

Hormis ces prises de parole tous azimuts, ne devant pas excéder trois minutes chacune, et au-delà de la question précise des divorcés remariés, la division de fond qui resurgit parmi les pères synodaux, oppose, comme l’an dernier, ceux pour qui les menaces sur la famille dans les sociétés appellent une claire affirmation de l’enseignement de l’Église en la matière et ceux pour qui ces changements de société exigent de changer de langage et d’approche, au risque sinon de devenir inaudibles et de faire apparaître l’Église telle une secte.

Lundi soir, les évêques allemands au Synode ont tenu une conférence de presse avec leur président, le cardinal Reinhardt Marx, pour redire qu’il était impossible que deux ans de débat ne débouchent sur aucun changement.

Première remarque : les positions des partisans de la doctrine traditionnelle sont caricaturées. Leur risque est « de faire apparaître l’Église telle une secte ». Deuxième remarque: on souligne rapidement l’opposition des évêques allemands qui ont fait savoir qu’ils désirent le changement. Rien n’est dit sur les cardinaux et évêques opposés à ces changements. Pourtant, ils ont autant d’importance – sinon plus – que les représentants d’une Église matériellement riche, mais spirituellement effondrée… Quant aux évêques polonais, leur opposition nette est passée sous silence. Ils se sont pourtant exprimés. Ont-ils droit à moins de considération que leurs homologues d’outre-Rhin ? Périphérie en deça (du Rhin), centre au-delà (du Rhin)…

Une semaine avant, le cardinal Burke était à peine caricaturé dans ses conférences qui se sont déroulées à Paris: le cardinal est fatigué, jette insidieusement la Croix:

visiblement fatigué, le prélat de 67 ans n’a pas répondu aux questions du public, se contentant de dédicacer quelques exemplaires de son ouvrage.

Pourtant, le cardinal a pu échanger lors des différentes séances de dédicaces, que ce soit à Sainte-Odile (Paris) ou à l’institution Saint-Pie X (Saint-Cloud). Par ailleurs, il ne semble pas que le cardinal Kasper soit aussi en forme que le cardinal Burke lorsqu’il s’exprime… Au passage, l’intervention du cardinal Kasper aux Bernardins semblait pompeuse, portée par un français bien plus approximatif que celui du cardinal Burke. On n’a jamais lu, contre les « novateurs », des piques de cet acabit, de ce niveau… Bien au contraire, ils sont ménagés et crédités de toutes les auréoles. Certainement de futurs pères (ou docteurs) de l’Église !

La Croix se comporte comme un journal purement militant, ne prenant pas la peine de critiquer les prises de position en faveur de l’accès des divorcés remariés à la communion eucharistique. On aimerait un peu plus d’honnêteté de la part d’un organe de presse, dont nous constatons aisément qu’il désinforme. Peut-être parce qu’il milite pour la réforme « franciscaine », histoire de bien se venger du pontificat précédent… On retrouve dans La Croix les mêmes insinuations, les mêmes silences, les mêmes caricatures et le même militantisme qui figurent dans une certaine presse progressiste depuis 50 ans. Ce sont les mêmes procédés qui ont abouti, en France, à l’éradication d’un catholicisme qui s’inquiétait de l’affaiblissement de la foi. Nous demandons à La Croix plus d’honnêteté. Sur Riposte catholique, nous avons toujours cherché à donner une image fidèle de la réalité, sans mettre sous le boisseau notre foi.

21 comments

  1. Observateur

    Très bon article, trop rare dans la presse catholique. Evidemment, il ne faut pas tomber dans le piège de nos adversaires et donner l’impression de ne plus exister que « contre » quelquechose. En revanche, la dénonciation des techniques perverses est nécessaire pour éclairer les braves gens.

    Par exemple, une analyse systématique des arguments échangés lors du débat Mgr Aillet / Mgr Vesco serait intéressante. A titre d’exemple, Mgr Vesco affirmait dans un même souffle : « il faut partir de la réalité. Aujourd’hui, Jésus ne dirait plus ça ». C’est drôle de se baser sur le principe de réalité, et enchainer deux propositions qui montrent qu’on est dans la subjectivité la plus totale. Fin de la digression.

    Une réserve, même si on peut éprouver de l’impatience. Ecrire que les progressistes seront « Certainement de futurs pères (ou docteurs) de l’Église ! ». S’il vous plait, ne tombez pas dans le piège schismatique de jeter le bébé avec l’eau du bain. Sainte Hildegarde, Saint Bernard, Saint Jean de la Croix, Sainte Thérèse … ne méritent pas d’être comparés aux hérétiques. Laisser croire qu’un jour par un jeu de pouvoir des hérétiques puissent être érigés en exemple induit nécessairement à penser que dans le passé l’Eglise a honoré n’importe qui. A ce jour, ce n’est pas vrai. Et tant que l’Esprit Saint sera vivant (ça peut durer longtemps), ce ne sera pas vrai. Ne tombons pas dans le jeu de nos adversaires de séparer l’Eglise « institution » comme ils disent, de l’Eglise voulue par Dieu. C’est une seule et même Eglise catholique.

    • Jean-Marie Vaas
      Author

      Une réserve, même si on peut éprouver de l’impatience. Ecrire que les progressistes seront « Certainement de futurs pères (ou docteurs) de l’Église ! ». S’il vous plait, ne tombez pas dans le piège schismatique de jeter le bébé avec l’eau du bain. Sainte Hildegarde, Saint Bernard, Saint Jean de la Croix, Sainte Thérèse … ne méritent pas d’être comparés aux hérétiques. Laisser croire qu’un jour par un jeu de pouvoir des hérétiques puissent être érigés en exemple induit nécessairement à penser que dans le passé l’Eglise a honoré n’importe qui.

      Ma remarque était purement ironique: il ne fallait pas la lire au premier dégré !

  2. alain blaise

    Croyez-vous que l’Ecriture parle en vain ? Que chacun réponde et réfléchisse à cette question de notre père JACQUES ( Jacques 3, 5 ). La Croix a certainement été à un moment de son histoire un journal d’inspiration catholique . De nos jours ce n’est plus qu’un repaire d’authentiques modernistes se conduisant en vrais ennemis de la Croix du Seigneur ( Philippiens 3, 18 -19 ). Comme le dit l’Apôtre Saint PAUL , leur fin sera la perdition .Ils se servent du nom du Seigneur et de sa Croix pour mentir ( Psaume 139 ,20 ) , pour servir leur maître le menteur , le meurtrier. On comprend mieux les Ecritures quand on les regarde , Saint PAUL ne nous a-t-il pas parlé du danger des faux-frères ( 2 Corinthiens 11 , 26 ) car à la suite des Saints BERNARD et PIE X , je déclare que ce sont , ces journalistes de « La Croix », de faux catholiques qui répandent un venin pour la perdition des âmes rachetées par la CROIX de Notre SEIGNEUR.

  3. Charlemagne

    Le chemin du Synode est difficile. Les thèmes abordés également. Il faut prier pour que le Saint Esprit vienne illuminer la réflexion commune des cardinaux et surtout celle de Sa Sainteté le Pape. Enfin il ne faut pas donner plus de pesanteur et d’intérêt aux interprétations journalistiques de certains plumitifs. D’ailleurs s’ils avaient été plus souvent à Rome, se recueillir le soir venant au moment des Vêpres dans le silence de ses nombreuses et belles églises, ils auraient certainement senti croître en eux la sagesse de la modération, de la retenue et de l’intelligence. Un don qui est tout le contraire de la diatribe militante.

  4. Michel G.

    Heureusement, en 2015, nous avons des blogs comme le vôtre qui, s’ils disposent de moins de moyens que la presse subventionnée par nos impôts, jouissent d’une grande crédibilité auprès d’un public qui s’élargit de jour en jour.

    Soyez sincèrement remerciés pour votre oeuvre salutaire en faveur de l’Eglise!

    • Féru

      Oui, prions que ces sites de réinformation aient de plus en plus d’audience ! Il y en a quelques uns et partout la même tristesse de catholiques déçus, mais tous s’engagent à tenir ferme avec l’appui divin.

  5. Marguerite

    Je suis abasourdie :

    Monseigneur Vesco prétend que « aujourd’hui Jésus ne dirait plus ça »!!!!! Les bras m’en tombent ! Jésus nous a présenté un enseignement universel et perpétuel, pour les siècles et les siècles !
    C’est à nous, Chrétiens, de nous conformer aux Commandements et à l’Evangile ! Et non de suivre la « réalité » !!!!
    Satan progresse de jour en jour et se sert de ceux qui devraient rester fermes dans la foi et nous guider et nous encourager à suivre les préceptes du Seigneur.
    Monseigneur Lefebvre avait raison ! Son œuvre est magnifique. Il fut seul contre tous ! Merci, Monseigneur de nous avoir montré la vraie Voie …

    • Observateur

      C’est le Christ qui est mort pour nous, pas Mgr Lefebvre. Les prêtres pardonnent au nom du Christ (pas de Mgr Lefebvre), et consacrent l’eucharistie, vrai corps du Christ (et pas de Mgr Lefebvre). Quant à la Voie, le Christ s’est fait obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la Croix, et pourtant il était condamné injustement. Saint Athanase, sainte Jeanne d’Arc, saint Padre Pio… condamnés injustement se sont soumis. La rébellion se drape toujours dans la vertu (voyez toutes les hérésies précédentes) et porte toujours de mauvais fruits. Depuis le motu proprio de 2007, la fraternité Saint-Pie X n’a plus de raison légitime d’exister. S’ils veulent mener le bon combat, et il y en a de féroces à mener, qu’ils rejoignent ceux qui les mènent dans les paroisses. Il s’agit de reconquérir notre héritage, pas de fonder ou de pérenniser les solutions de secours (ou alors c’était bien un schisme…).

  6. Maurice

    La Croix se comporte comme un journal purement militant …

    Le tout est de savoir de quoi il est militant ?
    Sûrement pas catholique en tout cas !

    Le titre est actuellement largement hors sujet, il n’a plus rien à voir avec ce qu’il fait penser ; s’il est une croix, c’est pour les fidèles et ecclésiastiques de la tradition qui la traîne comme un boulet.

    La curie romaine est comme un fruit cueillit pas mur : beau à l’extérieur, pourri à l’intérieur, le cas de ce prêtre -sodomite qui vient de déclamer son état pervers est un exemple flagrant de ses Mgr qui ne sont catholique que par ambition comme le sont des personnes entrant dans une société par ambition de s’élever dans l’organigramme du pouvoir et peut importe le moyen pour y arriver, tous les crocs en jambes faisables sont faits. (le problème c’est qu’il ne peuvent pas changer de société, quoi que … je les pense capable de tout ou presque)

  7. garmon

    Très bonne critique du quotidien catholique officieusement officiel et qui devient très ringard.
    Je n’achète jamais la Croix.
    Je la lis avec intérêt, mais avec esprit critique.
    A la veille du vote de la loi Viel, en 1974, ils étaient pour ce vote (moindre mal). Pour ne pas perdre trop de lecteurs, ils laissent un peu de place à la saine doctrine, mais ils ont leurs têtes.

    Ils ont été très modernes dans leurs technique à la fondation mais très antidreyfusards (cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Croix). La Croix est un bon reflet de ce qu’on peut appeler le catholicisme de France. Présent a essayé de se présenter comme l’autre quotidien catholique mais je le lis trop rarement pour savoir où les choses en sont.

    Dieu vous garde

    Garmon

  8. Léa

    Voilà des décennies que LA CROIX enfume ses lecteurs et les emmènent à leur perte, les lecteurs qui suivent à la lettre ce journal se retrouvent désemparés.
    Ce genre de publication comme LA VIE (anciennement catholique) n’est pas très virulente sur le sujet de nos adolescents perdus qui partent en Syrie, mais sont extrêmement méchants au sujet de nos paroisses de tradition qui dispense un vrai catéchisme pour les jeunes.
    Le voilà le problème, si les jeunes avaient un catéchisme de qualité ils seraient bien plus heureux dans leur pays et n’iraient pas chercher une raison de vivre ailleurs!
    Voilà ce que nous attendons de ces publications dites « catholiques »

  9. A.F

    LaCroix est un torchon gauchiste. Pour je ne sais quelle raison, je l’ai reçu dans ma boite aux lettres gratuitement pendant quelque temps. J’ai tenté de le lire le premier jour et les jours suivants j’ai mis le journal encore sous film plastique directement à la poubelle (verte).

  10. Hervé Soulié

    Oui, c’est un peu décevant de la part de « La Croix ».
    En fait ce quotidien est un média moderniste, mais qui dissimule cette posture derrière un discours apparemment objectif.
    C’est aussi ce qu faisait le journal « Le Monde » jusqu’à ces dernières années, mais maintenant, ce dernier a jeté le voile et s’affiche socialiste.
    Cela augure mal de l’avenir de « La Croix »…..

  11. BMN

    la croix, qui m’abonne actuellement gratuitement pendant qqs semaines, m’a téléphoné la semaine dernière pour me draguer : je leur ai dit que je trouvais leur journal ‘mondain et conformiste’ ; l’interlocutrice au bout du fil était sidérée, elle n’a pas insisté …mdr

  12. Anne Lys

    Tout ce que vous dites est parfaitement exact. Et pourtant, je ressens une certaine gêne : ne risquons-nous pas de tomber dans ce que nous reprochons à juste titre à bon nombre de « catholiques modernistes » qui ne peuvent cacher leur aversion, je dirai même leur haine à l’égard des Catholiques qui ne partagent pas leur conception du Catholicisme ?

    Ce qui est d’autant plus étrange qu’ils prêchent une tolérance généralisée et même un amour universel, qui englobe non seulement les Chrétiens non catholiques, mais toutes les religions, y compris l’islam, et tous les humains, y compris les pécheurs publics, les criminels considérés comme victimes plus que coupables, bref le monde entier, à la seule exception des Catholiques qui ne pensent pas comme eux.

    Mais nous qui pensons qu’on peut haïr le péché sans haïr le pécheur, l’erreur sans haïr ceux qui se trompent, nous ne devons pas faire le même genre d’exception contre des Catholiques dont la façon de croire est très éloignée de la nôtre.

    En fait, c’est le titre qui m’a choquée, et certaines appréciations sans nul doute méritées mais qui ne sont pas indispensables. J’aurais préféré que votre article se borne à citer les faits et les citations qui conduiraient tout naturellement à ne pas considérer « La Croix » comme toujours fiable, sans risquer de lui ressembler

  13. Oui, on peut dire que, d’une certaine manière, la Croix est un journal « militant » en ce sens qu’il s’efforce de ne jamais se mouiller sur les questions de fond, c’est le plus souvent mi-figue mi-raisin. C’est surtout cela que je reproche à ce journal sans couleur et sans force. Par contre, le commentaire de Riposte est toujours fidèle à ce qu’il croit immuable, la théologie par exemple (qui n’est qu’un outil), les rites séculaires et leur forme : aucun de ces éléments n’est immuable. Seules les Ecritures sont immuables … Même dans les enseignements des Pères des 5 premiers siècles, il y a des positions qui demeurent humaines, même si la puissance de leur foi n’est jamais remise en cause. Seul Dieu est immuable, rien de ce qui est fait par les hommes, aussi saints soient-ils, n’est immuable…Distinguer l’essentiel de l’accessoire, c’est ça…

  14. Féru

    La Croix est au journalisme catholique ce que le Monde est au journalisme profane : un organe tendancieux qui déguise ses analyses sous une apparente et perfide neutralité. BMN, mondain est le juste terme !

  15. Philon33

    La Croix? Un journal a éviter pour tout bon catholique. Quant a Mgr  » Vesco son propos n’est plus celui d’un catholique mais d’un nouvel hérétique comme il y en a de plus en plus dans l’Eglise. Dire que Le Seigneur ne dirait plus les choses de la sorte est ou le propos d’un fou ou d’un hérétique. Que Mgr Vesco comprenne bien que Jésus est Le Christ, Il est Le Seigneur, il est Dieu né de Dieu, Lumière ne de la Lumière, Vrai Dieu ne du Vrai Dieu et donc ses paroles sont éternelles. « Le ciel et la terre passeront mais mes paroles ne passeront point » Matthieu 25:35
    Quiconque travestit les paroles du Christ est un ennemi du Christ.

  16. C’est maintenant que vous vous réveillez ?
    Ce journal a toujours été socialo-bobo compatible et n’a jamais été
    le porte parole des chrétiens, mais s’est fait l’instrument des politiques
    de gauche qui conduisent aujourd’hui la France dans le MUR et à court
    terme vers la guerre civile !
    Le 24 février 1962, le « journal La Croix » publiait dans ses colonnes, au
    sujet des pauvres pieds-noirs, français de souche (dont les pères
    participèrent vaillamment à deux guerres mondiales), rapatriés d’Algérie,
    souvent dans le dénuement : « […] il faut éviter de laisser notre jeunesse se
    contaminer au contact de garçons qui ont pris l’habitude de la violence
    poussée jusqu’au crime […] »
    Que pense la rédaction de cet instrument de propagande socialo-bobo compatible
    de l’envahissement de la France par des musulmans dont connaît trop bien les
    intentions futures !
    Que les « dhimmis » de « La Croix » n’attendent RIEN de nous pour protéger leur vie et leur
    famille et qu’ils pensent alors aux harkis que le gouvernement français à laissé égorger en
    toute connaissance de cause alors que ces fidèles serviteurs de la France tentaient
    de monter dans des camions de l’Armée Française pour sauver leur peau.
    Vae Victis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *