george17n-3-web

Pour Mgr Gänswein, le pape François confirmera le Magistère de l’Église sur les divorcés remariés

Download PDF

Dans un entretien donné en fin de semaine dernière, le préfet de la Maison pontificale estime, Mgr George Gänswein, ancien secrétaire privé du pape Benoît XVI, estime que le pape François réaffirmera l’enseignement traditionnel de l’Église sur l’administration de la sainte communion et sur les divorcés « remariés » civilement. Même s’il considère que ce n’est « pas la première fois » qu’un pape a essayé d’aborder cette question, Mgr George Gänswein est convaincu que le pape François « continuera sur le chemin de ses prédécesseurs – c’est-à-dire selon le Magistère de l’Église. » Le préfet entend couper court à certaines spéculations, dont celles du cardinal Kasper, relatives à l’exhortation apostolique post-synodale sur la famille, qui doit prochainement sortir. Riposte catholique s’était fait l’écho de cette orientation qui serait en continuité avec l’enseignement traditionnel de l’Église.

De même, Mgr George Gänswein a aussi rejeté les spéculations selon lesquelles le pape pourrait changer la discipline de l’Église latine sur le célibat des prêtres. Pour Mgr Gänswein, le pape est un « jésuite de l’ancienne école ». Il estime que pour le pape François, le célibat « n’est pas un obstacle, c’est un défi, mais aussi une source de force ». Il a également affirmé: « je ne crois pas que sous le pape François, il y aura un changement dans cette question du célibat ».

Sources: Deutsche Welle et National Catholic Register.

 

8 comments

  1. ans

    Le célibat n’est ni un obstacle ni un défi, c’est un fait naturel et social; naturel parce que nous naissons tous célibataires et nous mourons célibataires; social parce que les célibataires sont dans toutes les couches sociales; on ne choisit pas d’être célibataire, on l’est par naissance; la question est: pourquoi le célibat des prêtres catholiques doit-il être perçu comme un fait spécial pour détruire l’honneur de toute une Institution, la crédibilité épiscopale, la dignité sacerdotale et la foi des faibles? Au cœur du débat se trouve posée la question relative à la FOI. Les clercs qui excellent dans l’immoralité ne croient pas en DIEU. Ils ne croient pas au mystère de la foi qu’ils célèbrent; pour eux, il n’y a rien après la mort! Tel est le vrai problème, car celui qui pense qu’il y a la résurrection, le paradis après la mort, ne peut pas poser des actes abominables que nous déplorons tous au sein du clergé catholique!!!

    • Jean Ferrand

      Malheureusement, psychologiquement vous avez tort. La croyance authentique en Dieu n’empêche pas le péché, spécialement le péché de chair. Hélas ! Mais aussi place à la miséricorde.

      Je concède cependant que les clercs convaincus de pédophilie (de proxénétisme, d’homosexualité active), devraient être à jamais exclus du ministère. Je ne comprends pas qu’il n’en soit pas encore ainsi.

      Un aveu : beaucoup de laïcs ne sont pas prêtres, précisément parce qu’ils se sont sentis à jamais indignes du sacerdoce.

  2. Le mal est fait, après 2 synodes qui n’ont montré que la richesse de l’église, capable de dépenser des millions pour le vide et la division.

    Ne rien changer, le monde entier va crier : « le pape actuel doit démissionner comme son prédécesseur » !

  3. oscar1948

    Le faux débat sur le célibat des prêtres montre à quel point même les personnes consacrées éprouvent des difficultés à imiter le seigneur Jésus.
    C’est la preuve que nous sommes dans notre écrasante majorité des mineurs spirituels.
    Mais l’Eglise, institution de salut d’essence divine,
    avance au rythme impulsé par le Créateur, en dépit de quelques obstacles humains.
    Car Dieu est Dieu!

  4. TM

    Dire : « je ne crois pas que sous le pape François, il y aura un changement dans cette question du célibat » est une position faible et affaiblissante. Cela signifie qu’un autre pape, moins « conservateur », pourrait le faire.
    Or les études les plus récentes (Cocchini, Stickler, Heid, Touze) montrent qu’il se pourrait bien que la règle de la continence ecclésiastique (et non du célibat) vient des Apôtres. Certes jusqu’au XIIe siècle on admettait des prêtres mariés, mais à la condition qu’avec leur épouse ils s’engagent à vivre « en frère et sœur ». Si l’on revenait donc à un clergé marié dans l’Église latine, serait-on prêt à rappeler cette règle de toujours ? On l’a oubliée parce qu’elle s’est fusionnée (et qu’on la confond de ce fait) avec le célibat, mais cela revient à « dresser une haie autour de la Torah », et non à supprimer la règle, qui reste donc une tradition, et une tradition sans doute apostolique, comme l’affirmait déjà le Concile d’Elvire (215), le premier texte qui en parle. Si au IIIe siècle on tient sans sourciller que c’est une règle apostolique, c’est que l’opinio juris qui précède le texte écrit est bien plus ancienne. C’est selon cette herméneutique de la continuité que l’Écriture elle-même doit être interprétée.
    Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’à la même époque (XIIe s.), on revalorise le mariage comme sacrement et l’on décide de renoncer à un clergé marié (mais engagé à la continence) pour n’appeler aux Ordres que des candidats célibataires (et tenus à le rester), tandis que l’Orient dans le même temps (suite aux désordres des invasions arabes) aura renoncé et à cette règle de la continence qui était la leur aux origines, et à la règle de l’indissolubilité du mariage en admettant quoi qu’on en dise le divorce, contrairement à la parole expresse du Seigneur. Comme dirait le pape François, « Tout est lié ».

  5. En 1139, le second concile de Latran énonce par une nouvelle loi que seuls les célibataires peuvent devenir prêtres. Le Concile de Trente en 1545 valide la loi.
    Certains Apôtres du Christ étaient mariés , Simon Pierre, Philippe et Barthélémy.
    « Il y a des gens qui ne se marient pas car,de naissance ils en sont incapables; il y en a qui ne peuvent pas se marier car ils sont mutilés par les hommes; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du Royaume des cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne ».
    Matthieu 19,11,12

    Cette « loi » est écrite par des hommes au nom de Dieu et non par Dieu dans la Bible!
    On sent comme une espèce de castration à travers cette loi qui amène tôt ou tard (référence aux eunuques?) à des dérives!
    Le Christ ne se prononce pas sur le célibat de ses Apôtres puisque certains étaient déjà mariés.
    Il nous a surtout parlé à travers les Evangiles de l’amour humain et des qualités requises pour aimer.
    Faut il une loi pour l’amour? Il serait temps de dépoussiérer cette loi et laisser le choix aux prêtres qui voudraient se marier.

    Dans l’Eglise orthodoxe, les prêtres peuvent se marier avant ordination. Quant aux évêques ils doivent observer le célibat.

  6. apobrod

    Lamentable!!!! Vous croyez convaincre qui???
    Nous avons tous une expérience paroissiale, ou le curé ayant fait vœu de célibat (et non de chasteté!!!) avait soit une maitresse, soit des enfants…Alors arrêtez de nous faire la morale…Vous ne la respectez pas vous-même!!! Et c’est cela qui tue l’Eglise!!!
    Faites ce que je dis et non ce que je fais…Au nom du Christ!!! Il vous vomit lui aussi!!

    • Un autre verset célèbre est le : ne jugez point afin que vous ne soyez pas jugés; et tout le monde se la ferme et ainsi, d’hypocrisie en hypocrisie, le bateau coule. Oui, le pape fait la fête sur ce grand vaisseau qui coule.

      La question est de savoir chacun pour soi : comment puis-je survivre à ce naufrage ??????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *