report01_lourdes001_151024

Succès du pèlerinage de la Fraternité Saint-Pie X à Lourdes

Download PDF

 report01_lourdes01_151024 report01_lourdes09_151024report01_lourdes001_151024report01_lourdes04_151024report01_lourdes03_151024report01_lourdes08_151024

À Lourdes, comme chaque année, la Fraternité Saint-Pie X organise un pèlerinage de trois jours, à l’occasion de la fête du Christ-Roi. Depuis quinze ans, Mgr Jacques Périer puis son successeur Mgr Nicolas Brouwet, évêques de Tarbes et Lourdes, prêtent les basiliques, laissent résonner les grandes orgues, ouvrent les trésors d’ornements et de vases sacrés des sanctuaires qui rehaussent la beauté des offices. Ils sont loin les pèlerinages organisés par l’abbé Coache, où les fidèles devaient se satisfaire d’une prairie quand ils ne prenaient pas d’assaut les lieux saints pour y célébrer les saints mystères. L’atmopshère a bien changé et le récent octroi d’une juridiction par le pape aux prêtres de la FSSPX, dans le cadre de l’année de la Miséricorde, est une illustration, au plus haut sommet, de cette bienveillance (lettre du pape François à Mgr Fisichella datée du 1er septembre 2015).

Les rapports de force ne sont plus les mêmes. Même si quelques-uns regrettent le rassurant esprit conflictuel, le Motu Proprio de 2007 et la levée des excommunications ont ouvert, dans l’Église universelle, une ère d’apaisement, même si tout n’est pas réglé comme sur du papier à musique. En tout cas, dans la cité mariale, tout se passe désormais dans une bonne entente. Cette année, 6 000 fidèles s’étaient donné rendez-vous pour recevoir les grâces de la Vierge Marie, à la grotte de Massabielle. C’est le cas de plusieurs communautés religieuses « amies » de la FSSPX, comme les capucins de Morgon ou les bénédictins de Bellaigue, et surtout des dominicaines enseignantes, venues en nombre depuis Fanjeaux et Saint-Macaire. Enfin, plusieurs groupes de pèlerins ont participé à l’hospitalité de Notre-Dame de Lourdes pour permettre aux hommes et aux femmes de se baigner dans les piscines.

3 comments

  1. DUFIT THIERRY

    Deo Gratias la Fraternité St Pie X continue dans cette terrible crise que traverse l’Eglise à être un phare qui nous éclaire.
    Il ne faut pas se cacher que la situation de l’Eglise est dramatique et ne cesse de s’aggraver : perte de la Foi, apostasie des masses, immoralité, persécution des chrétiens, cardinaux et évêques ouvertement hérétiques . Les conséquences du libéralisme introduit par le concile continuent de faire des ravages. Le récent synode qui admet « au cas par cas » la communion aux divorcés remariés (adultère) en est une illustration. C’est l’indissolubilité du mariage qui est remise en cause.
    La Fraternité St Pie X et toutes ses oeuvres est comme un canot de sauvetage au milieu d’un immense naufrage.

  2. Marguerite

    Suis très heureuse de l’évolution des évènements. Notre Pape comprend-t-il enfin que là est la Vraie Eglise ? A Lourdes, ouverture des églises pour la Fraternité alors qu’à Rome : interdiction de célébrer une messe dans l’une de ses nombreuses églises !
    Merci, Monseigneur Lefebvre ! Quel courage vous a-t-il fallu pour résister aux tempêtes post-conciliaires ! aux critiques, aux rejets, aux moqueries, aux excommunications ! alors que vous ne faisiez que rester dans le giron de la Sainte Eglise Catholique !

  3. karr

    Oui les choses ont beaucoup évolué depuis les années ou la Fraternité était persécutée ouvertement et c’est une bonne chose dont nous devons remercier Notre-Seigneur,cependant il demeure beaucoup d’oppositions dans les rangs du clergé et de certains fidèles d’un côté comme de l’autre.
    Le Pape François est un pur produit du concile comme trop de prélats,comment accepter ce concile, et surtout l »esprit » du concile,il faut bien admettre que dans les textes il y a à revoir mais il y a des choses acceptables,ce qui est en cause est la rupture que Vatican II a provoqué,on se réfugie derrière l’autorité de ce concile pour faire tout et son contraire,l’unité de l’Eglise n’existe plus!
    Les modernistes sont sans aucun doute encore plus hostiles que les traditionalistes aux textes conciliaires!
    Il serait très certainement bon que la Fraternité obtienne un statut au sein de l’Eglise ,les évêques vieillissent bien naturellement et la question de la succession se posera de nouveau,il ne me semble pas que la « solution »de Mgr Williamson soit la meilleur ,toutefois la Fraternité doit obtenir des assurances de la part de Rome,des assurance sur lesquelles il ne sera pas possible de revenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *