IMG_5825

Synode romain sur la famille: anthologie édifiante des tweets du Père Rosica et réponse du cardinal Napier

Download PDF

Au cours de ces derniers jours, une atmosphère malsaine semble régner. Il ne s’agit pas des différents propos prévaricateurs, mais des provocations du père Rosica, assistant du Père Lombardi, le directeur du Bureau de presse du Vatican, par ses comportements sur son compte Twitter.

Dans l’un de ses messages, le Père Rosica incite les auteurs de comptes bloqués à « aller se confesser »… (Nous lui retournons l’aimable recommandation, car nous le pensons tout aussi concerné que ses contradicteurs  par ce conseil !). Le Père Rosica place aussi le synode dans la lignée de Vatican II, ce qui est son droit le plus strict, même si au bout d’une semaine, il devient difficile pour des apprentis communicants de marcher avec finesse sur la trace des prédécesseurs… En tout cas, il y a bien une volonté de provocation. Nonobstant les souhaits initiaux, il est difficile de nier l’existence d’une crise dans l’Église catholique depuis cinquante ans (baisse de la pratique religieuse flagrante dans les pays occidentaux, chute des ordinations, prévarication doctrinale, effondrement du sens liturgique, crise de la catéchèse…). Ce constat a été partagé par plus d’un théologien, y compris les Pères Congar et de Lubac, qui n’étaient certainement pas des disciples de l’école romaine… Curieusement, la crise est niée, peut-être parce que certains se persuadent qu’ils vivent des temps prophétiques…

Petite anthologie des tweets:

IMG_5920IMG_5923Rosica Vatican II

Le Père Rosica a bloqué de nombreux comptes accusant leurs auteurs de propos « grossiers et indignes ». Pourtant, il semble que le blocage ait été surtout effectué à l’égard de comptes qui s’interrogeaient tout simplement sur le silence pratiqué pour telle ou telle intervention (passage sous silence de l’intervention du cardinal Erdö, etc.). Certains s’étonnent d’une telle censure dans la mesure où ils n’ont rien dit d’insultants. On peut d’autant plus s’en étonner que le Père Rosica défend la miséricorde et le discours du pape. Chiche ? Nous invitons tous ceux qui ont un compte Twitter à vérifier « sur place » en utilisant le hashtag suivant : #RosicaBlockParty.

Rosica 2

Mais le Père Rosica s’est attiré, indirectement, par le biais d’un tweet de Salt and Light TV, la chaîne de télé dirigée et fondée par l’intéressé, une belle réponse du Cardinal Napier. Au souhait de « d’embrasser les gens où ils sont » exprimé par le Père Rosica, le cardinal sud-africain a répliqué que «  »rencontrer les gens où ils sont » sonne agréable, mais est-ce ce que Jésus fit ? Ne les a-t-il pas plutôt appelés à sortir de là où ils sont ? » Le péché serait-il passé sous silence ? A moins que certains pères synodaux se croient eux-mêmes exempts du péché originel. C’est aussi leur droit le plus strict, mais il ne faut pas en nier les (terribles) conséquences…

Napier Rosica

4 comments

  1. jejomau

    1) LETTRE AUX ÉVÊQUES DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE SUR L’ACCÈS À LA COMMUNION EUCHARISTIQUE DE LA PART DES FIDÈLES DIVORCÉS-REMARIÉS :

    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19940914_rec-holy-comm-by-divorced_fr.html

    TOUT est là. Je ne vois pas comment un Synode peut aller contre la Congrégation de la Foi .

    « Face aux nouvelles solutions pastorales mentionnés ci-dessus, cette Congrégation juge donc qu’elle a le devoir de rappeler la doctrine et la discipline de l’Eglise à ce sujet. Celle-ci, fidèle à la parole de Jésus-Christ(5), affirme qu’elle ne peut reconnaître comme valide une nouvelle union, si le mariage précédent l’était. Si les divorcés se sont remariés civilement, ils se trouvent dans une situation qui contrevient objectivement à la loi de Dieu et, dès lors, ils ne peuvent pas accéder à la Communion eucharistique, aussi longtemps que persiste cette situation »(6).  »

    « Pour les fidèles qui se trouvent dans une telle situation matrimoniale, l’accès à la Communion eucharistique sera ouvert uniquement par l’absolution sacramentelle qui ne peut être donnée « qu’à ceux qui se sont repentis d’avoir violé le signe de l’Alliance et de la fidélité au Christ, et sont sincèrement disposés à une forme de vie qui ne soit plus en contradiction avec l’indissolubilité du mariage. Cela implique concrètement, lorsque l’homme et la femme ne peuvent pas, pour de graves motifs – par exemple l’éducation des enfants – remplir l’obligation de la séparation, qu’ils prennent l’engagement de vivre en complète continence, c’est-à-dire en s’abstenant des actes réservés aux époux' »(8). »

     » Le fidèle qui vit habituellement « more uxorio » avec une personne qui n’est pas sa femme légitime ou son mari légitime, ne peut accéder à la communion eucharistique. Si ce fidèle jugeait possible de le faire, les pasteurs et les confesseurs auraient, étant donné la gravité de la matière ainsi que les exigences du bien spirituel de la personne(10) et du bien commun de l’Eglise, le grave devoir de l’avertir qu’un tel jugement de conscience est en opposition patente avec la doctrine de l’Eglise »

    2) LETTRE AUX ÉVÊQUES DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE SUR LA PASTORALE À L’ÉGARD DES PERSONNES HOMOSEXUELLES :

    http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19861001_homosexual-persons_fr.html

     » la doctrine de l’Eglise sur ce point ne s’appuie pas seulement sur des phrases isolées dont on peut tirer des arguments théologiques discutables, mais bien sur le fondement solide d’un témoignage constant de la Bible »

    « en pleine continuité avec l’enseignement biblique, dans la liste de ceux qui agissent contrairement à la saine doctrine sont mentionnés explicitement parmi les pécheurs ceux qui commettent des actes homosexuels (cf. 1 Tm 1, 10). »

    « Ce n’est que dans la relation conjugale que l’usage des facultés sexuelles peut être moralement droit. Aussi, quand elle fait un usage homosexuel de ses facultés, la personne agit de façon immorale. »

    « Opter pour une activité sexuelle avec une personne du même sexe revient à annuler le riche symbole et la signification – pour ne rien dire des fins – du dessein de la sexualité selon l’intention du Créateur. L’activité homosexuelle n’exprime pas la complémentarité d’une union capable de transmettre la vie et ainsi, elle est en contradiction avec la vocation d’une existence vécue sous la forme de ce don de soi dans lequel l’Evangile voit l’essence même de la vie chrétienne.  »

    « Cependant, aujourd’hui, un nombre toujours croissant de gens, même à l’intérieur de l’Eglise, exercent une très forte pression sur elle pour l’amener à accepter la condition homosexuelle comme si elle n’était pas désordonnée et à légitimer les actes homosexuels. Ceux qui, au sein de la Communauté croyante, exercent ainsi une pression, ont souvent des liens étroits avec ceux qui agissent en dehors d’elle. Or ces groupes extérieurs sont mus par une vision opposée à la vérité sur la personne humaine, telle qu’elle nous a été pleinement révélée dans le mystère du Christ. Ils reflètent, même si, ce n’est pas de façon entièrement consciente, une idéologie matérialiste  »

    « 9. Au sein même de l’Eglise s’est fermé un courant, constitué par des groupes de pression aux appellations diverses et de dimensions variées, qui tâche de se faire passer comme le représentant de toutes les personnes homosexuelles qui sont catholiques. En fait, ses adhérents sont pour la plupart des gens qui ignorent l’enseignement de l’Eglise ou cherchent d’une manière ou d’une autre à le saper. On tente de réunir sous l’égide du Catholicisme des personnes homosexuelles qui n’ont aucune intention d’abandonner leur comportement homosexuel. Une des tactiques utilisées consiste à affirmer, d’un ton de protestation, que toute critique ou réserve à l’égard des personnes homosexuelles, de leur activité et de leur style de vie, est purement et simplement une forme de discrimination injuste »

    « .Les personnes homosexuelles sont appelées, comme tout chrétien, à vivre la chasteté. Si elles s’attachent assidûment à comprendre la nature de l’appel personnel de Dieu à leur égard, elles seront en état de célébrer plus fidèlement le sacrement de pénitence et de recevoir la grâce du Seigneur qui y est généreusement offerte, pour pouvoir, en le suivant, se convertir plus pleinement. »

    VOILA !!!! Le Synode 2015 est nul et non avenu : il est clos pour tout catholique. Le pape ferme boutique et on passe à autre chose .

    Point final.

  2. MEYER

    La question devrait $etre : « De quel droit, ou avec l’assentiment de qui, ce « père Rosica » – qui semble plutôt agir comme un père fouettard (mieux vaut fouettard que jamais ?) – se permet-il de cesurer et de bloquer les publications de cardinaux (ils ont quand même un autre statut que le sien au sein de l’Eglise, non ?) »
    Il semblerait qu’il y aurait (on pourrait même affirmer : ‘qu’il y a’ !) une sorte de coterie pour déclarer nul et non avenu l’enseignement doublement millénaire de l’Eglise … S’il devait en être ainsi, j’en prendrais acte et je versairais directement le « denier du cul-te » à LGBT ;;;

  3. dj

    « Cela implique concrètement, lorsque l’homme et la femme ne peuvent pas, pour de graves motifs – par exemple l’éducation des enfants – remplir l’obligation de la séparation, qu’ils prennent l’engagement de vivre en complète continence, c’est-à-dire en s’abstenant des actes réservés aux époux’ »(8). »
    >
    Et s’ils le font quand même, à qui cela fait-il du tort ?
    >
    Dieu nous a donné un corps doté d’organes reproducteurs, ces organes sont faits pour être utilisés !
    Jésus a dit: « Aimez vous les uns les autres…. »
    Quand la séparation est effective, que le premier conjoint est parti définitivement, quelquefois en ABANDONNANT et donc en RÉPUDIANT sa conjointe, pourquoi l’épouse (ou l’époux) abandonné ne pourrait-il pas vivre à nouveau maritalement avec une autre personne ?
    Jésus a interdit la répudiation, il n’a pas interdit à la personne répudiée de refaire sa vie !
    Vous interprétez la Bible au sens le plus restrictif !
    Et vous vous étonnez que les églises soient vides ?
    Les gens dans la vraie vie ont l’impression que l’Église, par ses dogmes, transforme tous les fidèles en pécheurs, ce qui transparait dans les prières. « Priez pour nous pauvres pécheurs…. »
    « Diriger des hommes innocents est impossible.. Et quand il n’y a pas assez de pécheurs, on en fabrique. Il suffit de déclarer tellement de choses hors la loi qu’il devient impossible de vivre sans l’enfreindre. Qui voudrait d’une Église de fidèles respectueux des lois ? Que pourrait-on en tirer ? Mais si vous promulguez des règles qui ne peuvent être ni respectées ni appliquées ni objectivement interprétées, vous fabriquez une Église de pécheurs. Dans quel but ? Vider les Églises ?

    • Achille

      @dj
      – « Et s’ils le font quand même, à qui cela fait-il du tort ? »
      Au sacrement du mariage qu’ils ont librement consenti à échanger avec leur mari/femme devant Dieu.

      – « Dieu nous a donné un corps doté d’organes reproducteurs, ces organes sont faits pour être utilisés ! »
      Que c’est joliment dit, on tient un poème. Shakespeare peut aller se rhabiller. Tant qu’on y est, allons vite en informer ces imbéciles de prêtres, moines et moniales qui n’utilisent pas leurs organes. Et aussi les couples dont l’un des conjoints est malade, tiens. Que le conjoint bien portant aille donc utiliser ses organes avec quelqu’un d’autre, c’est du gâchis sinon.

      – « Jésus a dit: « Aimez vous les uns les autres…. » »
      Oui, en effet, Il nous demande de nous aimer les uns les autres comme Il nous a aimés. Ça s’appelle l’amour du prochain. De là à y voir un commandement à jouer à la bête à deux dos avec son amant/sa maîtresse au mépris de son conjoint et du sacrement du mariage reçu, on tient là le sophisme de l’année.

      – « Quand la séparation est effective, que le premier conjoint est parti définitivement, quelquefois en ABANDONNANT et donc en RÉPUDIANT sa conjointe, pourquoi l’épouse (ou l’époux) abandonné ne pourrait-il pas vivre à nouveau maritalement avec une autre personne ?
      Jésus a interdit la répudiation, il n’a pas interdit à la personne répudiée de refaire sa vie ! »
      Tout ça vous a été expliqué plus d’une fois par tout un tas de monde, moi compris. Et étrangement, chaque fois que vous êtes mis face à des explications et des arguments que vous ne parvenez plus à réfuter, vous désertez et allez copier-coller la même chose sous un autre article. Quel intérêt ?

      – « Vous interprétez la Bible au sens le plus restrictif ! »
      On l’interprète au sens où il faut l’interpréter, tout simplement. Ces règles qui vous déplaisent tant s’appliquent à nous aussi, figurez-vous. On pourrait les estimer trop dures et les jeter aux orties. Mais nous préférons suivre les commandements de Jésus en vérité. Si quelqu’un interprète la Bible à tort ici, c’est vous, qui tentez de l’adapter à votre confort personnel.

      – « Et vous vous étonnez que les églises soient vides ? »
      Bah elle est pleine la mienne, merci pour elle. Tout comme beaucoup d’autres. Celles qui se vident sont d’ailleurs souvent celles qui dénaturent le message du Christ. Le monde est assoiffé de vérité. Les prêtres complaisants ne retiennent pas longtemps leurs ouailles.

      – « Les gens dans la vraie vie »
      Par opposition à quoi ? C’est quoi la fausse vie ?

      – « ont l’impression que l’Église, par ses dogmes, transforme tous les fidèles en pécheurs, ce qui transparait dans les prières. « Priez pour nous pauvres pécheurs…. » »
      Bah c’est bien ce que nous sommes, justement. C’est une des premières leçons du catéchisme. Nous sommes une humanité blessée, brisée par le péché depuis le péché originel. Jésus nous sauve de quoi sur la croix ? Du péché. De quoi demandons-nous le pardon en confession ? Nos péchés. De quoi nous évertuons-nous à nous prémunir par la pratique sacramentelle et en marchant dans le pas de Jésus ? Du péché. Et ça n’a rien de « triste », c’est un constat au contraire plein d’espérance ! Jésus nous sauve, Jésus nous relève, Dieu nous pardonne. Dieu a quand même envoyé son fils pour sauver toute l’humanité, si c’est pas wunderbar, quand même.

      – « Diriger des hommes innocents est impossible.. »
      ??

      – « Et quand il n’y a pas assez de pécheurs, on en fabrique. Il suffit de déclarer tellement de choses hors la loi qu’il devient impossible de vivre sans l’enfreindre. Qui voudrait d’une Église de fidèles respectueux des lois ? Que pourrait-on en tirer ? Mais si vous promulguez des règles qui ne peuvent être ni respectées ni appliquées ni objectivement interprétées, vous fabriquez une Église de pécheurs. Dans quel but ? Vider les Églises ? »
      Parcours Alpha. D’URGENCE !!!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *