Une publicité commerciale “pro-vie” ? Qu’en pensez-vous ?

Download PDF

L’abbé John Zuhlsdorf, qui fut ordonné prêtre par Jean-Paul II, anime un blogue parmi les plus populaires chez les catholiques orthodoxes américains : What Does the Prayer Really Says ? J’avoue le consulter fréquemment et y trouver très souvent des informations et des commentaires d’intérêt.

Avant-hier, l’abbé Zuhlsdorf a mis en ligne une publicité commerciale de la marque Pampers pour la télévision. Je ne pense pas que cette publicité ait été adaptée en France, mais elle pourrait bien l’être. L’abbé la commente sobrement en écrivant que « Volontairement ou involontairement, cette publicité constitue une bonne défense pour les bébés. Vous allez comprendre pourquoi les partisans de l’avortement sont épouvantés par les système d’écographie ».

Pampers est une marque bien connue en France aussi de couches-culottes jetables qui est une division de l’énorme multinationale américaine Procter & Gamble (C.A. ± 80 milliards de $). Le mot Pampers, qui n’a aucun sens en français sinon qu’il est devenu synonyme de couche-culotte jetable, en a un très positif en anglais puisque le verbe to pamper signifie dorloter. La marque est n° 1 dans ce secteur très concurrentiel et détient environ 34 % de parts de marché de la couche-culotte jetable.

Je partage, en partie, le jugement de l’abbé Zuhlsdorf. La publicité s’ouvre en effet sur une écographie qui a le mérite de montrer un bébé vivant dans le ventre de sa maman. Il y a des séquences très touchantes, voire émouvantes. Mais… car il y a un mais, et même plusieurs…

  • 1. Il est commercialement compréhensible qu’un fabricant de ce type de produits ait un discours publicitaire “pro-vie”, puisque – pardon pour le truisme – plus il y a de bébés, plus il est supposé vendre de couches jetables.
  • 2. Ces produits sont chers et ne sont pas réutilisables – par définition, puisqu’ils sont jetables. Ils participent donc, à leur manière, à cette économie du “consumérisme” et du gâchis qui pèse lourd sur le budget des familles, des sociétés et… de la planète.
  • 3. Ce n’est pas un produit “écologique” : il consomme énormément de bois et d’énergie, et ne se recycle pas.

Bon, me direz-vous, c’est là un argumentaire “de gauche”… Réfléchissez-y un instant je vous prie, et dites-moi en quoi j’ai tort.

Mais il y a plus grave…

Certes, le slogan de Pampers dans cette publicité est très astucieux et fort séduisant : « Pampers croit que chaque bébé est un petit miracle à fêter, à défendre et à protéger ». Tout pro-vie applaudit des deux mains. Mais, tout pro-vie catholique le peut-il ?

La publicité promeut insidieusement la “mère porteuse”, la fivete (fécondation in vitro et transfert embryonnaire) et les couples parentaux homosexuels (observez bien le film…). Cela n’est pas conforme à la doctrine catholique.

La défense de la vie, la culture de vie que nous défendons, ne se réduit pas à la défense de l’enfant à naître, de l’enfant “à tout prix” comme le suggère la publicité. La culture de vie est plus large : elle englobe aussi la défense du mariage traditionnel et de la procréation naturelle.

Voici donc cette publicité (en anglais). J’aimerais beaucoup avoir votre sentiment là-dessus !

 

4 comments

  1. caroline

    oui, vous avez raison, cette publicité n’est pas pro-vie, elle ratisse large et fait la promotion de toutes sortes de choses inadmissibles. Ce n’est pas défendre la vie que d’exclure ces sujets du combat. La défense de la vie est intimement liée à celle du mariage, de la famille et de la procréation naturelle. Tout ce tient.
    Et oui, en sus, les couches jetables ne sont pas écologiques!

  2. ema

    Tout à fait d’accord avec M. Hamiche.
    Message subliminal « pervers » derrière la jolie petite histoire.
    En plus, pour être plus terre à terre (même sur Americatho!), la couche-culotte papier est peu économique, pas écolo, et fait que les enfants sont « propres » plus tardivement car se trouvant dans des « conditions de confort » ils vont moins vouloir être rapidement autonomes par rapport à la propreté, et ne pas faire d’effort. Déjà un mauvais apprentissage de ce qui les attend par la suite!
    Expériences vécues de mamans qui ont élevé leurs enfants d’abord avec la couche traditionnelle en tissu, puis la couche papier, puis retour à la couche tissu!

  3. Michèle

    D’accord avec vous ,cher Daniel Hamiche…bien à regret : ces bébés sont si merveilleux ..mais la séduction est une arme du Malin , le bien nommé.
    J’ai du regarder deux fois la vidéo : la première fois, je crois qu’on est surtout sensible au charme de ces petits d’homme, et il faut une seconde vision, plus attentive pour « capter » l’arrière-plan du message.On est à la limite du subliminal, en effet, c’est très astucieux.
    Je laisse de côté les autres arguments ( écologie, apprentissage de la propreté…) qui n’en sont pas moins valables.

  4. stevenson

    quelque soit (etc..) l’Eglise le baptise, non ? Ce qui fait de lui un deuxième miracle : un enfant de Dieu appelé au salut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *