Contre la christianophobie : Marche à Paris le 20 octobre, des affichettes qui vont avec…

Dimanche 20 octobre prochain, nous avons tous rendez-vous à Paris devant le restaurant “Prunier” (propriété de Pierre Bergé…) pour une Marche lancée par l’Institut Civitas… Lire la suite… contre l’antichristianisme et la politique anti-familiale. Cette Marche est soutenue par de
L’observatoire de la Christianophobie

2 comments

  1. truth

    ARRIVE-T-ON EN FRANCE A UN DÉLIRE COLLECTIF ?
    Czy we Francji dochodzi do zbiorowego opętania?

    http://www.pch24.pl/czy-we-francji-dochodzi-do-zbiorowego-opetania-,18260,i.html
    Marucha

    Posté par Marucha le 10 -10- 2013

    TRADUCTION

    S’il arrivait que dans l’un des pays européens l’on attaque une mosquée, ici pourtant étrangère-le tohu bohu des medias affectés par la xénophobie des habitants du Vieux Continent serait si bruyant que nous n’entendrions pas nos propres pensées. Cependant quand chaque semaine au cœur de l’Europe, jadis chrétienne, se produisent des attaques contre les églises, c’est le silence absolu dans les medias. Pourtant ce ne sont pas de banales attaques ayant pour fin des pillages, mais des profanations –en général ouvertement revendiquées comme satanistes.

    L’un des quotidiens les plus importants de Pologne sanglotait récemment à chaudes larmes à cause d’une séance de photos organisées dans un du cimetière juif.

    Il y a quelques mois, ce même journal publiait un article qui raillait les Polonais indignés par une séance de photos dans un cimetière catholique.

    Dans les deux cas il s’agissait du même genre de photos – des mannequins légèrement vêtues. Ce fait nous démontre clairement ce dont il s’agit dans le courant principal de la « pensée européenne » : ne doivent nous affliger que les actes d’abrutis manquant de respects à toutes les religions autres que chrétiennes. Inutile de se tracasser pour une église ou un cimetière profané puisqu’ils ne sont que des reliquats d’un « sombre passé ».

    Les standards de cette nouvelle « haute couture » c’est la capitale mondiale de la mode – celle des bords de Seine-, qui nous les pourvoie. Là-bas également chaque agression contre un lieu de culte des disciples de Mahomet se voit condamnée par les méninges éclairées. Les journalistes emmenant avec eux cameraman et ingénieur du son se rendent à la mosquée et consacrent un temps d’antenne aux musulmans indignés. Les échos de ces conduites franchissent les frontières du pays et rencontrent une évidente réprobation. Cela se produit aussi dans le cas des reportages concernant l’Egypte qui ne parlent qu’à peine du drame des chrétiens de là-bas, mais où l’on voit des commentateurs indignés nous délivrer de multiples programmes nous informant de l’expulsion des Frères Musulmans hors de deux mosquées égyptiennes .

    Aucune station de télévision ou de radio ne s’occupe des évènements qui abreuvent d’épouvante les catholiques français. Depuis Octobre dernier dans ce pays ce sont plusieurs dizaines d’attaques qui se sont produites contre des églises, des chapelles et des cimetières. Serait-ce un thème par trop anodin pour les medias ?

    A la fin de l’année dernière dans l’ile française de la Réunion s’est produit une profanation du sanctuaire du Bienheureux Frère Scubilion (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A8re_Scubilion). Sur le sarcophage du religieux, institué comme autel par Jean Paul II, une croix avec le mot « Satan » a été peinte en rouge. Les auteurs n’ont pas été retrouvés. Un mois plus tard ils sont retournés dans l’ile et ont vandalisé des tombeaux de prêtres ayant travaillé dans cette paroisse.

    Quelques jours plus tard, à Soissons, c’est l’église de Saint Eugene qui a été attaquée. Là-bas, il est vrai, la police a découvert un vol d’argent et de documents, cependant le motif que serait le vol n’explique pas l’ouverture du tabernacle, le vol des hosties consacrées et la profanation du Saint Sacrement. Cette même semaine, des inconnus ont fait effraction dans deux églises de la Mayenne pour voler non des objets de valeur marchande mais des livres de prières, des chandeliers et une statue de la Vierge qu’ils ont par la suite abandonnée à un carrefour voisin.

    Quelques jours plus tard des vandales-satanistes ont cambriolé en plein jour l’église Saint-Cornely à Carnac. Dans ce même lieu, 6 mois avant quelqu’un a peint autour de l’autel des éloges de Satan. La deuxième fois c’est la Croix qui se trouvait au–dessus du tabernacle qui a été fracturée.

    Un mois plus tard, dans l’église Saint Georges de Périgueux le tabernacle a été fracturé, les hosties consacrées jetées au sol derrière l’autel le cierge pascal jeté au sol. Quand le monde occidental s’adonnait à la fête laïque d’Halloween l’église Notre Dame des vertus de Sanhsia a été attaqué. Les portes de la sacristie ont été recouvertes de farine et la porte recouverte de cire rouge évoquant du sang. On ne sait pas ce que voulait signifier cet étrange geste.

    La même nuit les vandales ont détruit quelques tombes du cimetière catholique de Bages d’Aude dans l’Aude. Une semaine plus tard a été jeté à terre le Christ de pierre près de l’église de la Trinité de Corcelles-en-Beaujolais. Les auteurs n’ont pas été identifiés. Novembre s’est révélé être un mois d’une exceptionnelle inspiration pour les vandales – ils ont détruits la Chemin de Croix de Pérignats les Sarliève ainsi que 40 tombes du cimetière de Sainte-Pazanne.

    La motivation anticatholique des profanateurs s’avère particulièrement virulente- même les militaires habitant la base de Toulon ne les a pas effrayés. Ils ont dévasté là la Chapelle de la Marine Militaire et jeté les hosties, fracturé les fonts baptismaux et l’ambon, piétiné la Bible.

    On peut citer très longtemps les attaques blasphématoires. Cette année seulement des vandales débordant de haine contre les catholiques ont attaqué la Cathédrale d’Agen, l’église Sainte Catherine dans les Hautes Alpes, que l’on a essayé d’incendier, les sanctuaires de Hauture , Martigues, Fos-sur –Mer, l’église de Naintré où a été profané le Saint Sacrement ,la Cathédrale Notre Dame de Paris ( ici le spectacle a été organisé par les activistes du groupe Femen).La Cathédrale de Nantes n’a pas été épargnée :on y a saccagé l’autel , inscrit des symboles nazis, sataniques et en relation avec le mouvement homosexuel. Des slogans associant les catholiques aux fascistes ont vu le jour sur les murs de la Cathédrale de Limoges –La police a établi que les responsables de ces déprédations étaient liés aux « antifa »

    Il y a quelques semaines des auteurs inconnus ont essayé aussi de bruler l’église Saint Louis de Ferrières. Par chance n’ont brulé que des livres de prière, des livres de cantiques et la nappe d’autel.

    Ne nous trompons pas quant à l’énumération réalisée ici et qui porte sur des lieux peu connus –il ne s’agit pas d’une seule région et les profanations ont lieu en long et en large dans toutes les régions de France. Et toutes ces affaires ont un seul dénominateur commun : le manque total de souci de la police pour trouver les auteurs. Il suffit de remarquer que durant ces cinq dernières semaines le cimetière Saint Claude de de Besançon a été profané trois fois, que chaque fois plusieurs dizaines de tombes ont été saccagées et que les auteurs demeurent, à ce jour, inconnus .

    Au début Septembre dans le département des Deux Sèvres le cimetière catholique de la Mothe Saint-Heray a subi un assaut. Les vandales ont lapidé des objets funéraires, vases et plaques funéraires. Ils ont dévasté quarante tombes. En Septembre, c’est en Bretagne, dans le diocèse de Vannes qu’a été détérioré le Chemin de Croix du XIX siècle. A Sotteville–les-Rouen en Haute Normandie des auteurs inconnus ont détruits la statue de Saint Joseph à l’Enfant : ils ont décapité Saint joseph et mis sa tète sur les bras de l’Enfant. A Puig Rodon dans les Pyrénées Orientales la chapelle du XI siècle récemment restaurée a été incendiée. En Octobre déjà, à Villecien dans le Département de l’Yonne, des vandale ont commis des profanations de 61 tombes catholiques .

    Tous ces actes ont eu lieu dans l’un des pays les « plus tolérants d’Europe » .En France vi une communauté musulmane de plusieurs millions de personnes ; on y a légalisé le mariage homosexuel et chaque mot de travers contre cette communauté est immédiatement reprise pour être vertueusement condamnée. Comme par hasard ceci n’a pas lieu quand se produisent les profanations des symboles les plus sacrées des catholiques. Est ce que les croyants en Christ représenteraient une trop petite minorité ?

    Il convient de s’interroger sur ce que représente ces attaques croissantes sur les lieux de culte catholiques. Pour un croyant tous ces actes barbares décrits dans ce texte sont difficilement explicables autrement que par un délire collectif. Qui finira comment ?
    Krystian Kratiuk

  2. Michel Laviolette

    Est-ce bien opportun de faire de la publicité, en la victimisant, à Mademoiselle Caroline Fourest qui sait déjà très bien le faire elle-même?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>