Amoris lætitia : les “dubia” légitimes pour le cardinal Martino

Download PDF

L’hebdomadaire catholique étatsunien The Wanderer a signalé, dans sa livraison du 17 décembre, l’entretien accordé la veille par le cardinal Renato Martino, ancien président du Conseil pontifical Justice et Paix, au site italien La Fede Quotidiana. Interrogé sur ce qu’il pensait des dubia des quatre cardinaux, il a répondu : « Je n’y vois rien de mal. Il est légitime en matière de doctrine d’adresser au Pape une opinion et c’est juste aussi qu’il y réponde » (« Che non ci vedo nulla di male. E’ lecito in tema di dottrina rivolgere al Papa un parere ed è anche giusto rispondere »).

15 comments

  1. Jean-Baptiste

    Un gand merci au cardinal Renato Martino qui vient grossir le nombre des hauts responsables ecclésiaux qui ont la clairvoyance et le courage de soutenir les dubia. Espérons et gageons que cela va faire maintenant boule de neige, car la cause est évidemment totalement juste et c’est un devoir de la soutenir.

    Et cela non seulement, bien sûr, parce que, sur le contenu, les dubia sont fondés de manière incontestable. Il est en effet parfaitement aberrant de prétendre que l’idée d’ouvrir la communion à des personnes divorcées remariées ne pratiquant pas la continence puisse se situer dans la continuité de l’enseignement constant de l’Eglise lui-même fondé sur l’Ecriture. C’est évidemment faux comme on peut le voir, rien qu’en lisant le catéchisme (CEC n°1650)ou Jean-Paul II(FC 84) qui disent exactement le contraire. En fait, Amoris laetitia revient à considérer qu’on peut à la fois affirmer une chose et son contraire, autrement dit à nier les principes d’identité et de non contradiction. Or nier ces principes, c’est piétiner les lois naturelles de l’intelligence, et du même coup contredire la parole du Seigneur, car on ne peut lire l’Evangile en déraisonnant. C’est donc un effondrement, et de la raison, et de la foi. Rien ne peut être plus grave.

    Mais qui plus est,les dubia sont parfaitement fondées dans la forme. Leur rédaction est tout à fait courtoise, et la conformité de la démarche avec le droit canonique est impeccable, y compris quant au fait de finir par les publier, car la préservation du dépôt de la foi est en jeu (cf Thomas d’Aquin, Secunda secundae question 33, article 4).

    Et l’ACCUEIL qui leur a été réservé est INQUALIFIABLE. Certains proches du pape ont été jusqu’à se permettre d’offenser les quatre cardinaux, en déclarant qu’ils avaient un « mauvais esprit » et qu’il leur fallait « se convertir dans leur vie ». Ces tentatives d’intimidation sont ignobles, et dignes des pratiques que l’on voit à l’oeuvre dans les PAYS TOTALITAIRES. Au Vatican, la pratique des délations a commencé de se répandre, un climat de peur s’instaure…

    Rien d’étonnant à cela d’ailleurs. Car quand on se permet de déraisonner (voir plus haut), on entre par définition dans l’arbitraire, et si en plus on exerce un pouvoir, dans la tyrannie.

    Pour un esprit droit et honnête, oui, il y a DE QUOI HURLER. Tous les cardinaux, tous les évêques, tous les pères abbés, toutes les supérieures, tous les curés, tous les prêtres, tous les moines , toutes les religieuses, tous les fidèles laïcs, s’ils sont courageux et clairvoyants, devraient se lever, se lever contre la déraison, contre la tyrannie, contre le schisme. Vite, que les yeux de tous s’ouvrent, que les consciences de tous s’éveillent.

    • Courivaud

      (à Jean-Baptiste)

      Bon, ce que vous écrivez est excellent et je ne fais qu’approuver.
      De toute façon, et cela a déjà été écrit ailleurs que sur ce site (professeur de Mattei dans sa « correspondance européenne », Rorate coeli, Benoît et moi, etc.), il importe moins de trouver 150 cardinaux qui signeront les « Dubia » que de vérifier si le cardinal Burke et ses « conjurés » seront capables, tel un saint Athanase ou un saint Hilaire de Poitiers, d’adresser au pape une « correction fraternelle » qui lui ôtera toute légitimité ultérieure d’exercer le pouvoir suprême au nom de l’Eglise-institution, et ce, pour cause d’hérésie.
      Nous en sommes là et cela ne m’amuse guère d’évoquer cette sorte de « révolution de palais ».

      Laissons passer la trêve de Noël pour voir si ce cardinal aura ce courage, ce que les fidèles vraiment fidèles devront accompagner par la prière. Nous n’avons pas fini de brûler des cierges !

      Mais si, devant le silence persistant du pape François 1er, le cardinal Burke n’entreprend pas cette « correction » ? Faudra-t-il demander aux fidèles, fort du « sensus fidei » d’agir à sa place pour éviter que l’Eglise catholique ne perde sa visibilité pour avoir été abandonnée par des irresponsables aux forces du mal (traduisez : les médias) ? Et comment ?
      Sans doute, l’enfer ne l’emportera pas sur l’Eglise dont le successeur de saint Pierre a la charge, mais…. il ne suffit pas de le dire ou de s’en persuader. Il faut penser à agir.

      Et dans ce cas, plutôt que de hurler (c’est compréhensible, mais on se fatigue à le faire, et on risque aussi de blesser inutilement des adversaires qui sont des « gens d’Eglise »), il faut songer à trouver notre vraie place de fidèles, se substituant à la carence des pasteurs qui ne gardent plus leurs troupeaux et qui se comportent en mercenaires.
      Il y a des précédents dans l’histoire, mais il faut se dire aussi que la situation actuelle est inédite.

      Heureux et saint Noël à vous et à vos proches, dans l’épreuve, mais aussi dans l’espérance.

  2. Decrouez

    Pourquoi avoir rendu ces dubias publiques ? Sinon pour se faire valoir. ..certains cardinaux n’ont pas digéré que le pape s’attaque à leur train de vie. .prions pour l’unite dans l’église et plus de fraternité

    • Courivaud

      (à Decrouez)

      Je crains que vous n’ayiez pas vu le film à son début.
      Pas de chance pour vous, celui qui se déroule en ce moment sous nos yeux de spectateurs ne peut pas être diffusé dans un cinéma permanent (et il vaut mieux !).

      Donc, il faudra que quelq’un vous explique le « synopsis », c’est-à-dire : depuis la fin de la seconde séance du synode des évêques sur le mariage, jusqu’au moment où le pape a fait publier l’exhortation apostolique « Amor Laetitia ».

      Quant à la fraternité, vous vous doutez que ce n’est pas celle de la devise de la République (du moins ce qu’il en reste…plus grand chose).
      Heureux et saint Noël dans la foi, l’espérance et la charité (mieux que la fraternité).

  3. Chouans85

    Le Cardinal Bellarmain au XVI siècle avait fait des remarques au Pape sur l’hérésie de certains propos. Le Pape les avait accepté et avait rectifié ses positions.
    Le Cardinal BELLARMIN a été canonisé.

    Il n’y a donc rien de scandaleux à relever les propos du Pape quand ils sont erronés et c’est même un devoir de tout chrétien. Malheureusement depuis quelques années on est entré en papolâtrie.

    Chouans85

  4. Hervé Soulié

    Oui, c’est courageux et honnête de la part du cardinal Martino.
    Ce qui ne l’est pas, c’est de la part du pontife romain de ne pas répondre, et au contraire de multiplier les attaques obliques ( bandes de rigides !) pour ne pas répondre.
    Mais comment le pape Bergoglio pourrait-il répondre, puisqu’il sait son exhortation indéfendable ?
    Aussi triste que ce soit, mais il faut bien reconnaître que ce pape n’est pas à la hauteur.

  5. Bruno ANEL

    Tous ces cardinaux à la retraite demandent qu’on leur réponde par oui ou par non, parce qu’ils sont attachés à la Loi. Quand St Paul dit: l’accomplissement parfait de la loi, c’est l’amour, il se place sur un autre registre que le oui/non.

    • Henri Courivaud

      à M. Anel, en toute courtoisie :

      – tous ces cardinaux ne sont pas à la retraite comme s’il s’agissait de fonctionnaires. Respectons au moins leur exacte dignité ;
      – aux dernières nouvelles, il n’ est pas certain que ce soit la loi de l’ amour qui règne au Vatican, au grand regret de saint Paul sans doute .

      Il est toujours préférable de réagir
      de façon motivée même si l’ on n’ est pas d’accord . Cela contribue à la charité à défaut de l’amour (affinité).
      Heureux et saint Noël à vous

  6. Gabrielle

    Je confirme l’information dont parle Jean-Baptiste sur le climat de délation et de peur, caractéristique de régimes totalitaires, qui se répand au Vatican en ce moment, signe d’une situation totalement anormale dans l’Eglise, très inquiétante, et qui demande une prise de conscience de la gravité des évènements et l’union des forces vives et honnêtes dans l’Eglise, laïcs et clercs,avant qu’il ne soit trop tard. Il est malhonnête et irresponsable de se montrer indifférent à ce qui se passe, ou passif.

    Il faut absolument aller voir sur ce sujet dans le Salon beige la traduction d’un article posté le 19 décembre 2016 à 7h 47 intitulé Lourd climat au Vatican, tiré de Life news. Urgent et important.

  7. Jean-Baptiste

    A Decrouez

    Vous mettez en doute la légitimité de la publication des dubia par leurs auteurs et vous imaginez que cela répondrait au désir de se faire valoir ou que ce serait une vengeance face au fait que le pape a demandé aux cardinaux de réduire leur train de vie. Pour moi, ces suppositions sont des médisances, et même des calomnies car elles sont fausses.La raison de cette publication est en effet claire et limpide, à savoir qu’en publiant leurs dubia, les quatre cardinaux n’ont rien fait d’autre que de répondre, avec courage et clairvoyance, à leur strict devoir..
    J’ai donné plus haut la référence de Thomas d’Aquin à ce sujet, à savoir  » Secunda secundae question 33, article 4″, mais Je vois que vous ne paraissez pas connaître ce texte.Je le cite donc:  » Remarquons que (…) s’il y avait danger pour la foi, les supérieurs devraient être repris par leurs inférieurs, même en public ». Nous sommes très exactement dans ce cas.

    A Bruno Anel

    Pas d’accord avec vous sur la conclusion que vous croyez pouvoir tirer de la parole de saint Paul selon laquelle l’accomplissement complet de la loi,c’est l’amour. c’est tout à fait vrai que saint Paul dit cela, mais on ne peut nullement en tirer la conclusion,ainsi que vous le faites, que cela condamnerait le OUI/:NON. Il y a, dans le fait de tirer cette conclusion, une erreur de logique, car l’un n’implique pas l’autre.D’ailleurs saint Paul, auquel vous vous référez, n’en tire lui-même aucunement cette conclusion. Il aurait d’ailleurs été bien en peine de le faire, puisque Jésus nous a dit, tout au contraire: « Quand vous dites oui, que ce soit un oui, quand vous dites non, que ce soit un non. Tout ce qui vient en plus vient du Mauvais » (Mt 5, 17).
    En fait,l’erreur que l’on commet avec ce mépris du oui/non est très grave.c’est tout à la fois une méconnaissance du principe universel de la logique qu’ est celui de la non contradiction (=on ne peut affirmer à la fois une chose et son contraire), ce qui revient à piétiner les lois naturelles de l’intelligence, et conduit à déraisonner, et une hérésie au regard de la foi. Si l’on y regarde bien,c’est l’erreur centrale du pape actuel, et c’est un effondrement, de tout, car qu’est-ce que l’homme sans sa raison, et sans la lumière de la Révélation?

    A A.F.

    Bien d’accord avec vous, on est entré en papolâtrie. Pourtant saint Paul avait pris soin de nous mettre en garde contre la tentation de l’idolâtrie:  » Mais quand Pierre est venu à Antioche, je me suis opposé à lui ouvertement, parce qu’il était dans son tort. » (Gal 2,17).

    EN CONCLUSION, DES PREUVES ACCABLANTES, ABSOLUMENT IMPOSSIBLES A CONTESTER HONNÊTEMENT ET RAISONNABLEMENT,SONT MAINTENANT REUNIES DE CE QUE LE PAPE EST DANS L’ERREUR . LES PREUVES CONCERNEES SONT A LA FOIS DIRECTES ( au travers du contenu déraisonnable et éloigné de la parole du Seigneur d’Amoris laetitia ) ET INDIRECTES (au travers de l’attitude inqualifiable manifestée vis-à-vis des quatre cardinaux et plus généralement du régime de délation et de peur, tel que dans les régimes totalitaires, instauré au vatican ).
    Il n’y a rien à attendre de plus pour justifier de se lever. Cela est devenu un devoir pour chacun et pour tous, clercs et laïcs, dans l’Eglise, car le temps presse maintenant.

  8. Pingback: Amoris Laetitia : Les ‘dubia’ des quatre cardinaux sont légitimes d’après le Cardinal Martino – Espérance Nouvelle

  9. Guy de la Croix

    Oui il n’y a aucun doute ..ni hésitation à avoir au sujet de cet imposteur de Bergoglio qui n’est pas plus Pape que François Hollande n’était président… ce qui est vraiment regrettable c’est que si peu de cardinaux , d’évêques et de prêtres n’ont pas le courage pour soutenir ces quelques cardinaux …

    Et nous verrons plus tôt que l’on pense qu’ils ont eu raison de crier haut et fort et publiquement ce que cet imposteur de Bergoglio eau le culot de dire haut et fort ses scandaleuses déclarations hérétiques et apostates

  10. Jean-Baptiste,
    Vous vous trompez complètement. D’une part il n’y a aucun danger pour la foi ainsi que le cardinal Müller vient de le rappeler :
    http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/rome-riposte-catholique-blog/cardinal-muller-ny-a-moment-danger-foi
    Il ne s’agit que de discipline des sacrements, d’un règlement de l’Église, la foi n’est pas mise en cause.
    Donc vous sollicitez St Thomas de manière inadéquate.
    Par ailleurs le contenu d’Amoris Laetitia (mais l’avez-vous bien lu ?) n’est ni déraisonnable ni éloigné de la parole de Dieu. Donc le Pape ne peut pas être mis en accusation. A aucun moment il n’a remis en cause le magistère antérieur. Bien au contraire il le cite et s’y réfère constamment dans AL.
    Ce qu’il faut dénoncer c’est l’interprétation laxiste erronée d’AL que font certains ecclésiastiques de l’entourage du pape. Même si je partage sur le fond la position des 4 cardinaux je pense qu’ils auraient dû en rester là car aucune « correction fraternelle » du pape n’est possible ni souhaitable. Je défends le pape et je trouve choquant qu’on lui manque de respect.
    Pour plus d’informations voyez mon commentaire signé @sylaene sur le blog de Thibaud Collin :
    http://philosophe-chretien.blogs.la-croix.com/reception-damoris-laetitia-la-confusion-croit/2017/01/06/#comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *