Pope Francis waves as he is driven through the crowd during his general audience, in St. Peter's Square, at the Vatican, Wednesday, March 27, 2013. (AP Photo/Andrew Medichini)

Baisse de fréquentation aux audiences générales

Download PDF

À l’occasion de la centième audience générale du pontificat du pape François, la Préfecture de la Maison pontificale a communiqué les chiffres de fréquentation de ces audiences du mercredi. Au total, 3 147 600 personnes y ont assisté. Pour les 30 audiences de 2013 : 1 548 500 personnes. Pour les 43 audiences de 2014 : 1 199 000 personnes. Pour les 27 premières audiences de cette année, sauf celle d’hier : 400 100 personnes. En gros, la moyenne des participants par audience générale s’établit comme suit : 2013 : 51 617 personnes ; 2014 : 27 883 personnes (- 46 %) ; 2015 : 14 818 (- 47,8 % par rapport à l’année précédente ; – 71,3 % par rapport à 2013). Et ce ne sont pas les chiffres de la centième audience générale d’hier mercredi 26 août qui seront susceptibles de faire remonter la moyenne de cette année, puisque les assistants y étaient « plus de 10 000 » selon une information officielle du Vatican.

34 comments

  1. Courivaud

    Enfin une bonne nouvelle !

    Laudetur Jesus Christus !

    … comme cela il passera moins de temps à dire tout et n’importe quoi en faisant son cinéma en audience publique. Il est plus que temps qu’il écrive des textes de doctrine pour guider les catholiques en matière de foi et de moeurs et non des fleuves de textes à baratin, qu’il prenne enfin son rôle (« in persona ») au sérieux, celui de successeur de saint Pierre (pas besoin d’avoir fait des études théologiques chez les jésuites pour savoir ce que cela veut dire : c’était clairement et simplement écrit dans le catéchisme d’avant) et qu’il abandonne le péronisme, qui n’a rien à envier à la démocratie chrétienne de Paul VI et au slavisme de Jean-Paul II, tous bienheureux ou saint qu’ils sont (ou prétendus tels).

    Désolé pour vous, c’est un peu dur d’écrire comme cela, mais il suffit de se rappeler certaines gaffes faites en public qui ont déshonoré des familles nombreuses soucieuses de vivre pleinement leur foi (rappelez-vous des « lapins ») ou des hommes politiques intègres en Amérique latine (qu’on se rappelle, ce qu’il a dit en conférence de presse lors de son récent voyage en Uruguay : de mandez à M.Magister et à M. Parolin, le bien nommé). C’était particulièrement révoltant. Beaucoup de catholiques veulent un pape qui gouverne et non un démagogue. En espérant que la prochaine fois, le conclave sera mieux inspiré par le saint-Esprit (avec nos prières) pour faire un choix un peu moins chaotique.
    Il y a urgence : un synode mal préparé, ambigü et sans véritable perspective, parce que François 1er a voulu jouer avec le feu. C’est peut-être sa dernière chance de montrer qu’il veut gouverner en successeur de saint-Pierre. Nous l’aiderons par la prière et par nos actes, s’il le veut bien. Le veut-il seulement ?

    • Denis F

      J’ai eu la même réaction que vous!
      Mais saura-t-il en tirer les conclusions?
      L’espoir est permis.
      Mais comme il a rampé avec la dernière encyclique, je crains qu’il ne préfère se faire apprécier des ennemis de l’Eglise en tous genres.

    • em

      Je partage votre réflexion.
      Après avoir bouleversé toutes les traditions papales, le voilà prisonnier de l’image qu’il a voulu donner : seulement l’évêque de Rome, ami des plus pauvres qui refuse le logement de « fonction » ainsi que l’image traditionnelle de la Papauté. Il semble grisé par le « pouvoir » mais ne l’exerce pas pour confirmer ses frères. C’est un peu la « mouche du coche ». Il pique de-ci de-là sans respect de l’héritage des autres « Pierre ».
      Ce qui est choquant c’est son attitude à « accueillir » tous les humains jusqu’aux plus perfides et de ne pas montrer le désir de les amener aux Christ. Faire croire que les pécheurs sont meilleurs que ceux qui tentent de se soumettre aux dix commandements.
      Donnera t-il son accord pour une nouvelle pastorale qui fera entrer dans l’Eglise du Christ tous les mécréants sans repentir ?
      (Pour info : il y a de très bons articles sur ce sujet sur le site « Benoit et moi »).

      • Philippe B.

        Jésus mangeait à la table des pêcheurs, ce que des scribes et pharisiens lui ont souvent reprochés. Jésus n’a jamais jugé ni condamné aucun pêcheur, même pas la femme adultère ni la Samaritaine.

        Aux accusations dont il était l’objet de la part des docteurs de la loi, Jésus répondait que c’est le pêcheur qui a besoin d’un sauveur et non celui qui se croit juste (ou le malade qui a besoin d’un médecin et non celui qui se croit bien portant). Jésus disait aussi que c’est parce qu’il a été beaucoup pardonné que le pêcheur fait preuve d’un bien plus grand amour que celui, au coeur endurci (le catho d’aujourd’hui) qui se sachant déjà sauvé fait preuve de moins d’amour et de miséricorde envers ses frères et agit par là de la même façon que le serviteur impitoyable.

        Jésus disait aussi que c’est la miséricorde qu’il souhaite et non le sacrifice. Essayons de discerner les signes des temps en les mettant en parallèle avec les évangiles. Peut être que la lumière se fera alors pour mieux comprendre le pontificat actuel, en ces temps de la fin.

        Pour ce qui est des catholiques, les 99 brebis sauvées, en attendant que le bon berger revienne des périphéries avec la 100ème brebis perdue retrouvée, nous avons la doctrine de l’Eglise Catholique, le CEC, les textes magistériels de nos précédents Papes pour demeurer fermes dans notre foi.

  2. PINSON

    Leurs Éminences en élisant le pape actuel, ont-ils été inspirés par l’Esprit Saint ou l’esprit du Malin, il n’est qu’a regarder les retransmissions de la T.V lors des messes de ce pape François (avec tout le respect dû a sa personne) le manque de sérieux dans ces gestes (plus de génuflexions après les consécrations du pain et du vin) simplement un fléchissement de la tête, ( est-il à ce point impotent pour ne plus le faire,?mais, devant Dieu …….. et tout cette mise en scène depuis son élection de ne plus habiter dans les appartements pontificaux, ceci n’est que cinéma, mais sa vanité fait le reste, du BARATIN, digne d’un Jésuite, qui en tant que Jésuite n’aurait jamais dû accepter cette élection de ses pairs, mais la vanité revient.
    Regardez bien des photos de lui lors de sa première apparition au balcon de la basilique tout juste après son élection, il ose ne pas revêtir comme tous ces prédécesseurs de vêtements liturgiques, pour sans doute faire lus simple, mais aussi ,regardez sa chemise à boutons de manchettes, et maintenant plus de boutons de manchette, avant oui et maintenant non.,

    Que du baratin, pauvre Eglise, ton capitaine va bien mal, encore une petite observation  » qui suis-je pour porter un jugement » aurait-il dit en revenant d’un voyage ?

  3. Michel G.

    Je me réfère à un article de Jean-Marie Guénois dans Le Figaro, publié en mars 2014 (!):

    « Un an après son élection, l’État de grâce toujours actif à l’extérieur de l’Église est donc beaucoup moins partagé dans le petit monde du Vatican, et dans certains milieux d’Église où monte une certaine perplexité même s’il n’est pas de bon ton d’émettre des critiques dans cette culture. Mais les sentences à répétition contre les fidèles des premiers rangs ou contre les prêtres un peu trop classiques pourraient finir par être contre-productives et décourager ce public qui se sent injustement caricaturé par le pape lui même. Les critiques acides du pape réveillent certes un catholicisme endormi mais elles peuvent parfois créer des clivages artificiels au sein de communautés entre les «vrais» chrétiens et les autres. Quand ce n’est pas les fidèles qui s’adressent à des prêtres totalement dédiés à leur mission pour leur faire à présent la leçon! »

    • Courivaud

      et vous aurez noté que cet article a été rédigé par un papolâtre bien connu, autrement dit, un journaliste qui n’a pas beaucoup d’esprit critique (ce qui est antinomique, lorsque l’on est journaliste). Alors, qu’est-ce que ce cela doit être en réalité !

      Et pourtant, il s’agit de ne pas se décourager, en pensant à cette prière de la consécration, où il est demandé de prier pour l’Eglise et son chef visible, pour commencer

  4. Ancilla
    Comment se référer à « Laudatur Jesus Christus », et parler ainsi du Vicaire du Christ !
    Veuillez vous rappeler le très solennel avertissement divin, dans le « Dialogue ‘ de Ste Catherine de Sienne, Docteur de l’Eglise. (Et elle s’y connaissait sur tant de fautes graves que Dieu lui avait révélées).
    En bref, Dieu le Père lui enjoint de faire savoir qu’Il ne permet à personne de juger les prêtres même s’ils ont une conduite scandaleuse. Car ils sont « les oints de Dieu ». A cause de cela, Dieu se réserve le droit de les juger en vérité et Lui Seul.
    Et ceux qui outrepassent cet avertissement seront très sévèrement condamnés par Dieu.

    • em

      Il n’est pas question de juger mais de CONSTATER une conduite qui favorise plus les non chrétiens que ceux qui essaient de s’y retrouver dans une doctrine qui n’arrête pas « d’évoluer » depuis vat.II.
      Ce pape n’est pas clair dans l’exercice de son pouvoir. Notre religion nous permet de relever des incompréhensions et d’en demander justification (voir droit canon des laïcs).
      Ne mélangeons pas les époques, Ste Catherine de Sienne oeuvrait pour faire revenir les papes à Rome, elle n’avait pas de soucis avec la doctrine !

    • Denis F

      Bien perfide alors cette épreuve supplémentaire qui nous est imposée pour pouvoir accéder au Paradis!
      Saint Augustin aurait-il eu donc tort?
      « A force de tout voir on finit par tout supporter…
      A force de tout supporter on finit par tout tolérer…
      A force de tout tolérer on finit par tout accepter…
      A force de tout accepter on finit par tout approuver. »

    • Courivaud

      sauf que nous ne sommes plus au temps de sainte Catherine de Sienne que François 1er ne prise guère (on se demande d’ailleurs s’il la connaît), ni d’ailleurs Jean-Paul II (j’ai le souvenir d’un commentaire particulièrement déplacé la concernant, au motif qu’elle aurait appelé à une croisade, à l’occasion d’un « Angelus », en 1991-1992, mentionné dans l’édition française de l » Osservatore Romano » : encore un coup de « l’esprit du Concile » !

      Mais nous sommes déjà plus en 1991-1992 où le législateur civil n’avait pas encore reconnu le concubinage ni le mariage pour tous, même en Suède, même aux Etats-Unis…..

  5. Pingback: REDUÇÃO DA PARTICIPAÇÃO DAS AUDIÊNCIAS GERAIS | CIDADE CATÓLICA

  6. DenisL

    Courivaud , Votre commentaire est dans le mille ! Bravo !

    1) Baratin… au lieu de nourriture spirituelle.

    2) « En espérant que la prochaine fois, le conclave sera mieux inspiré par le saint-Esptit ». Donc vous reconnaissez que le saint-Esptit, des fois, est cahotique ! ! ! En fait, c’est un processus de pouvoir.

    A+

  7. Philomène

    Ce pape, coqueluche des medias, ne fera pas grand chose de son pontificat, à mon avis. Il a été choisi pour son bon sourire et son amour des pauvres, c’est tout. il n’a pas la trempe de Benoit XVI, le théologien.au comportement mesuré. François est surtout un émotif qui fait un pas en avant et un pas en arrière.

  8. octave

    C’est évident. Les catholiques ne sont pas niais et ils reconnaissent le représentant de Jésus Christ quand celui ci est authentique. SS Pie XII en était un.

  9. Cattin

    Je le répète: les médias sont cathophobes; « pape François » plait aux médias, donc « pape François » est cathophobe. Voilà un syllogisme qui en vaut un autre !

    Je ne regretterai jamais assez la « perte » de l’immense Benoît XVI. Avec lui au moins, on savait dans quel sens soufflait le vent de l’Esprit. Mes prières lui sont acquises.

  10. Pingback: Au-delà de l’impensable ou le nec plus ultra du choc des  » civilisations  » ? « cril17.info

    • Courivaud

      merci à vous.
      Il serait temps que l’on en finisse avec cette papolâtrerie bonasse. On peut être respectueux envers la papauté, sans être servile, ni être flatteur en ayant surtout en tête que la papauté, c’est avant tout un magistère qui fait autorité, comme le Christ l’a demandé à Saint-Pierre pour que les « portes de l’enfer ne prévalent point » (en bandeau en première page de « l’Osservatore romano ».

  11. Hervé Soulié

    Pour peu que le prochain synode confirme l’enseignement traditionnel de l’Eglise sur la famille, l’indissolubilité du mariage, le refus de valider les unions libres et l’homosexualité, et la fréquentation des audiences générales s’effondrera encore plus complètement.
    Ce sera le temps de la fureur vengeresse des médias contre un pape « réactionnaire », après que ces derniers l’auront encensé lorsqu’il semblait promettre tout….
    Cependant, il serait injuste de mesurer la force d’un pontificat au nombre de personnes qui assistent aux audiences du Saint-Père.
    Quant au fond, je trouve que les discours prononcés lors de ces audiences du mercredi sont plutôt bons, et en tout cas exempts d’erreurs ou d’improvisations.
    J’imagine de surcroît qu’ils doivent être préparés par un service de la Curie, et probablement validés par le Pape avant qu’il ne les prononce.

  12. Denis F

    Bien que très éprouvé et épuisé, peut-être les voies de Dieu sont-elles si impénétrables que SS Benoît XVI réapparaîtra…?
    Que n’a-t-il dénoncé à une audience ou lors d’une bénédiction au balcon le complot financier qui l’a contraint à la renonciation!
    Je suis convaincu que les catholiques se seraient levés sans exception.

  13. Courivaud

    Cher Monsieur,

    Vous vous illusionnez sur cette sorte de « préparation méditée » des interventions publiques de François 1er.
    Je vous invite à lire, avant tout parce que c’est bien écrit et moins parce que l’organe de presse relève d’un courant dans l’Eglise que vous n’aimez peut-être pas (c’est votre droit), expliquant les méfaits de cette manière d’agir :

    http://www.dici.org/documents/perplexites-journalistiques-sur-la-communication-du-pape/

  14. karr

    Ces audiences datent de quelle époque au juste?
    J’imagine qu’autrefois les papes ne donnaient pas systématiquement une audience générale chaque mercredi,Paul VI en est peut-être l’initiateur?
    Quoi qu’il en soit il s’agit d’un rendez-vous incontournable pour les pélerins et les touristes,en ce qui concerne le contenu de l’enseignement si l’on questionne ceux qui y ont assisté je ne pense pas que le majorité retienne quoi que ce soit et ceci quelque soit le pape,j’y ai assisté deux fois lorsque j’étais jeune alors que le Souverain Pontife était Jean-Paul II,j’ai surtout été saisi par l’ambiance,la foule était là pour le pape uniquement.
    Le pape François n’a pas l’envergure d’un Benoît XVI c’est évident,ce dernier savait rendre accessible à tous un enseignement doctrinal,ce n’était pas le cas de Jean-Paul II dont les encycliques sont réservées à une élite intellectuelle.
    Le « culte de la personnalité » qui entoure le Pape ne date que du XIX° siècle,surtout avec le Bx Pie IX victime de l’unité italienne et reclus au Vatican.
    Dans la longue histoire de l’Eglise nous avons eu toutes sortes de Papes,saints,pécheurs notoires,hommes brillants et tant d’autres oubliés.

  15. J’approuve à 200/100 ce que dit cette personne ci-dessus! Dans la situation que vivent aujourd’hui, tous les Chrétiens de par le monde et tout particulièrement du Moyen Orient, il est misérable qu’un pape, se préoccupe d’écologie et de je ne sais quelle reconnaissance des homosexuels et autres dérives du même genre, ou pas de genre du tout.
    Ad Jésus per Mariam et pas autrement……………….

    • santiyague

      Attention ! il n’y a aucun déferlement de haine, mais dénonciation de déviations doctrinales, et même d’hérésies ( « Je crois en Dieu, non en un Dieu catholique, Dieu n’est pas catholique. Dieu existe; » –  » chacun a sa propre idée du Bien et du Mal et chacun doit suivre le Bien et combattre le Mal suivant l’idée qu’il s’en fait » ) et il est vrai que le Pape ne s’agenouille pas durant la consécration, ni les deux assistants qui sont à l’autel, par contre le cardinal Bergoglio s’est agenouillé pour recevoir la bénédiction de pasteurs protestants, et il a prété la cathédrale de Buenos Aires aux juifs francs maçons du B’nai & Brith pour la célébration de la « Kristallnacht » (la nuit des vitres brisées en Allemagne du temps des nazis)

      Nous avons le droit de porter un jugement sur des comportements, des affirmations, même s’il s’agit du Pape, mais nous d’avons pas le droit de juger la personne, et , par contre nous avons le devoir de la respecter et de prier pour elle.

      La première des charités est de dire la Vérité.

      Bien cordialement.

  16. joëlle

    le Pape François n’est pas la pour faire des meilleurs scores ou pas ce n’est pas un politiciens , ce qui compte c’est que ça soit un bon pasteur qui prend soin de l’église du Seigneur en ne fessant pas n’importe quoi , et soin des brebis de notre Seigneur , ce n’est pas une star et il ne se prend pas pour une star !!!
    l’église n’est pas fait pour changer selon le monde qui suit ce crétin de Satan depuis trop longtemps hélas !!! l’église est de ce monde mais n’est pas de ce monde !!!
    le Pape François lui au moins remet les choses importante et oublier à sa propre place , il pense au Pauvres , au sans Abris , et au moins il distribue l’Argents du Vatican pour cela et autre , avant le Vatican gardais trop son argents pour lui !!! et le Pape François à eu au moins le cran de remettre la Curie en place , touts ses Cardinaux , et évêques parlant dernière le dos et derrière son dos, et étant jaloux des un des autres , et ne mettant pas le spirituelle en premier dans leur vie , ce sont avant tout des hommes spirituelle, et priant c’est ce que qui doit-être en premier , et voulant comploter et commander l’air de rien il
    étais temps de resserrer les écrous !!!

  17. gipsy

    Giordano , il serait bon de ne pas amalgamer « critique  » et « haine  » . Aucune haine ne transpire de ces commentaires, tout au plus du desamour et de l’esprit critique ( autorisé par le concile ) envers un pape qui reste un humain et n’est pas Dieu .tout ce que dit un pape n’engage pas son infaillibilite et il y a eu dans l’histoire des papes aux moeurs pas très catholiques.
    Garder l’esprit critique : c’est pourtant dans le vent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *