L’Osservatore Romano sous le feu des critiques

Download PDF

Daniel Hamiche a récemment traduit l’attaque de Christine Vollmer, présidente de l’American Alliance for the Family contre l’Osservatore Romano à propos de la rupture de l’embargo du quotidien sur le livre d’entretien du Pape avec Seewald. L’initiative de L’Osservatore Romano « fut une grosse erreur » a-t-elle déclaré à LifeSiteNews le 23 novembre dernier. Un type d’erreur pour laquelle un homme comme

« Vian aurait été viré de n’importe quel autre emploi normal (…) À tel point qu’une incompétence ordinaire n’est pas crédible. Il semblerait que, comme pour l’article de Fisichella, la ligne éditoriale est d’insinuer le doute sur les questions morales (…) Ils [les gens de L’Osservatore Romano] estiment que cela crée de l’intérêt pour leur journal, et cela semble être leur idée. Si le journal avait publié des articles répandant le doute sur l’Assomption de Notre Dame, que se serait-il passé ? Mais ils n’ont aucun remords à répandre le doute sur des questions morales. »

Et Daniel Hamiche de commenter en enfonçant le clou:

« C’est bien cela aussi le problème : aucun remords, aucune excuse sur Obama et sur l’université Notre Dame, Fisichella, les Beattles, les Simpsons… C’est, journalistiquement parlant, du grand n’importe quoi et du coûteux pour l’Église en terme d’image et de financement (car ce quotidien est déficitaire). À quoi sert L’Osservatore Romano ? S’il s’agit de diffuser les paroles du Pape et de faire connaître son action et celles des dicastères, il n’y a vraiment pas besoin qu’un quotidien. Qu’on soigne davantage les communiqués de la salle de presse du Vatican – ce ne serait pas du luxe… – : voilà ce me semble une mesure moins coûteuse, plus avantageuse et plus intéressante pour le monde de la presse internationale que les poses journalistiques d’une bande d’incompétents notoires. »

3 comments

  1. Yves

    Attention, on mélange là deux problèmes. Sur la forme, la rupture d’un embargo est une faute journalistique grave. Et l’OR peut probablement être blamé pour cela.

    Mais sur le fond, à part que ça a quelque peu eclipsé le consistoire, les propos du pape étant ce qu’ils sont, il y aurait eu le même embalement médiatique sur les trois mêmes phrases, le mardi suivant…

    Quand je lis « Mais ils n’ont aucun remords à répandre le doute sur des questions morales » la question est de savoir si l’on reproche à l’OR d’avoir publié à contre temps ou au pape d’avoir dit ce qu’il a dit!

    Personnellement, je ne me sens pas en capacité de donner des leçons de morale au pape…

  2. de la Croix Guy

    En réponse à « Yves » cidessus, je ne vois pas pourquoi en catholique respectueux et admiratif de notre St Père on ne peut exprimer son désaccord sur une prise de position de ce dernier sur un sujet qui est quand même très à l’ordre du jour et même brulant d’actualité et de conséquences morales et vitales pour l’humanité entière . Tout en faisant remarquer que ces 2 lignes du Pape ne sont en rien l’expression du magistère de l’Eglise Catholique et tout Pape est et reste un être humain qui n’est pas à l’abri d’erreurs sur le plan de son expression personnelle par un livre qu’il écrit en son nom propre et non au nom du Magistère .

  3. Jean-Claude Chevalier

    ah tout celà ne change pas grand chose, je pense, au fond même des déclarations ou commentaires du pape… il a entrouvert la porte et le caoutchouc s’est mis à entrer… voilà tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *