ARCHBISHOP MARINI CLOSES DOORS TO SISTINE CHAPEL

Culte divin : l’hypothèse Marini

Download PDF

La défenestration de deux ratzinguériens, Mgr Juan Miguel Ferrer et le P. Antony Ward, sous-secrétaires de la Congrégation du culte divin, licenciés vendredi dernier, en fin de matinée, a causé une grosse commotion dans les bureaux de la Curie. À leur place s’installait le P. Corrado Maggioni, jusque-là chef de bureau dans la même Congrégation (voir notre article : « Purge à la Congrégation pour le Culte divin »). La brutalité de la mise à pied des deux anciens sous-secrétaires a surpris même ceux qui n’étaient pas de leur sensibilité. D’autant que rien ne pressait, puisque depuis la départ du cardinal Cañizares à Valence, la Congrégation n’a plus de Préfet.

Justement : la Congrégation en attente de chef est donc désormais composée de Mgr Roche, secrétaire, un « progressiste » relativement rangé, et du P. Maggioni, sous-secrétaire, grand ami, disais-je dans mon dernier article sur le sujet, de Piero Marini, professeur à l’Université Saint-Anselme, connu comme un bugniniste pur jus, tant pour ses idées que pour sa manière d’agir très combinazionante.

Il était donc normal que réapparaisse immédiatement la rumeur alarmiste qui veut que Mgr Piero Marini accède au siège de ses rêves et devienne « patron » de la liturgie de l’Église romaine et bientôt cardinal. On a cependant fait valoir qu’il a bientôt 72 ans, de sorte qu’il devrait remettre sa démission dans trois ans, ce qui constituerait une charge bien brève. Mais rien n’oblige le Pape à accepter la démission d’un chef de dicastère, et il est bien des exemples de préfets prolongés dans leurs fonctions au-delà de cet âge.

Pourtant, on a pourtant peine à croire que le Pape veuille se prêter à une telle provocation. Pourquoi ouvrirait-il gratuitement un front de polémique en livrant la liturgie – un domaine qui ne l’intéresse que très faiblement – à un homme à ce point contesté ? Plus plausible a priori paraît donc la nomination d’un préfet “classique” mais modéré, qui mettrait du baume sur le cœur des ratzinguériens, sans rien coûter. Il serait en effet bien encadré par des bugninistes vigilants, à la tête d’un dicastère qui a, hélas, largement démontré son impuissance dans la répression des abus.

Certes, mais le raisonnement vaut aussi, d’une autre manière, pour Marini : le Pape en le nommant donnerait à peu de frais une consolation symbolique aux hommes de la réforme liturgique qui se croient opprimés depuis les hommes de la « restauration » se sont installés à leur place dans le Temple de la liturgie réformée. La nomination du fils spirituel d’Annibale Bugnini serait en quelque sorte presque honorifique dans la mesure où on voit mal François se lancer aujourd’hui dans de nouvelles réformes des livres liturgiques. Elle serait tout de même le signe de la disparition définitive de Benoît XVI.

Je prends les paris…

12 comments

  1. rocheteau

    que la Vierge Marie Mère de l’Eglise veille sur ses enfants et vienne à notre secours ! en la priant avec ferveur nous n’aurons rien à redouter……

  2. Otto

    Je pense qu’il prendra un certain plaisir de blesser les méchants traditionalistes et intellectualistes, notre jesuite humble, souriant et miséricordieux. Marini va venir.

  3. garmon

    Je n’aime pas l’expression « je prends les paris »

    Un jésuite est aussi capable de demander à une subordonné d’agir à contre-emploi ?

    Dieu vous garde

  4. Courivaud

    « Pourtant, on a pourtant peine à croire que le Pape veuille se prêter à une telle provocation… »

    Cette remarque est :
    – soit ironique
    – soit « papolâtre »
    – soit désespérément naïve.

    Je crains que nous allions vers un schisme… à moins que le pape actuel ne décide de renoncer à sa charge (il a même fait savoir qu’il le ferait si nécessaire…). De toute façon, la relève existe : elle se trouve surtout chez les traditionnalistes (que Riposte catholique a trop peur de défendre) et ils feront cesser ce schisme, une fois qu’ils seront en mesure de s’exprimer et de vivre au sein et au nom de toute l’Eglise restée fidèle au Christ.

  5. Frappin

    Avant chaque conclave les catholiques devraient s’adresser ,avec respect,aux cardinaux de leurs pays réspectifs afin de leur faire connaître ce qu’ils attendent d’un nouveau Pape.
    L’Eglise n’est pas une démocratie mais il serait bon que l’on tienne compte des attentes du peuple de Dieu,le Pape actuel ne tient aucun compte du travail de son prédécesseur,nous retombons dans les très graves erreurs des années 70 au risque de provoquer un schisme.

  6. léa

    les fidèles se retrouvent complètement piégés par ces bagarres internes, on ne peut que déplorer ces attitudes, ces gens-là sont pour eux et c’est tout! on est loin du SAINT CURE D’ARS! mon Dieu!

  7. professeur Tournesol

    Signe encourageant, l’autre mgr Marini (Guido) est toujours à son poste de maître des cérémonies, comme quoi le pape n’est pas forcément si moderniste en matière liturgique.

  8. Pingback: Cardinal Sarah au Culte divin : essai de décryptage | Riposte-catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *