Caritas Internationalis : Rome reprend la main

Download PDF

Confédération internationale de 165 organismes catholiques caritatifs (en France, c’est le Secours Catholique), Caritas Internationalis célèbrera le soixantième anniversaire de sa fondation (en décembre 1951) à l’occasion de son assemblée générale qui se tiendra à Rome du 22 au 27 mai. Une assemblée générale qui devrait manifester la reprise en main de la confédération par le Saint Siège qui ne cache pas son trouble et son mécontentement devant la dérive progressiste de l’organisation internationale et son “oubli” graduel de son « identité catholique ».
On se souvient qu’en février dernier, le Saint Siège refusa que Lesley-Anne Knight, la secrétaire générale de Caritas Internationalis, se présente à sa réélection à la tête de l’organisation au motif, exprimé diplomatiquement, que le temps était venu de renforcer « l’identité catholique » de Caritas Internationalis, ce qui était donc dire, en bonne logique, que la secrétaire générale s’en était sensiblement éloignée… Une éviction bruyamment contestée par les catholiques progressistes…
Dernier rebondissement notable, le Saint Siège a interdit au P. Timothy Radcliffe, ancien maître général de l’Ordre des Prêcheurs (dominicains) de 1992 à 2001, de prononcer lundi le discours principal que le secrétariat général de Caritas Internationalis lui avait demandé pour l’assemblée générale de Rome. Radcliffe, dont le progressisme n’est plus à démontrer, a achevé d’indisposer Rome par son opposition systématique et répétée au Magistère, notamment sur la question de l’appel aux ordres de personnes ayant un penchant homosexuel très profond. Rome a parlé définitivement sur cette question (voir l’instruction de la Congrégation pour l’éducation catholique « sur les critères de discernement de la vocation des personnes ayant des tendances homosexuelles, et de leur admission au séminaire ou aux ordres sacrés », approuvée par Benoît XVI le 31 août 2005 et promulgué le 29 novembre suivant). Radcliffe est d’une opinion opposée : selon lui, ce ne sont pas les homosexuels qui doivent être interdits de sacerdoce, mais les « homophobes » qui doivent en être chassés !
Le Saint Siège a sensiblement modifié les articles des statuts de l’organisation afin de mieux « refléter la nature, la raison d’être et la mission » de Caritas Internationalis, comme le précise le communiqué de Vatican Information Service du 20 mai, signalant d’ailleurs au passage que « ces nouveaux statuts sont désormais en vigueur »…

7 comments

  1. JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD

    Il est dommage que le Saint Siège n’est pas pu prévenir ses dérives connues de lui, avant qu’elles ne viennent au grand jour. Car elles étaient évidemment sous-jacentes avant qu’elles n’arrive à sa connaissance.
    Résultat vous passez pour un homophobe dès que vous dénoncez la crime de l’homosexualité.
    Vous êtes un extrémiste dès que vous vous élevez contre l’abomination de l’avortement.
    L’on vous taxe d’empêcheur de tourner en rond ou plus simplement de n’être plus de votre temps, dès que vous vous élevez contre la pédophilie surtout celle commise par des ecclésiastiques.
    Merci !
    JFL

  2. JACQUES-FRANCOIS dit LOCARD

    Il est dommage que le Saint Siège n’est pas pu prévenir ses dérives connues de lui, avant qu’elles ne viennent au grand jour. Car elles étaient évidemment sous-jacentes avant qu’elles n’arrivent à sa connaissance.
    Résultat vous passez pour un homophobe dès que vous dénoncez la crime de l’homosexualité.
    Vous êtes un extrémiste dès que vous vous élevez contre l’abomination de l’avortement.
    L’on vous taxe d’empêcheur de tourner en rond ou plus simplement de n’être plus de votre temps, dès que vous vous élevez contre la pédophilie surtout celle commise par des ecclésiastiques.
    Merci !
    JFL

  3. Thierry

    Et oui!Si la plus superbe organisation caritative du monde n’est pas la pour servir selon le Christ mais selon le monde,ou allons nous!

  4. Exupéry

    Bonne décision romaine.
    Les propos du Père Timothy Radcliffe ont si souvent été « limites » (ce qui fit d’ailleurs sa célébrité) que sa dérive finale n’est, hélas, pas surprenante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *