tauran

Dialogue inter-religieux et combat pro-vie

Download PDF

 tauran

Le 2 mai dernier a été rendu public un message du conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux, présidé par le cardinal Tauran, à l’occasion de la fête bouddhiste de Vesakh. On y lit notamment ce passage:

Chers amis bouddhistes, votre premier précepte vous apprend à vous abstenir de détruire la vie de tout être sensible, et par conséquent il interdit le meurtre de soi-même et des autres. La pierre d’angle de votre éthique réside dans une réelle affection pour tous les êtres. Nous, chrétiens, nous croyons que le cœur de l’enseignement moral de Jésus est double: amour de Dieu et amour du prochain. Jésus dit Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Et encore Voici mon commandement: Aimez- vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Le cinquième commandement chrétien Tu ne tueras pas s’harmonise très bien avec votre premier précepte. Nostra Aetate enseigne que l’Eglise catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. Je pense, par conséquent, que ce qui est urgent pour les bouddhistes aussi bien que pour les chrétiens, sur la base du patrimoine spécifique de nos traditions religieuses, est de créer un climat de paix pour aimer, défendre et promouvoir la vie humaine.

Où l’on constate, une nouvelle fois, que la défense de la loi naturelle est l’un des domaines où, dans la pratique, peut se forger un véritable rapprochement entre gens de bonne volonté, professant des doctrines religieuses différentes.

2 comments

  1. Daniel

    Je ne crois pas que ce soit la Loi Naturelle (au sens chrétien) qui réside dans le bouddhisme :
    Je ne développerais pas l’incompatibilité du bouddhisme avec l’âme, la résurrection et la vie éternelle, la grâce, la rémission des péchés, donc le Christ et Dieu le Père. L’occidental qui croit que c’est une religion est trompé par le syncrétisme oriental qui mélange aux insuffisances spirituelles du bouddhisme un panthéon de déités et de démons.
    J’aborderais la loi naturelle contenue dans l’enseignement du Maître Ringou Tulkou Rimpotché dans son livre « Et si vous m’expliquiez le bouddhisme » présenté par Matthieu RIACRD comme un nec plus ultra, et du Dalaï Lama :
    Aller contre les effets d’un karma alourdi par une mauvaise vie antérieure (c’est à dire aider les malheureux parias) c’est s’échiner pour rien contre le processus des réincarnations. Il faut vider l’instant présent de toutes représentations passées ou futures, échapper à ses sentiments fruits des illusions et se concentrer sur sa méditation, se vider d’esprit, mais : « Si nous ne demeurons pas tout le temps en méditation nous devrions cependant essayer de rester sous l’influence de l’état méditatif … sans s’investir excessivement ni dans l’action, ni dans ses résultats … ». C’est pourquoi Gampopa (un illustre maître) dit « Entre les méditations, pratiquez le plus possible les générosités et autres pâramitâs qui permettent d’accumuler des mérites, en considérant toutes choses comme illusions » car « Nos actions positives auront des résultats positifs (sur notre karma) … » mais  » Leur nature (à ces actions positive) est certes illusoire … ». « Le bodhisattva sait qu’au sein des phénomènes il n’y a pas de soi, d’existence, de vie, ni d’individus … il ne leur attribut rien, ni forme, ni caractéristique, ni essence … »
    Ainsi, comme Kant qui, effrayé de l’absurdité et de la non viabilité du monde sans Dieu de sa théorie philosophique qu’il avait voulu créer ex nihil, a du ajouter un concept de Dieu à la fin de sa somme philosophique, les Bouddhistes ont du, au contact de la civilisation occidentale, donc de la chrétienté, ajouter un ersatz de charité compatible avec leur philosophie absurde. Il ne faut donc pas confondre la charité chrétienne et celle bouddhiste qui n’en est qu’une parodie.
    Le Bouddhisme est donc une philosophie athée, incohérente, flanquée d’une parodie de charité. Il génère la misère sociale (par exemple ne s’oppose pas à l’infanticide des filles). Ce qui ressemble à « un peu de vérité » n’est qu’une parodie de la charité chrétienne propre à égarer les esprits faibles et que nous n’avons pas à respecter mais à exposer. Cette philosophie est tellement inhumaine et irréaliste qu’il est irresponsable d’y ajouter foi. Si tout le monde atteignait l’état parfait de dissolution de la pensée, assis à méditer, il n’y aurait plus ni boulanger, ni paysan, ni couturier, ni médecin, ni parents, etc. et la création humaine disparaitrait en quelques semaines.
    De plus, la Loi Naturelle n’a de force qu’attestée par le Christ, il n’est qu’à voir le monde athée actuel qui connaît bien la Loi Naturelle mais qui la refuse hors du petit cercle des affections sentimentales. Et aimer ses ennemis, est-ce si Naturel ? Toute l’histoire humaine prouve qu’il est faux et dangereux de dire que l’Homme peut trouver par lui même et appliquer par lui même la Loi Naturelle. Ce qu’enseigne la foi catholique c’est la Charité et la grâce du Seigneur pour y arriver. Le pacifisme bouddhique n’a rien à voir avec la Charité chrétienne qui est l’amour divin insufflé par la grâce.

  2. Vous avez raison Daniel.C’est devenu presqu’insupportable d,entendre des dignitaires de l’Église être aussi désinformés .On dirait que pendant les cours de théologie qu’ils éré censé avoir,ils faisaient l’école buissonnière. Ils disent ou écrivent n’importe quoi,en autant qu’ils s’illusionnent sur le dialogue interreligieux. Pauvre hiérarchie !
    C.P. 2013-06-18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *