Le cardinal Tauran parle d’Assise (1)

Download PDF

Le quotidien « La Croix » publie un entretien avec le cardinal Tauran à propos de la prochaine réunion d’Assise (entretien sur lequel nous allons revenir dans plusieurs articles). Je lis cette première question:

« La Croix : Face à la violence, comment maintenir le dialogue entre les religions ?

Cardinal Jean-Louis Tauran : Parfois, on me dit : « Voilà où mène notre dialogue ! » Ma réponse est simple : les récents événements montrent combien le dialogue est encore trop faible et doit être approfondi. Ce qui est terrible, c’est quand la violence devient un mode de communication entre les communautés. Il n’y a pas d’autre solution que le dialogue et l’éducation.
Pour ma part, je m’en tiens au prophète Michée (6, 8) : « Ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu. » C’est l’unique solution. Nous avons des contacts, notamment en Europe, avec des interlocuteurs de qualité, qui abordent le dialogue de manière sereine et objective.« 

J’avoue que cette réponse me semble bizarre. Je ne crois pas qu’aucun catholique conteste qu’il faille pratiquer la justice et aimer la miséricorde. Je ne crois pas non plus qu’aucun catholique considère que la violence soit une bonne réponse à la violence.

Les réserves que l’on entend à propos du dialogue interreligieux n’a rien à voir avec cela. Personne ne s’oppose à ce que les dirigeants religieux discutent entre eux, ou à ce que les théologiens essaient de trouver des points d’accord doctrinaux. La question, c’est le risque de syncrétisme. Et le risque de faire croire qu’il y a des accords doctrinaux là où il n’y en a pas (il est, en particulier, loin d’être certain que nous ayons le même Dieu que les musulmans, puisque l’islam s’est bâti précisément contre l’affirmation trinitaire).

4 comments

  1. Erasmus Minor

    Cessez de dire à l’envi que nous n’avons pas le même Dieu que les musulmans ! Ne comprenez-vous rien à l’enseignement que vous avez reçu sur la Trinité de Dieu ? Vous dire catholiques et ne même pas comprendre ce que vous prétendez défendre rend nulle et non avenue votre critique. Voilà qui est simple. Votre intrasigeantisme est une divinisation des formes et un refus pratique de la révélation des Evangiles : voici encore quelque chose de simple à comprendre !

  2. FredericW

    « Je ne crois pas non plus qu’aucun catholique considère que la violence soit une bonne réponse à la violence. »

    Il me semble que vous faites erreur : en effet, nous connaissons la position de Saint Augustin au sujet de la guerre juste.
    Et nous pouvons par exemple voir une juste application de ces principes dans la bataille de Lépante qui fut salutaire pour la chrétienté.
    Certes la violence qui s’est déchainée n’était pas la même des deux côtés car un chrétien même en temps de guerre ne se comporte pas de façon brutale et désordonnée mais il peut tout de même user de violence à l’égard de son adversaire afin que triomphe le bien.

  3. santiago64

    Pour Erasmus Minor dont je regrette le commentaire un peu aigre.
    La question est, avec l’Islam, de répondre à la question : le Coran est il un livre INSPIRÉ?
    Si, comme le prétend notre Église catholique(avec tous les chrétiens des autres confessions)la Révélation est close depuis la mort du dernier Apôtre(St Jean), la revendication de l’Islam pour l’inspiration de son Coran est VAINE et Mahomet n’est pas prophète mais un quelconque vaticinateur comme l’histoire en regorge.
    A partir de là, et d’abord de là, tout ce que le Coran nous dépeint de Dieu, et de tout le reste, n’est qu’imagination subjective construite de main d’homme, si je puis dire, avec les inévitables absurdités et incohérences humaines. Dès lors le dieu représenté et décrit par le Coran ne peut être le notre mais sa dénaturation humaine(et diabolique de surcroît).
    De fait, non Trinitaire, sans Amour, sans Incarnation ni Rédemption, purement transcendant sans le dialogue Dieu-homme-Dieu (Abraham, Moïse…jusqu’à Jésus) le dieu coranique n’est pas le même Dieu que Dieu biblique.Ce n’est pas parce qu’on l’appelle Dieu qu’il en a la nature et les qualités divines; les idoles aussi prétendaient à la divinité.
    Un vrai dialogue avec un musulman ne doit pas cacher la vérité, elle seule libère.
    Allons nous ainsi les chagriner? est ce tragique de dire ce qui EST? La tragédie purge l’âme par le chagrin et la pitié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *