Déchaînement d’homofolie à Angers…

Depuis vendredi dernier, le gérant d’un restaurant de la chaîne Subway installée à Angers fait l’objet d’un véritable lynchage médiatique. Quel horrible crime a-t-il commis pour mériter pareil traitement ?

Pour la saint Valentin, ce gérant, immigré d’origine anglo-saxonne, a eu la malencontreuse idée de risquer un trait d’humour. Il a libellé en ces termes une offre promotionnelle : « fêtes des amoureux. Pour les couples H/F * (*Discrimination ? Non la loi de mariage pour tous a avancé, mais n’est pas encore ratifiée par le Sénat. Jusque là, j’utilise la loi de la liberté d’expression) ». Cette provocation, dont la violence criminelle inouïe n’échappera à personne, a provoqué une véritable tempête. La presse locale, Ouest France en tête, dans ses pages « France », a dénoncé « une affiche à caractère homophobe », incrimination dont le journal fait d’ailleurs un usage très extensif, et pour tout dire, franchement abusif. La société Subway, harcelée sur Internet par des réseaux redoutablement efficaces, a immédiatement abandonné son gérant à la curée, lui promettant de « lourdes sanctions ». Le restaurant a d’ailleurs été temporairement fermé. On attend le jugement qui exigera que le bâtiment soit détruit et que du sel soit jeté sur son emplacement. Le pauvre gérant qui n’en peut mais, se serait, affirme Ouest France, en grand titre, « effondré », demandant pardon, en larmes, pour le crime odieux ainsi perpétré. Quelle sera la suite des événements ? Va-t-on le condamner à perdre son emploi, ainsi que ses six employés ? Va-t-on le marquer au fer rouge de la lettre H ? L’exposer au pilori ? Lui imposer une pénitence publique ? Ou tout simplement le pousser à bout… ? Notre pauvre gérant a commis une grave erreur : naïvement, il s’est cru dans un pays où l’expression était libre.

Ce lynchage médiatique illustre la violence du salafisme gay qui impose aujourd’hui sa loi en France. Selon l’association Quazar, qui envisage de porter plainte contre ce gérant : « Cette offre promotionnelle est homophobe puisqu’elle n’est réservée qu’aux couples hétérosexuels, la refusant aux couples homosexuels ». Le propos va loin, et exprime bien ce qui nous atteint. Un tel principe pourrait permettre demain de déclarer « homophobe », le droit canonique qui réserve le mariage religieux aux couples hétérosexuels, par exemple.

10 comments

  1. Les journalistes font de plus en plus preuve d’une infirmite intellectuelle incroyable. Ils ne savent plus mener un journalisme d’investigation. Ils sont devenus des partsans du moindre effort. Ils n’ont plus l’esprit critique et veulent empecher ceux qui l’ont. Quelle formation recoivent-ils? Ils sont devenus tres emotionels / emotionelles. Ils refusent de penser objectivement et ramenent tout a leur minuscule personne. ils faut les confondre systematiquement. Sont-ils heureux? NON! Un humain heureux n’est pas agressif! Voyons, qu’ils s’en prennent a eux-meme et n’ont a ceux dont ils sont devenus differents!

  2. Bea Klenik

    la liberte des uns finit ou celle des ‘autres’ commencent…
    quand nous serons agresses sexuellement dans les toilettes publiques aurons-nous le ‘droit’ de porter plainte ?? puisque tous les droits sont ouverts a tous… j’irai me soulager en pleine rue, ou je me sentirai plus en securite. Je delire ??? certes ! mais pas plus que les gens qui nous gouvernent, qui sont tombes sur la tete.

  3. Madeleine

    Il s’agit du sujet : est ce qu’on met de l’huile sur le feu?
    Comme lorsque Charlie Hebdo fait paraitre des photos humoristiques sur des sujets dits brûlants.

    Dans un climat de tension perpétuel pour les personnes homos.
    Deux solutions, soit le gérant à voulu faire du second degré et cela n’a pas fonctionné. Soit pas du tout, et là, c’est normal que les gens râlent

  4. Janot

    Bravo au courageux gérant du restaurant Subway d’Angers. La liberté d’expression non seulement est légale, mais en plus un droit fondamental sur lequel il ne faut pas transiger. Pour ce qui me concerne, je n’ai aucunement envie de me retrouver entouré de paires d’homos quand je vais au restaurant avec mon épouse lors de la St Valentin. C’est mon « droit à la différence » dont on nous rebat les oreilles et j’y tiens.

  5. Térénia

    Oui mais maintenant notre restaurateur est « effondré », il pleure, il demande pardon pour le lapsus commis, dit qu’il ne comprend pas bien le français c’est pourquoi tout cela n’est qu’une erreur de transcription de sa part……etc etc……
    voir le Courier de l’Ouest d’Angers du 19 Février

  6. Térénia

    J’ajoute quand même que je ne veux pas juger ce pauvre homme, ce qui prouve que sans un Foi solide et des convictions profondes, les conséquences de tels actes sont dramatiques, perte d’emploi et de sa réputation, il faut être très solide pour encaisser la persécution…..

  7. Vergnaud Jean-Marie

    Tout cela est très grave et donne envie de provoquer. Comme pour N. Sarkozy, les journaleux sont liberticides, on se croirait dans les années 30 où les extrêmes dictaient leur loi et ont d’ailleurs fini par être la loi, nazisme et communiste.
    J’espère qu’avec Hollande et consorts, si nous on va trinquer, ceux qui ont voulu la gauche vont payer très cher.
    Malheureusement, comme la France ne va pas se relever rapidement, ce sont nos enfants qui vont subir.

  8. bataille de Tourtour

    L’association du milieu du mois de février avec l’amour et surtout la fécondité date de l’Antiquité grecque (hiérogamie de Zeus et Héra) .Dans la Rome antique,le 15 février étaient fêtées les Lupercales,ou fêtes de Lupercus,dieu de la fécondité,qui assurait aux femmes le don de fertilité (et,par extension,la fertilité du sol).
    D’où probablement l’évolution du mythe païen en fête des amoureux.
    A bon hétérophobe, salut.
    A bon misogyne également…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>