A propos de la rumeur de motu proprio réglant le statu canonique de la Fraternité St Pie X

Download PDF

Depuis la dernière fois que nous avons parlé des discussions doctrinales entre la Fraternité St Pie X et les théologiens de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (avant l’été), de l’eau a coulé sous les ponts du Tibre.
La rumeur s’est, en particulier, répandue que le Pape préparait un motu proprio prévoyant que l’on ne demande à la FSPX, pour sa reconnaissance canonique, rien d’autre que sa déclaration d’adhésion au Catéchisme de l’Eglise catholique (et, en particulier, pas d’adhésion, fût-elle critique, à Vatican II, ni d’obligation de célébrer la nouvelle messe).
Par la suite, Mgr Williamson, l’un des quatre évêques sacrés en 1988 (dont il serait difficile d’ignorer le nom, tant il est devenu une célébrité médiatique du fait de ses déclarations, disons assez éloignées des compétences épiscopales…) a mis en garde contre cet éventuel motu proprio en déclarant que le CEC était « moderne en substance, quoique de manière subreptice ».
A quoi, Mgr Fellay a répondu dans le périodique américain « Remnant » (cité ici):

« La déclaration de Mgr Williamson a été faite sans autorisation et lui est personnelle, elle ne vient pas de la Fraternité. Cela n’a jamais été la politique de la Fraternité de baser son action ou sa politique sur des ragots. Je n’ai absolument connaissance d’aucun Motu Proprio. »

Il va de soi que l’on peut fort bien imaginer que ce projet de motu proprio existe bel et bien et que les personnes en charge de le « négocier » préfèrent le faire discrètement… quand les personnes désireuses de faire « capoter » un accord entre la FSPX et Rome (et Mgr Williamson est ici en « communion » avec beaucoup d’autres évêques!…) ont au contraire tout intérêt à lui donner un maximum de publicité.
De toute façon, il ne s’agit pour l’instant que de rumeurs. Qui vivra verra!
Il reste que, sur la base de ces rumeurs, nous pouvons réfléchir et je vous invite à lire les Benoît et moi »>réflexions sur RP Scalese:

« Enfin, si la nouvelle du motu proprio est vraie, on a compris qu’on ne pouvait pas leur demander l’acceptation du concile Vatican II , un concile qui s’est lui-même défini comme «pastoral» et, qui par certains points peut être – est de fait – mis en discussion. […] Mais si on y réfléchit bien, même cette solution [du motu proprio] – sans tenir compte des réactions d’autres parties, mais seulement sur le principe – n’est pas la plus correcte . Certes pas parce que le Catéchisme de l’ Église catholique, comme le prétend Williamson , serait « moderne en substance , mais de manière subreptice », mais parce que le catéchisme – tous les catéchismes – sont eux aussi des textes « pastoraux », liés au temps et au lieu dans lesquels ils ont été composés. […] Un Catéchisme contient non seulement la doctrine dans sa pureté , mais essaie de la présenter en adoptant les catégories à une période historique donnée . Pourquoi obliger quelqu’un à accepter comme définitif un texte qui, en dépit de son autorité , a un caractère contingent et peut donc être l’objet , au moins sur certains points, de réserves légitimes (comme cela s’est produit en ce qui concerne la peine de mort) ?
Je suis de plus en plus convaincu que la seule chose qu’on peut – et doit – demander aux lefebvristes (comme à n’importe qui d’autre) est la profession de foi : s’ils sont disposées à la professer , ils sont catholiques , s’ils refusent , ils ne le sont pas. Et les discussions doctrinales seraient vaines , même si elles duraient des années. »

Il est bien évident que cette profession de foi n’est pas uniquement le Credo, mais la reconnaissance que la hiérarchie ecclésiastique actuelle est légitime et que les sacrements dans leur forme « réformée » sont a priori valides (s’ils sont célébrés en conformité avec la foi de l’Eglise) – ce que la FSPX a toujours maintenu.
Mais, cette précision étant faite, je vois mal comment on pourrait ne pas se ranger à l’avis du RP Scalese. J’ajoute que le plus tôt sera le mieux: l’Occident anciennement chrétien s’enfonce chaque jour davantage dans une apostasie effrayante, d’où même la loi naturelle se trouve bannie.

3 comments

  1. Franz

    On pourrait demander la même chose à tout le monde et procéder aux ajustements subséquents : les vrais cathos du dehors viendraient dedans et les faux cathos du dedans iraient dehors.
    Du boulot en perspective pour le Saint-Office !

    12 X 12 millions de chapelets à cette intention !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *