Comparaison entre la Fraternité St Pie X et l’épiscopat chinois

Download PDF

L’agence de presse Zenit présentait hier soir une intéressante lecture du nouveau livre d’entretiens de Benoît XVI avec Peter Seewald, « Lumière du monde », par le vaticaniste Luigi Accattoli. J’y lis ces quelques lignes à propos du rapprochement avec la Fraternité St Pie X:

« Le pape explique que l’excommunication était canoniquement motivée par la non-reconnaissance de la primauté du Successeur de Pierre. Il fait le parallèle avec les évêques chinois ordonnés de façon illicite. A partir du moment où ils l’ont reconnue, la sanction devait être levée.
Mais le pape regrette que les choses aient été mal préparées, et il note qu’en fait Mgr Williamson « n’a jamais été catholique » puisqu’il est passé de l’anglicanisme au lefebvrisme. Lever l’excommunication, c’est favoriser l’unité, comme cela se fait en Chine lorsqu’un évêque ordonné de façon illicite reconnaît la primauté du Successeur de Pierre. L’excommunication est levée. Mais il n’aurait pas levé l’excommunication de Mgr Williamson si une enquête approfondie avait révélé son négationnisme. »

Il est très intéressant de noter que la question canonique se résume, dans cette présentation (il reste à savoir si cette présentation correspond bien à la pensée du Pape, mais je serais en tout cas tenté de le croire), à la question doctrinale de la reconnaissance ou non de la Primauté de Pierre. De toute évidence, c’est là un remarquable bouleversement. Car, à aucun moment, il n’y a eu le moindre doute sur le fait que Mgr Lefebvre et ses successeurs reconnaissaient la Primauté de Pierre.
Je note aussi cette constatation un peu malicieuse (qui serait bien dans le style de Benoît XVI…) sur Mgr Williamson, l’un des principaux « durs » de la FSPX… qui « n’a jamais été catholique puisqu’il est passé de l’anglicanisme au lefebvrisme ».
En revanche, j’avoue être un peu surpris de la mention selon laquelle le Pape aurait maintenu l’excommunication pour Mgr Williamson s’il avait connu son négationnisme. On peut penser ce que l’on veut de cette doctrine; on peut en particulier penser (c’est mon cas) que ce n’est vraiment pas le rôle d’un évêque catholique de s’engager dans des controverses historiques (surtout lorsqu’elles comportent des charges émotionnelles et des risques légaux aussi importants). Mais je ne vois pas le rapport avec la foi ou les moeurs, ni avec la soumission au Pape. Je ne vois donc pas bien pourquoi cette doctrine particulière entraînerait ipso facto le maintien de l’excommunication.
Dernier point, et le plus important selon moi: la comparaison avec les évêques chinois. On sait que l’excommunication pour sacre épiscopal sans mandat pontifical a été liée directement au cas des évêques chinois quand la Chine est passée sous la botte communiste. Le lien avec les sacres d’Ecône est donc évident historiquement: les seuls cas, à ma connaissance, d’excommunication pour ce motif ont eu lieu en Chine et à Ecône.
Mais ce rapprochement est surtout intéressant en ce qu’il donne sans doute une idée de la « stratégie » de Benoît XVI pour résorber cette séparation douloureuse. En Chine, de plus en plus souvent, les évêques sacrés illictement (dans l’Eglise officielle) demandent leur reconnaissance canonique à Rome. Ils se trouvent donc dans une situation un peu paradoxale d’évêques schismatiques reconnus par Rome. Ainsi les frontières entre l’Eglise clandestine et l’Eglise « officielle » sont-elles de plus en plus poreuses. Il pourrait en aller de même avec les évêques de la FSPX.
Même si cette situation n’est pas satisfaisante à long terme, elle permettrait du moins de ne pas priver l’Eglise latine de quelques centaines de prêtres fidèles et pleins de zèle apostolique et d’offrir aux fidèles de l’Eglise « officielle » le secours de ces prêtres et de ces évêques à la condition canonique un peu bancale.

5 comments

  1. Arnold

    Non, dans la pratique la FSSPX ne reconnaît pas l’autorité de Pierre ! Elle la reconnaît en paroles mais pas en actes. Et c’est bien ce qui compte dans l’Eglise, non ? En pratique, la commission St Charles Borromée de la FSSPX qui règle les cas de morale et de droit réservés au Saint Siège est bien la preuve du refus de reconnaissance de la primauté de Pierre !

    Ne pas lever l’excommunication de Mgr W. parce qu’il pense négationnisme pour parce qu’il parle négationnisme ? je pense que le Pape estime que c’est la seconde hypothèse qui est problématique : on peut effectivement considérer qu’il n’est pas opportun de lever l’excommunication d’un évêque qui ne connaît pas l’importance de sa charge, de son rôle et de sa parole. Visiblement, Mgr W. ignore qu’un évêque est successeur des apôtres, qu’il doit veiller à la doctrine et à la préservation de la vérité : pour cela il doit être en union avec Pierre, et il doit éviter de traiter de sujets qui n’ont rien à voir avec sa charge. Visiblement, dans la tête de Mgr W. « sa vérité » historique est liée à la vérité doctrinale : face à une telle confusion qui revient à nier le Christ (car c’est Lui, la vérité) on a une cause d’excommunication pour hérésie, non ? C’est peut-être un peu excessif dans la conclusion, mais cet évêque pose vraiment pb sur le fond…

  2. Christophe Buffin de Chosal

    Si Mgr Williamson n’a jamais été catholique, il n’y avait pas besoin de l’excommunier. Et le les « lefèbvristes » ne font pas partie de l’Eglise catholique pourquoi avoir excommunié leurs évêques ? Tout cela me semble assez contradictoire…

  3. marie edmee

    je n’approuve absolument pas cet article cela SUFFI j’en ai mare des journalistes il raconte n’importe quoi il brode sur le mensonge ras le bole !

  4. Jean-Claude Chevalier

    Je n’achèterai sûrement pas ce livre… il me semble inhabituel qu’un pape publie des propos en regardant dans le rétroviseur tentant de vouloir retracer la route…avec les risques que celà comporte… je ne le comprend pas

  5. @ Jean-Claude Chevalier

    « Je n’achèterai sûrement pas ce livre… il me semble inhabituel qu’un pape publie des propos en regardant dans le rétroviseur tentant de vouloir retracer la route…avec les risques que celà comporte… je ne le comprend pas »

    Attention la recension d’un livre n’est pas le livre.

    @ Arnold,

    La loi pénale doit toujours s’interpréter restrictivement et non largement comme vous semblez préconiser de le faire, encore moins en interprétant les propos de Mgr Williamson plus que sévèrement, comme vous le faites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *