bux

Discussions avec la Fraternité St Pie X : à quoi joue « La Vie » ?

Download PDF

Après avoir titré le 16 mars « Le Vatican lance un ultimatum aux intégristes qui voudraient se rallier à Rome », l’hebdomadaire « La Vie » publie ce 22 mars sur son site internet un article reprenant l’idée que la Fraternité saint Pie X se trouve face à un « ultimatum » romain.
Le plus fort, c’est que le prétexte à ce second article est la merveilleuse lettre ouverte de don Nicola Bux à Mgr Fellay (voir ici). Voici comment, sous la plume de Natalia Trouiller, commence ce papier :

Après la demande de clarification par le cardinal Levada à la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X vendredi dernier, c’est Mgr Nicola Bux, un proche du pape, qui adresse une lettre à Mgr Fellay et à ceux qui le suivent. Une preuve que la Fraternité est bien devant un ultimatum.


Citant des passages de la lettre de l’ecclésiastique transalpin, et rappelant que don Nicola Bux est « un proche de Benoît XV », Natalia Trouiller estime que

cette lettre montre bien que les discussions avec la Fraternité sont arrivées à un point crucial. Lue dans son intégralité, son message est clair : les lefebvristes n’ont aucune autre concession à espérer de Rome, soit ils reviennent maintenant, soit ils poursuivent leur chemin seul.


Le problème, c’est que rien dans le courrier de don Nicola Bux ne justifie cette interprétation. Et surtout pas le ton employé par l’auteur, profondément sincère et amical, fraternel en un mot. Or, entre frères, on ne se lance pas d’ultimatum. En outre, nous ne sommes plus en 2005, quand la presse glosait sur le « panzer cardinal », mais bien en 2012, au terme de sept années de pontificat marquées par la douceur et la patience du pape.
Comme nous l’avions noté le 17 mars, Jean-Marie Guénois, le vaticaniste du « Figaro », récuse lui aussi toute idée d’ultimatum estimant que « le Pape veut toujours un accord, qu’on le veuille ou non ». Une analyse que la parution de la lettre de don Nicola Bux, qui lui est postérieure, confirme en tous points.
Pourquoi la rédaction de « La Vie » insiste-t-elle donc autant sur l’idée que la FSSPX se trouverait face à un « ultimatum » ? Pour alimenter les tensions internes à la Fraternité et rendre ainsi toujours plus difficile la décision qui incombe à ses supérieurs ?

2 comments

  1. LEFOL

    L’encyclique « Redemptoris missio » rappelle Vatican II :
    « … le Concile, après avoir affirmé le caractère central du Mystère pascal, déclare: « Et cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ, mais bien pour tous les hommes de bonne volonté, dans le coeur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à  tous, d’une façon que Dieu connait , la possibilité d’être associés au Mystère pascal  » .
    Cette « façon » serait donc une façon spéciale , providentielle , autre que celle connue et enseignée par le Christ , les apôtres , et l’Eglise jusqu’à la fin du XXeme siècle.
    Les Pharisiens eux mêmes auraient eu cette possibilité d’être associés au Mystère pascal , et Jésus n’aurait pas dû leur dire :  » Si vous ne croyez pas que Je Suis , vous mourrez dans vos péchés. »
    Quant au fait que le Christ soit mort pour tous , les théologiens catholiques soutenaient jusqu’à Vatican II :  » Mortuus est Christus pro omnibus ad sufficientiam non quantum ad efficientiam « . Et s’agissant de la « vocation divine » , S.Pierre l’appliquait exclusivement à ceux qui avaient reçu la foi en partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *