Mgr Pozzo veut manifestement rassurer au sujet de ce qu’il a dit sur l’assistance aux messes de la FSSPX

Download PDF

Mgr Pozzo, secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei, interrogé de divers côtés avec inquiétude sur les propos qu’il avait tenus au micro de Radio Vatican à propos des messes de la FSSPX (« A la lumière des explications de la lettre du Pape aux évêques, il est clair que les fidèles sont invités à éviter la participation à la messe ou la réception des sacrements d’un prêtre de la FSSPX, parce qu’ils sont canoniquement irréguliers »), a tenu à pacifier ses interlocuteurs : il n’était nullement revenu sur la teneur de la réponse donnée par son prédécesseur, Mgr Perl, qui avait écrit, le 27 septembre 2002 et le 18 janvier 2003, à propos de ces messes canoniquement irrégulières : que « les prêtres de la Fraternité Saint Pie X sont validement ordonnés, mais [qu’]ils sont suspens de l’exercice de leur fonction sacerdotale » ; qu’il était cependant possible d’accomplir le devoir dominical en assistant à une messe célébrée par un prêtre de la Fraternité Saint Pie X. Mgr Perl disait enfin :

« Nous ne pouvons vous recommander d’assister à une telle messe […] Si votre intention est simplement de participer à une messe célébrée selon le missel de 1962 eu égard à votre dévotion, ce ne serait pas un péché. »

Autrement dit, pas très canonique ne veut pas dire pas très catholique. A tout le moins, si vous êtes dévot. Mais bien sûr, la réciproque n’est pas vraie : pas catholique implique qu’on n’est plus du tout canonique. On suppose ainsi que, si ce nullement un péché d’assister avec dévotion à la messe à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Paris, il n’est en revanche pas permis d’assister à la messe de cet éminent jésuite, professeur du Centre Sèvres, toujours à Paris, qui doute du fait que le Saint-Esprit soit à proprement parler une Personne.
Le très sérieux Mgr Pozzo n’a cependant pas précisé s’il approuvait Mgr Perl, lorsque celui-ci estimait (avec humour ?) : « Il semble qu’une modeste contribution à la quête à cette messe pourrait être justifiée » : on peut communier sans problème aux messes non canoniques, mais on ne doit donner qu’une piécette à la quête. La dévotion a quand même des limites …

19 comments

  1. Benoît Lobet

    Vous ne voudriez tout de même pas que le Vatican recommande à qui que ce soit de participer à une célébration schismatique? On peut avoir, par goût personnel, une inclination pour le rite de Saint Pie V, là n’est pas la question. Ce qui est en cause, c’est l’acquiescement de cette Fraternité Sacerdotale à l’intégralité d’un Concile Oecuménique… un acquiescement qui, pour l’heure et à ma connaissance, fait défaut. Mieux vaut donc une messe en rite conciliaire, mal célébrée éventuellement, qu’une messe célébrée peut-être correctement selon un certain rite, mais sans pleine communion d’âme et de doctrine avec Rome!

  2. Virginie Delcourt

    Il est bien possible que Mgr Pozzo ait ignoré cette prise de position de son prédécesseur Perl parce qu’au départ de l’équipe Castrillón-Perl, toute l’équipe a été changée, ce qui n’a permis aucune transmission (outre le fait que les sortants n’ont eu aucune envie d’informer les entrants sur les dossiers déjà traités). Bref, les mauvaises vieilles méthodes vaticanes.
    Par-dessus le marché, Mgr Pozzo semble tout ignore les nombreux signes de reconnaissance de facto que le Saint Siège accorde depuis des années à la FSSPX. Ils sont connus mais le Remnant les a rappelés récemment: http://remnantnewspaper.com/Archives/2010-1031-mccall-fellay.htm Dans le plus petit Etat du monde, on ignore visiblement dans un bureau ce qu’un collègue fait dans un autre. Quand on travaille sur les mêmes matières, c’est gênant.

  3. Ghislain

    pour moi, le problème est plus simple : la FSSPX est-elle en communion avec Rome? Je ne crois pas. Par conséquent, je me refuserais à communier à leur messe.

  4. Rosalie

    Toutes ces considérations sont à mon avis très « humaines » et pas très « divines ».
    Soyez parfaits comme votre Père du ciel est parfait, a dit Notre-Seigneur. La messe tridentine étant sainte (réf. Concile de Trente), y assister dévotement est un acte parfait . Un point c’est tout !
    Toutes les autres considérations sont des élucubrations tristement humaines……

  5. Mingdi

    Pas rassurant du tout. Depuis les déclarations de Mgr Perl en 2002 et 2003 il y a tout de même eu la libéralisation de la messe tridentine et la levée des excommunications pesant sur les évêques de la FSSPX. De plus Mgr Pozzo participe aux discussions doctrinales en cours avec cette Fraternité. On a du mal à comprendre ce coup de pied de l’âne.

  6. Pierre de Vacquerie

    Vous voilà bien accroché au Droit canon, M. l’abbé Lobet, cessons les sophismes. Vous savez très bien qu’il existe un grand nombre de célébrations selon le missel dit de Paul VI qui sont des facto schismatiques, voire invalides. Chaque paroisse (pardon, secteur ou unité pastorale… soyons actuels) a son rite propre, on en est déjà à la messe de Paul VII ou de Paul IX, ou tout simplement « de Robert » ou de « Jimmy »…

    Alors quel mal y a-t-il, pour un fidèle catholique, à assister à une messe correctement célébrée, par un célébrant qui a la foi intégrale de l’Eglise, plutôt qu’à la messe de Germain Dufour ou d’un autre « zozo » qui « célèbre » son propre « rite » et entraine les fidèles dans l’erreur, soutenus souvent par des autorités officielles, ou dont les évêques eux-mêmes se rendent complices par leur passivité ou leur silence ?

    Jetez aussi un œil sur cet article :
    http://www.eglise-orthodoxe.eu/image_blocry_soir_article.htm

    Une vedette en titre de l’Eglise « en Belgique » avoue lui-même qu’il n’utilise même pas de missel pour dire « sa messe ». Alors où est la mauvaise foi?

  7. Boris Maire

    « On suppose ainsi que, si ce nullement un péché d’assister avec dévotion à la messe à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Paris, il n’est en revanche pas permis d’assister à la messe de cet éminent jésuite, professeur du Centre Sèvres, toujours à Paris, qui doute du fait que le Saint-Esprit soit à proprement parler une Personne. »

    Il est grand temps de dénoncer ce genre de faits !

    C’est bien beau de dire que les lefèbvristes ne célèbrent pas licitement (mais bien validement) les sacrements sans dénoncer ces centaines de prêtres souvent français qui ne célèbrent pas plus licitement les mêmes sacrements.
    Sauf que, si les lefébvristes font dans l’illicite parce qu’ils sont suspens ad divinis, les autres ne sont pas suspendus mais refusent bien plus la Liturgie de l’Eglise et c’est donc la forme qui rend illicite ces sacrements, à telle point que ce refus combiné à un certains discours porte même à se poser la question de la validité (le prêtre fait-il effectivement ce que l’Eglise veut alors qu’il est dans le refus complet de l’enseignement de celle-ci ?).

    Il est grand temps d’ouvrir ce débat et de dénoncer ces prêtres dont les célébrations ne sont pas plus licites que celles de la FSSPX !

  8. de la Croix Guy

    J’émets plus que des réserves sur l’autorité des propos de Mgr Pozzo, qui est pourtant président de l’académie Pontificale Ecclesia Dei qui a été créée par le Pape pour promouvoir le rite Tridentin.
    Il me semble qu’on a vite oublié le refus de Mgr Pozzo de soutenir ce bon prêtre qui s’en est remis à Ecclesia Dei pour se protéger de son expulsion de sa paroisse par ce que fidèle au St Père Benoit XVI il disait les 2 messes dans sa paroisse… tant sous sa forme ordinaire qu’extraordinaire .C’est le comble qu’au lieu de le soutenir , il a soutenu cet pitoyable évêque en confirmant la mise à lécart de ce bon prêtre par son évêque c’est quand même le comble , on sedemande à quoi sert Ecclesia Dei? Et il en remet une couche en s’invectivant sur la frat St Pie X…ou est la fraternité de cet évêque pour les catholiques les plus proches du St Père.

    Et j’ajoute que ce Mgr Pozzo ferait bien de lire le livre magistral de Brunero Gherardini ( ancien doyen de la faculté de théologie de l’Académie Pontificale du Latran ) qui donne entièrement raison à la Fraternité St Pie X de refuser les textes du Concile Oecumènique de Vatican II…qui sont selon lui shismatiques en de multiples endroits…

  9. Ghalloun

    Un fidèle qui assiste à une messe où la liturgie est bâclée n’en a pas forcément conscience, malheureusement. Il n’a pas non plus conscience si le prêtre a une foi vraiment catholique. Par conséquent il est, au moins par le désir (donc de fait, je pense) en communion avec le pape et l’Eglise.
    En revanche, un fidèle qui va à une messe de la FSSPX en sachant que c’est un prêtre de cette fraternité qui célèbre, se place en situation de non communion avec le Saint Père, puisque, si je ne me trompe, le prêtre n’est pas en communion avec le Saint Père. Il peut difficilement l’être puisqu’il est suspendu a divinis. Le rite extraordinaire peut être respecté, ça ne changera rien.
    Je pense que c’est un peu la même distinction que les pécheurs publics qui ne peuvent pas communier. Ceux qui ont un grave péché sur la conscience, mais connu d’eux seuls, s’ils communient, font du tort à eux-mêmes, mais s’ils sont pécheurs publics, ils font aussi du tort à la communauté, par le scandale qu’ils représentent.
    J’ai dans ma paroisse un vieux prêtre qui a la détestable habitude de « broder » pendant toute la calabration, et notamment pendant la prière eucharistique. Je ne suis pas le seul à m’en plaindre, j’en avais même parlé à l’ancien curé. Dois-je me priver de la messe au prétexte que la liturgie est blessée? Jésus n’est pas un légiste ni un pharisien, il voit notre désir, notre amour de la sainte messe, et il dépasse aisément les blessures faites à la liturgie, au moins dans une certaine mesure, je pense.

  10. Kris Vancauwenberghe

    Comme toujours, l’abbé Lobet n’en rate pas une. Il serait bien inspiré de lire le lien donné par Virginie http://remnantnewspaper.com/Archives/2010-1031-mccall-fellay.htm
    Par ailleurs, tout le monde sait que le commission Ecclesia Dei ne considère pas la FSSPX comme schismatique. L’abbé Lobet est mal renseigné mais, syndrôme typique, il tombe dans l’affreux légalisme préconciliaire et est plus sévère avec la FSSPX qu’avec les innombrables sacrements invalides et hérésies proférées dans les homélies par tant de prêtres de paroisse supposés (très hypothétiquement) « en paix et communion ».

  11. Pierre de Vacquerie

    Guy, je suis entièrement d’accord avec tout ce que vous dites. Pourrai-je seulement me permettre une petite remarque terminologique : Mgr Pozzo n’est pas ‘président de l’académie Pontificale Ecclesia Dei » mais « secrétaire de la Commission pontificale Ecclesia Dei ». Commission indépendante jusqu’en 2008, présidée par le Cardinal Castrillon Hoyos, avec comme secrétaire Mgr Perl (qui, lui non plus, n’a pas agi avec grande conviction!), elle est aujourd’hui un département de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Son président est donc le Cardinal Préfet (Levada), et Mgr Pozzo en est le secrétaire, donc de facto la cheville ouvrière.

  12. Kris Vancauwenberghe

    « le prêtre n’est pas en communion avec le Saint Père. Il peut difficilement l’être puisqu’il est suspendu a divinis ». Mais non, la suspense a divinis n’est pas la même chose qu’une excommunication ou, a fortiori, qu’un schisme. Certains manient facilement les accusations de rupture de communion!

  13. Benoît Lobet

    L’excommunication est levée, certes, mais le schisme demeure (comme pour les Orthodoxes), qui porte sur la non acceptation de l’intégralité du Concile Vatican II (Constitutions, Décrets, Déclarations). Je « n’en rate » peut-être pas une, mais j’essaie de temps à autre de remettre les pendules à l’heure. Je déplore hélas les abus et les mésusages de la liturgie en certains lieux mais (c’est comme le vieux principe de l’indignité du ministre), ces abus n’entachent pas la licéité des sacrements. En revanche, lorsqu’un rite est célébré pour, entre autres, manifester son opposition à un Concile Oecuménique, on peut et on doit douter de sa licéité. C’est de l’ecclésiologie élémentaire… Et, pour rappel : seul un Concile Oecuménique peut remettre en cause les décisions d’un Concile Oecuménique précédent. Je ne sache pas que le pape Benoît XVI envisage la convocation d’un nouveau Concile…

  14. edouard J

    Sachant qu’il y a à Paris plusieurs paroisses où la messe est dignement célébrée (Tridentine ou pas d’ailleurs), je ne vois aucune raison valable d’assister à la messe à St Nicolas du Chardonnet, si ce n’est par esprit d’opposition à l’Eglise….
    Fraternellement

  15. Pierre de Vacquerie

    Monsieur l’abbé Lobet, si vous déplorez les abus liturgiques de certains prêtres, dites à votre évêque de se pencher sur le cas de Dufour dans son diocèse et d’enfin intervenir. Il gagnera en crédibilité chez les diocésains. Et de grâce, qu’il passe outre le soutien qu’apporte de manière inconditonnelle au prêtre hérétique un ancien fonctionnaire d’évêché qui habite le doyenné.

  16. Jacques

    Boris Maire à écrit:

    décembre 6th, 2010 à 11 h 00 min
    « On suppose ainsi que, si ce nullement un péché d’assister avec dévotion à la messe à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Paris, il n’est en revanche pas permis d’assister à la messe de cet éminent jésuite, professeur du Centre Sèvres, toujours à Paris, qui doute du fait que le Saint-Esprit soit à proprement parler une Personne. »

    Il est grand temps de dénoncer ce genre de faits !

    Ce « laïc bien dans son église » qui a sabordé son site et qui continue à délirer partout ou son clavier le conduit.Membre actif de la FSSPX est tout naturellement excommununié. drôle de troll ce boris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *