schneider i

Mgr Schneider a visité le séminaire de la Fraternité Saint-Pie X de Winona (Etats-Unis)

Download PDF

Logo FSSPX

C’est DICI qui rapporte cette nouvelle: Mgr Schneider, évêque auxiliaire d’Astana (Kazakhstan), a visité le séminaire de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX) de Winona. Cette visite intervient après celle du séminaire Saint-Curé d’Ars de Flavigny, en France, le 15 janvier 2015. La question de la réforme liturgique de Paul VI aurait été ainsi abordée. Cette visite fait aussi écho à celle du cardinal Brandmüller, qui a eu lieu au séminaire de Zaitzkofen (Allemagne), le 5 décembre 2014. La dépêche précise que «ces rencontres sont un moyen de poursuivre les échanges doctrinaux entre la Fraternité Saint-Pie X et les autorités romaines, “dans un cadre élargi et moins formel que celui des précédents entretiens” ». Le dialogue entre Rome et la FSSPX n’a pas été rompu, y compris sous le présent pontificat. Plusieurs gestes démontrent une certaine bienveillance de la hiérarchie dans des pèlerinages romains ou locaux de la part de communautés se rattachant à la FSSPX. Mgr Schneider s’est clairement prononcé contre les erreurs et les prévarications sur les questions familiales, propagées parfois en haut-lieu. Il est également connu et reconnu pour son attachement au respect de l’Eucharistie, notamment manifesté dans la réception de la sainte communion.

La dépêche de DICI:

Le 11 février 2015, Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana au Kazakhstan, a rencontré Mgr Bernard Fellay, supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, ainsi que plusieurs prêtres de la Fraternité, au Séminaire Saint-Thomas d’Aquin à Winona (Etats-Unis).

C’est la deuxième visite de Mgr Schneider dans un séminaire de la Fraternité. En effet, le 16 janvier 2015, il s’était rendu au Séminaire Saint-Curé d’Ars à Flavigny (France). Les deux rencontres ont porté sur la question de la réforme liturgique de Paul VI et des présupposés doctrinaux du Nouvel Ordo Missae.

Le 5 décembre 2014, le cardinal Walter Brandmüller, président émérite du Comité pontifical des sciences historiques, avait visité le Séminaire Herz Jesu à Zaitzkofen (Allemagne), où il fut question de l’autorité magistérielle du concile Vatican II.

Ces rencontres sont un moyen de poursuivre les échanges doctrinaux entre la Fraternité Saint-Pie X et les autorités romaines, « dans un cadre élargi et moins formel que celui des précédents entretiens », selon la décision prise lors de la rencontre de Mgr Fellay avec le cardinal Gerhard Ludwig Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le 23 septembre 2014.

Ces réunions sont l’occasion pour les visiteurs de faire plus ample connaissance avec la Fraternité Saint-Pie X, et ainsi de mieux se rendre compte du travail accompli par les œuvres de la Tradition.

La visite à Winona a coïncidé avec la réunion sacerdotale annuelle, où quelque 80 prêtres du District des Etats-Unis se retrouvaient au séminaire pour une semaine d’études.

 

4 comments

  1. Franz

    Prions pour qu’un axe de résistance à l’hérésie moderniste se forme enfin. Nous en avons besoin depuis longtemps mais maintenant que les choses se précisent…

  2. C

    Pourquoi des prélats conservateurs sont-ils autoriser à visiter la fsspx et des prélats et religieuses de la pire « progressie » ont-ils été châtier les franciscains et franciscaines de l’immaculée ou l’évêque de Ciudad del Este? Leur rapport au retour permettrait-il plus facilement à Rome de les classer dans le rang des bons ou des mauvais, ou de leur faire choisir leur camp, voir de leur faire quitter Rome? De les mettre au placard, comme c’est arrivé au cardinal Burke?
    Rome serait-il fort avec les loyaux sans troupes et faible avec les dissidents avec des troupes ?
    Rome voudrait-il encourager les traditionnalistes à partir tous avec un statut plus ou moins version fsspx, pour pouvoir mieux jouer dans sa cour avec sa « progressie »?! Deux églises à deux vitesses de salut, celle d’une pastorale sans règle, et celle d’une règle qui structure la pastorale; celle du « qui suis je pour juger » théorique mais devenu pratique et qui se construit de nouvelles chaines, et celle de la liberté, une liberté par rapport au salut qui ne s’affirme que dans la connaissance de bien et du mal.
    Quelle tristesse de penser que l’on vient à se questionner sur la stratégie romaine au lieu de s’occuper de son salut?

  3. le sauze

    revenons à la sainte doctrine de l’église; finissons avec cette hérésie moderniste où on fait n’importe quoi et tout ceci sans aucun respect….etc…etc….dieu reconnaitra les siens….

  4. Pingback: Mgr Fellay: "Le lien avec l’Eglise est vital" - Riposte-catholiqueRiposte-catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *