On ne peut interdire les prières dans la rue au nom de la laïcité

Download PDF

Excellente mise au point du pasteur Baty, président de la Fédération protestante de France, sur les prières dans la rue:

« On pose d’emblée que la religion fait partie de la sphère privée, alors qu’on n’abandonne pas sa religion à la porte du temple, de l’église ou de la mosquée. […] Tous les citoyens ont des convictions qui les font agir et parler, ils n’ont pas à s’en cacher. […] En fait, le débat tourne autour des prières dans la rue, et dans ce cas ce qui est en cause c’est l’ordre public. Si on veut les interdire, c’est au titre du trouble à l’ordre public, pas au titre de la laïcité, ou alors il faut aussi interdire les processions catholique. »

7 comments

  1. ema

    Certes, mais dans un Etat à tendance laïquarde, l’ordre public a l’épiderme particulièrement sensible, et une procession catholique ou un pèlerinage être facilement interdits…selon le même principe.
    Par exemple le passage dans des quartiers désormais complètement peuplés par des populations non catholiques risquant d’être hostiles et prendre pour provocation cette manifestation de piété; ou refus de voir des bannières catholiques dans un lieu considéré comme public (ex le pèlerinage de saints fondateurs de la Bretagne qui n’a pas pu faire halte au château de la Duchesse Anne à Nantes);
    une course de vélos en même temps qu’une marche pèlerinage, etc. Rappelons les arguties en Union Soviétique qui n’interdisait par stricto sensu les pratiques religieuses mais les rendait particulièrement difficiles à suivre.
    De la même façon on pourra vous dire pour la cantine pas de halal, mais pas non plus de poissons-oeufs le vendredi!
    A partir du moment où l’on ne reconnaît pas la primauté de la religion catholique en France et l’on ne parle pas de réciprocité (condition absolue et non négociable) pour les pays musulmans qui ne reconnaissent pas la totale liberté religieuse (et bien entendu le droit à la conversion au christianisme), les dès sont pipés, et la loi du plus grand nombre donc la loi du plus fort s’appliquera très vite en France (mais c’est déjà le cas).
    Les lois « laïques » de la république française, malheureusement, ne semblent être que des remparts de papier contre l’islam et une nouvelle possibilité de persécution contre les catholiques…

  2. Boris Maire

    Il y a tout de même des lois : pour un rassemble dans la rue, qui va forcément déranger les habitants, les personnes travaillant là, la possibilité de circuler …
    bref la vie habituelle de la dite rue, il faut une autorisation.
    Il faut bien que la municipalité soit informé pour qu’elle transmette cette information aux personnes impactées et qu’elle prenne les mesures nécessaire quant à la circulation, la sécurité, …

    La question est donc en réalité pour ne pas tourner autour du pot : est-ce que les musulmans font et obtiennent ces autorisations lors de la prière du vendredi dans la rue, avec haut-parleurs ?

    Il va sans dire que n’importe quelle paroisse ou groupe catholique célébrant en extérieur, processionnant, ou que sais-je comme une marche pour la vie, demande et obtient cette autorisation. On se souviendra d’ailleurs du parcours modifié de la Marche pour la Vie une année de ce fait.

    C’est une chose de ne pas mettre la Foi au fond de sa poche et d’être visible, de pouvoir processionner lors des grandes fêtes liturgiques, c’en est une autre de traiter avec mépris notre entourage en leur imposant sans prévenir un désagrément. Ce qui ne serait pas très chrétien.

    Je pense que la vraie question est là. Or nous voyons bien que dans le quartier de la goute d’or à Paris, les musulmans méprisent ouvertement les personnes qui vivent et travaillent là-bas en bloquant les rues, en imposant sans autorisation leur prière à tous par haut-parleurs et en convergeant de toute la région parisienne vers ce point.
    Car c’est un des facteurs : ce ne sont pas uniquement les musulmans du quartier qui viennent y prier.
    D’autant plus, quitte à se déplacer pour aller prier, qu’il y a la grande mosquée de Paris « disponible ».

    Il y a donc tout de même dans ce cas particulier une volonté de mépris et de prosélytisme affichée.

  3. Ghalloun

    La loi actuelle me paraît simple et bonne :
    pour une occupation de l’espace public par la religion (ou par la CGT, d’ailleurs), il faut une autorisation.
    Les musulmans qui prient n’ont pas cette autorisation, donc il faut les empêcher de prier dans la rue, ou les sanctionner. C’est aussi simple que ça. C’est effectivement une question d’ordre public.

  4. Jean-Claude Chevalier

    allez à Cuba, vous verrez que le communisme a agi ainsi …. i.e. obliger les catholiques à abandonner la pratique de leur foi… Castro a enlevé l’âme de son peuple et celui-ci n’a pas même pas mis un gallon de peinture sur les édificies de la Havane depuis 50 ans… après ça, on dira que la Foi d’un peuple n’a pas d’incidences sur le civil… demandez ça aux Russes qui sont à reconstruire leur pays…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *