e

Amoris laetitia accroît la responsabilité des évêques

Download PDF

Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban, met en garde contre toute surinterprétation de l’exhortation apostolique Amoris laetitia. Il explique à Famille chrétienne :

Pourquoi avoir écrit « Attention aux lectures sélectives et partisanes ! » sur Twitter ?

Si j’ai tweeté cela, c’est pour dire : « calmons-nous et prenons d’abord le temps de lire ». Le risque est que tout le monde se jette sur le texte et que chacun y cherche ce qu’il veut y trouver. Concernant la délicate question de la communion accordée – ou non – aux personnes divorcées remariées, le pape ne dit pas qu’ils peuvent communier et ne dit pas non plus qu’ils sont interdits de communion. Le document n’est pas normatif. Ce n’est pas l’esprit du texte que de se lancer à la figure des « le pape permet » ou bien « le pape interdit ». Ce n’est pas le moment de se demander qui a gagné et qui a perdu.

Comment faire pour bien comprendre et accueillir l’exhortation Amoris laetitia ?

D’abord, il faut penser qu’elle est le fruit du travail d’un double Synode. On doit donc intégrer ses conclusions. Ensuite, c’est un document à mettre en pratique peu à peu. Comme le dit le pape François, c’est une recherche progressive pour avancer vers quelque chose de plus fidèle à l’Église et au Christ. Ce texte ne remet pas en cause l’enseignement de l’Église, il y a d’ailleurs suffisamment de citations qui le prouvent. Il met cependant un accent nouveau sur des réalités de ce monde. Certains diront que cet accent est trop prononcé, d’autres diront que non. Lire Amoris laetitia demande du temps. Et s’il y a effectivement des propositions d’accueil de plus en plus précises pour des personnes en « situations irrégulières », elles demandent un très grand discernement. Encore une fois, ce n’est pas un document normatif. Il nous donne à nous, évêques et prêtres, une plus grande liberté pour aborder les questions difficiles, le pape ayant fortement insisté sur la diversité des cas.

Est-ce à dire que, pour gérer ces « situations irrégulières », le Souverain pontife compte sur les évêques et les prêtres ?

Il est certain que ce texte accroît nos responsabilités. Comme pour le motu proprio sur les déclarations de nullité de mariage, le pape renvoie aux responsables de terrain que nous sommes le travail de discernement. Cela nous demande d’avoir une grande connaissance humaine, psychologique et personnelle des situations. C’est un renvoi au cas par cas qui peut avoir une juste raison car il n’y a pas de norme totalement universelle. Le pape François désire que nous ayons une attitude pastorale, d’honnêteté et de vérité.

Vous attendez-vous à rencontrer de nouvelles difficultés ?

Dans cette gestion, il est possible que nous soyons soumis à des pressions affectives. Si, par exemple, la fille de la dame responsable de la catéchèse est dans une « situation irrégulière », il pourra s’avérer compliqué de juger. Il faut donc faire très attention au risque de favoritisme et éviter les compromissions. Rappelons toutefois que le devoir d’un pasteur est d’assurer à chacun une place dans la communauté ecclésiale. Nous n’avons pas attendu l’exhortation pour le faire.

Aussi, quand le pape nous demande d’accompagner, de discerner et d’intégrer, le mot « intégrer » est polysémique. Dans mon diocèse, des personnes divorcées remariées sont invitées à participer à des activités ecclésiales. L’intégration ne dit pas forcément avoir recours à la communion. Par exemple, on a toujours intégré les catéchumènes à la célébration eucharistique mais, dans le passé, ils partaient après la liturgie de la Parole.

Je voudrais, par ailleurs, ajouter que les discussions sur ce sujet occasionnées par la sortie de l’exhortation ne doivent pas occulter la situation des personnes séparées qui ont décidé de rester fidèles à leur mariage. Elles ont besoin d’être soutenues et encouragées par l’Église. »

9 comments

  1. Arrêtons avec les faux débats: qui ignore parmi les prêtres et évêques qu’en France comme ailleurs, 3/4 des divorcés-remariés communient dans nos paroisses, on les voit, on les connaît, ils nous invitent manger chez eux; certains sont des sacristains et d’autres des sacristines…Quelle hypocrisie au sein du clergé même chez les évêques? De qui se moque-t-on: de Jésus qui nous voit en secret et qui sourit d’un sourire miséricordieux? Un prêtre ne fait pas le gendarme: une personne qui ne se reproche rien dans son for intérieur, qu’elle soit divorcée -remariée ou pas peut communiquer si, répétons-le, elle ne se reproche rien dans sa conscience morale, dans sa raison droite; mais si dans sa conscience morale, cette personne se culpabilise, il lui revient de juger par elle-même si elle peut recevoir le Corps du Christ: « connais-toi toi-même »; sois responsable de ses actes devant Dieu et devant l’Eglise sans incriminer contre le pape et les prêtres; assume tes actes sans les justifier à partir de la faiblesse de l’Eglise: chacun sera seul dans son cercueil… Par ailleurs, la vie chrétienne ne se réduit pas à la communion…arrêtons avec de faux débats…Mettons en pratique la miséricorde de Dieu; le pape a demandé d’accueillir les migrants, mais il y a des évêques qui refusent d’accueillir les prêtres migrants venus de pays en guerre; ces prêtres sont en France, en Italie et ailleurs en Europe sans paroisse; et pourtant ces évêques enseignent aux autres la Divine Miséricorde comme si l’Evangile ne les concernait pas… le jugement qui nous attend sera sans pitié, il commence par les fins dernières: vieillissement du corps, maladie, agonie et mort…

    • fg

      Encore des accusations gratuites sur des évêques qui n’accueilleraient pas de prêtres étrangers: des noms SVP ! Comme si ça ne suffisait pas, vous les accusez d’ignorer les évangiles.
      Et évidemment, vous niez le sacrement de pardon (chacun fait son propre examen de conscience de son côté), vous ignorez le devoir des catholiques d’œuvrer au bien commun de l’église, etc.
      Ca commence à faire beaucoup.
      En passant, les fins dernières ne se réduisent pas à la maladie et à la mort, qui sont juste les conséquences du péché originel: les fins dernières concernent aussi le jugement particulier, puis le jugement public des âmes.
      Je suis toujours impressionné par la patience et le calme avec lesquels des prêtres attachés à la vérité transmise depuis 2000 ans répondent charitablement à ceux, surtout des catholiques (en apparence), qui les calomnient et les insultent en permanence.

  2. Mage Erre

    Ils savent que ce qu’ils sont là, c’est interdit par Yahvé.
    ils savent qu’ils sont des mensonges visuels et osent faire les innocents ?
    Pourquoi sommes nous toujours confronter à des idiots de kemoch et baal?
    Si un chrétien vient au monde , il fuira à cause du mal en vous!

    Pour aller là , vous utilisez les voitures contre le pétrole qui met le bordel partout dans le monde. Yahvé parlent de vous ouvertement et vous êtes sourds.

    400 millions d’euros détournés… Il aurait dû être brulé comme l’or récolté par Josué. Rappelez vous de la famille qui en avait caché un peu. Même si vos corps survivent , sachez que vos âmes sont déjà en enfer.

  3. Joel

    Bravo Jean! Ca c’est de l’argumentation!  » une personne qui ne se reproche rien dans son fort intérieur communier divorcée remariée ou pas »…
    Si je vais dans ce sens, Marc Dutroux ou Michel Fourniret, qui ne se sentent pas coupables de leurs crimes odieux, pourraient eux aussi faire ce que bon leur semble sans qu’on ne leur dise rien…
    Excusez moi si la comparaison vous semble dure, mais là j’en ai plus q’assez d’entre parler de miséricorde à toutes les sauces ( surtout la sauce bisounours) parceque « Dieu est amour »!
    Oui Dieu est amour, mais l’amour est exigeant!

  4. @fg, dans notre commune nous avons un prêtre sans paroisse…on le loge, on le nourrit, on l’a présenté aux évêques sans succès! Voulez-vous l’aider? Nul n’accuse les évêques, nous sommes témoins de ce que nous disons…Si vous voulez l’aider, veuillez nous contacter maison paroissiale, une maison abandonnée où il est logé dans la Commune de Cabris 06 juste en face de la mairie: vous lirez des courriers qu’il a reçus de nos chers évêques…Vous apprendrez des choses graves pour lesquelles il est sans paroisse…L’année jubilaire de la divine miséricorde: où en sommes-nous? Qu’est-ce la Miséricorde pour les prêtres et les évêques qui l’enseignent? Quel Contre témoignage? Ils ont ouvert les portes de leurs cathédrales, mais ils ont laissé fermer les portes de leurs cœurs….Veuillez aider ce prêtre, il est permanent à la maison paroissiale, il ne sort pas, veuillez lui faire miséricorde….A bientôt

  5. Cher Joël, lisons encore le « Bon Larron »: il était Dutroux ou Fournier de son temps; et pourtant il nous a précédé au Paradis. Pourquoi voyons-nous le mal partout même là où la croix victorieuse est plantée? Le psaume 30 (29) déclare: « Si le Seigneur retient nos fautes, qui donc peut être sauvé? Auprès de lui se trouve le pardon pour que l’homme le craigne ». Comment se fait-il que les prêtres et les évêques partisans du « mariage pour tous » communient alors que les divorcés-remariés ne communient pas? Comment se fait-il que les prêtres et les évêques pédophiles communient alors que les divorcés-remariés ne communient pas? Il faudra distinguer l’Evangile du Droit canon: 3/4 des prêtres et évêques ne vivent pas selon l’Evangile mais selon le Droit Canon, car le Droit canon leur donne le pouvoir de dominer les faibles, de ne voir le péché que chez les faibles comme si eux étaient immunisés contre le péché! On a peur de vivre selon l’Evangile parce qu’il nous met tous sur le même pied d’égalité…Certains prêtres et évêques dans certains pays du monde ont des femmes et des enfants, et pourtant ils communient…Jésus avait déjà condamné ses contemporains qui privilégiaient la tradition humaine (Droit canon) au détriment de la Parole de Dieu (Evangile). Jésus disait: « Vous faites porter aux faibles de lourds fardeaux avec vos lois, mais vous êtes incapables, vous, pharisiens, scribes et prêtres de les aider en leur montrant de bons témoignages, de bons exemples ». Cet enseignement reste d’actualité… »Les prostitué(e)s nous précéderont dans le Royaume de Dieu ». Il est difficile de mettre en pratique l’amour de Dieu, il est gratuit, il est sans repentance, car nous n’avons aucun mérite devant Dieu: il nous aime tel que nous sommes…On parle de l’année de la divine miséricorde, mais qu’est-ce que la miséricorde lorsqu’on s’exclut encore mutuellement?

  6. @fg, en citant les fins dernières, nous avons mis les points de suspension, car dans la Bible Hénoch et Elie n’ont pas connu les fins dernières… Ne faites pas l’avocat du diable, les évêques n’ont pas besoin d’être défendus, ils doivent se défendre par eux-mêmes, mais ils n’ont pas d’arguments, l’évêque de Pontoise l’a démontré avec une légèreté déconcertante: il va se mettre devant le peuple de Dieu pour parler « Evangile »…Vous parlez du  »pardon », mais pourquoi ne l’accorde-t-on pas aussi aux divorcés-remariés?Bref, nous parlons de ce dont nous sommes témoins: enseigner l’Evangile ne signifie pas nécessairement le vivre ni le pratiquer: c’est cela qui fait défaut chez certains prêtres et évêques…Nous avons tous lu dans la « Croix » qui est un journal catholique, le refus des évêques hongrois de répondre à l’appel du pape pour l’accueil mes migrants…et pourtant ces évêques hongrois ont ouvert les portes de leurs cathédrales pour inaugurer l’année jubilaire de la Miséricorde! De qui se moque-t-on? Du peuple de Dieu ou de Jésus lui-même?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *