7780596577_marion-marechal-le-pen-et-christian-estrosi-sont-candidats-aux-elections-regionales-en-paca

Au milieu de l’hystérie, Mgr Rey prêche le dialogue

Download PDF

Mgr Dominique Rey est interrogé par Famille chrétienne, au lendemain du 1er tour des élections régionales, alors que sa région voit le FN largement en tête et qu’une certaine hystérie se dégage des milieux médiatiques

L’observatoire socio-politique du diocèse de Fréjus-Toulon rayonne sur la région Paca et au-delà en apportant une expertise catholique de la vie politique française. Que peut-on dire entre les deux tours des régionales ?

Dans le contact avec les politiques, je préconise le dialogue et la conviction. Le dialogue suppose de pouvoir débattre avec toutes les personnalités – non pas pour cautionner tel point de vue, mais pour faire émerger une vérité non partisane. La conviction relève des principes d’humanité de la doctrine sociale de l’Église.

En ce moment, dans le contexte médiatico-politique qui privilégie l’émotivité, les clivages, les lynchages, les récupérations, seule la promotion d’un langage de raison est à même de relever le débat. Je crois qu’il est grand temps de rétablir la noblesse de l’action politique. Elle doit viser la recherche du bien commun et la promotion d’un humanisme ouvert à la transcendance. Je crois que le discrédit de la politique participe du délitement de la rationalité et de la perte de nos racines chrétiennes.

Mais l’Église doit-elle s’engager dans la bataille politique ? 

L’Église catholique fait de la politique dans la mesure où elle combat pour le respect de la dignité humaine, la protection des plus faibles, la promotion de la famille et de la vie. En même temps, l’Église doit se tenir à distance des discours politiciens. Son rôle n’est pas de canoniser telle ou telle formation politique, mais de créer les conditions pour que tous les partis puissent trouver des espaces d’échange et de réflexion.

Elle doit aider les chrétiens à s’engager en politique au quotidien. Elle doit aussi soutenir les hommes politiques, prier pour eux, les aider à se former. Comment l’Église peut-elle faire valoir son merveilleux héritage séculaire et mettre à disposition de tous son expertise ? Cela est plus que jamais indispensable.

Comment sortir du désaveu profond des Français pour la politique et les politiciens ? 

C’est vrai, les grandes utopies politiques sont mortes. La politique sombre dans le management à court terme. Notre société traverse une crise économique profonde qui est en même temps une crise civilisationnelle, morale et spirituelle, une crise d’identité. Tout cela provoque un grand désarroi dans l’opinion publique.

Au fond, on ne sait plus s’élever à la hauteur du temps long. On fait moins aujourd’hui de la politique que de la gestion, du gouvernement que de la gouvernance. Cette dérive favorise une tendance au repli frileux et au populisme.

Que faut-il entendre au juste par populisme ?

Le populisme joue sur les peurs : sur la peur de l’étranger ou l’angoisse du lendemain. Il y a la tentation d’un enfermement en soi. Ce que nous dénonçons dans l’individualisme peut se retrouver aussi dans le nationalisme. Le grand enjeu concerne l’identité. Comment accepter d’être soi-même – assumer son histoire, ses racines – sans pour autant se fermer aux autres.

L’identité est aujourd’hui une question fondatrice. Il faut éviter les discours communautaristes et identitaires, mais aussi les discours mondialistes où tous les individus sont déracinés et privés de leurs attaches. Il faut trouver une troisième voie, c’est-à-dire une identité qui assume un héritage et le porter jusqu’aux périphéries.

17 comments

  1. Jean-Christophe

    Que disait Monsieur Estrosi pour le mariage pour tous ?
    Marion était pour la famille décrite par Notre Seigneur !
    Que disait Monsieur Estrosi pour la chute des petits du ventre des femmes, ?
    Marion la jeune femme elle dit et redit que l’avortement est un drame !!!
    Votons !

  2. François

    Eviter les discours communautaristes et identitaires : charabia ?
    Chanter « Catholique et Français toujours » : c’est pas bien ? 🙂
    Quoiqu’il en soit de ces prises de positions cléricales, ce ne sont pas eux qui appuierons sur la gâchette pour neutraliser l’Ennemi. Je les vois encore moins manier du couteau au corps à corps !
    Car si un barbu vient leur trancher la gorge, tendront ils la joue gauche ?
    Nous sommes en guerre et il faut au contraire de la cohésion.
    Méfiez vous des paroles creuses.
    Lorsque le Christ a dit : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi » ! C’était identitaire ?

  3. L’amour de l’humanité et l’amour identitaire de la France sont parfaitement conciliables. À vrai dire, ils ne vont pas l’un sans l’autre.

    « La communauté internationale est une communauté juridique fondée sur la souveraineté de chaque État membre, sans liens de subordination qui nient ou limitent son indépendance.887 Concevoir la communauté internationale de cette façon ne signifie en rien relativiser et rendre vaines les différentes caractéristiques spécifiques de chaque peuple, mais favoriser leurs expressions.888 La mise en valeur des différentes identités favorise le dépassement des diverses formes de division qui tendent à séparer les peuples et à les enfermer dans un égoïsme aux effets déstabilisants.

    435 Le Magistère reconnaît l’importance de la souveraineté nationale, conçue avant tout comme expression de la liberté qui doit régler les rapports entre les États.889 La souveraineté représente la subjectivité 890 d’une nation sous l’angle politique, économique, social et aussi culturel. La dimension culturelle acquiert une consistance particulière en tant que force de résistance aux actes d’agression ou aux formes de domination qui conditionnent la liberté d’un pays: la culture constitue la garantie de conservation de l’identité d’un peuple; elle exprime et favorise sa souveraineté spirituelle.891

    Compendium de doctrine sociale (extraits des n° 434 et 435)

    http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20060526_compendio-dott-soc_fr.html

    Mgr a donc bien raison de craindre un discours uniformisant la « terre des hommes ».

    Ce qui ne veut d’ailleurs pas dire qu’il ne faille pas un gouvernement mondial pour les questions de bien commun mondial.

    Le terme de « populisme » est d’origine marxiste. Il était destiné à désigner ceux qui cherchaient le bien du peuple en dehors de la théorie et de la praxis marxiste… Il était (et reste) péjoratif dans la bouche des marxistes.

    • FIDANZA

      Merci infiniment pour cette clarification, qui remet chaque domaine à sa place et donne une direction déjà enseignée par le Magistère mais qu’il est bon de remettre en lumière.

  4. Mrg Rey a fait preuve de belles qualités en son statut de pasteur catholique, mais en reprenant les thémes franchement éculés du  » replis sur soi » du « polulisme » et du « rejet de l’autre » forcément coupable, il reprend des options de language , largement utilisés par le parti socialiste, qui au milieu des pires catastrophes liées à l’absence d’intégration, n’en finit pas d’invoquer le trop célébre vivre ensemble !

    L’ensemble des témoignages me parvenant , vont tous dans le sens d’un rejet réel de la population française, envers le communautarisme salafiste , dont les progrés constants s’accompagnent de revendications religieuses et sociales trés difficilement acceptables, mais également d’agressions répétées contre notre culture d’origine locale et nos concitoyens n’étant ni arabes ni musulmans !

    Il s’agit là d’un fait de société incontournable que Mrg Rey, semble fautivement ignorer , alors que bien des catholiques de sa région, ont du certainement eu à souffir de l’existence et ou des manifestations de l’islam salafiste , qui par sa violence , est le principal responsable des clivages qui traversent douloureusement notre société .

    Les français ne peuvent lucidement qu’établir un paralléle légitime entre les atroces massacres du DAECH, et la radicalisation angoissante de musulmans et d’imams, dont ils témoins dans les rues , les réseaux sociaux et les prêches dans les mosquées, d’une virulence insoutenable et non punie par la justice, pour l’instant !

    L’exaspération des français catholiques envers un salafisme social de plus en plus dangereux, explique en toute logique la montée du front national , seule formation à élever la voix contre ce phénoméne actuel profondément tragique .

    Mrg Rey , s’est distingué par sa défense valeureuse et méritoire de la tradition culturelle et cultuelle catholique romaine , mais il n’a pas pris la mesure de l’immense péril que représente l’islam radical , comme si il demeurait mentalement prisonnier, des élucubrations œcuménique du magistére de Rome.

    Tout se passe comme si aucun prince de l’Eglise , même traditionnel, était incapable de porter et d’exprimer un jugement un tant soit peu réaliste et sévére à l’égard de la religion de Mahomet , qui a pourtant pris naissance au début du moyen age , par une succession de drames sanglants et de génocides, dont la matérialité historique est incontestable !

    Les catholiques de France se feraient ils littéralement massacrés dans leurs églises et leurs cathédrales , que les évêques nationaux ou romains, continueraient à proclamer que ….. l’islam est une religion de paix !
    Voilà le stade d’aveuglement ou ils en sont parvenus! c’est lamentable .

  5. Armindo

     » c’est-à-dire une identité qui assume un héritage et le porter jusqu’aux périphéries. »

    Donc évangéliser y compris les musulmans, non ? Ou comme le disait le curé de ma paroisse, « être en communion avec les autres religions » ?

  6. André

    Quelle bouillie dans les propos de Mgr Rey.
    Nous aimerions que son oui soit oui et son non soit non au lieu de laisser entendre que il faudrait que … afin que… et pour finir que la bête immonde, suivez mon regard, ne soit plus le refuge de ceux qui ont peur.
    Quant aux valeurs chrétiennes, à part Marine LE PEN qui ne les défend pas, Bruno Gollnich , Marion Maréchal Le Pen et de nombreux candidats du FN sont pour ces valeurs.

    • André

      Mais oui bien sur ! Moi connaissant le front national en profondeur au point de vue sociologique, je peux affirmer que les catholiques pratiquants sont non seulement couramment rencontrés , mais que énormément sont fidéles aux valeurs chrétiennes s’agissant tant du mariage, que du respect de la vie des enfants à naitre,

      Donc la jeune Marion fait preuve de juste rectitude chrétienne , là même ou les socialos caviar, font étalage de leur idéologie scandaleusement décadente et mortifére, que Mrg Rey aurait du condamner et dénoncer depuis longtemps .

      Par conséquent , c’est bien dans les rangs du front national , que Mrg Rey a le plus de chance de rencontrer des vrais réactionnaires, toujours fidéles aux lois intangible de l’évangile, et non pas dans le parti socialiste ou domine l’athéisme mondain et immoral, ni même au sein des républicains ou se côtoient de vrais hommes de droite conversant un semblant de mentalité chrétienne, et des personnalités dont l’ossature morale et spirituelle est totalement inexistante

  7. Cassianus

    Je ne vois pas de différence entre « populiste » et « démocratique », si ce n’est que le premier terme sert à vilipender, sans avoir à s’en justifier, les opinions que les tyrans démocrates interdisent à leurs peuples.

  8. angel

    Comment accepter d’être soi-même – assumer son histoire, ses racines – sans pour autant se fermer aux autres.
    POSEZ LA QUESTION AUX LIBANAIS ILS ONT FAIT CELA ET QU’EN EST IL A CE JOUR ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *