2015-05-29-cardinal-poupard-Photo-www.mospat.ru_

Au Vatican, tout va très bien Madame la Marquise

Download PDF

Le cardinal français Paul Poupard, 85 ans, était dimanche dernier à Bonne-Terre à La Réunion, où il a célébré la messe du 500e anniversaire de la naissance de sainte Thérèse d’Avila.Il répond au journal local :

« […] Le Vatican est-il si riche qu’on le dit ? 

«La richesse du Vatican n’atteint pas le tiers du budget de mon diocèse», disait l’archevêque de Cologne. Tout est dit.

Le royaume de Dieu n’a plus un denier ? 

Il serait exagéré de dire que le Saint-Siège tire le diable par la queue (rire). Mais depuis Jean-Paul II, les papes font régulièrement appel à la générosité des fidèles.

Les particularités du plus vieil État du monde sont nombreuses…

Extrêmement nombreuses. La première est sa taille réduite. Il est censé s’adresser à 1,5 milliard de fidèles à partir d’un territoire n’excédant pas 33 hectares. Cet État ne se limite pas au spirituel. Il bat monnaie, possède des médias, une poste, une gendarmerie…

Vous vivez au Vatican depuis presque un demi-siècle. Connaissez-vous tous ses secrets ? 

(Direct) Je n’en connais aucun.

Sont-ils trop bien gardés ? 

Non, parce qu’à ma connaissance il n’y a pas de secrets.

Pourquoi tant de scandales, alors ? 

Des scandales au Vatican ? Ah bon, lesquels ? Vous êtes la première personne à Maurice qui me parle de scandales…

Pas plus tard que samedi dernier, à la veille du synode sur la famille, ouvert par le Pape François, un haut dignitaire du Saint-Siège a annoncé son homosexualité en dénonçant le retard de l’Église sur le sujet… 

Cela m’attriste, bien sûr.

C’est tout ? 

(Sec) Que voulez-vous que je vous dise ?

Pensez-vous, comme Monseigneur Charamsa, que le clergé est homophobe ? 

Vous avez lu ça où ?

Dans le Corriere della Sera. 

(Passablement agacé) Poursuivez votre lecture…

Le clergé, écrit-il, est «homophobe jusqu’à la paranoïa car paralysé par le manque d’acceptation pour sa propre orientation sexuelle. Ils sont nombreux, les prêtres homosexuels qui n’ont pas le courage de sortir du placard». Vous en pensez quoi ? 

J’en pense que vous allez terminer seul votre lecture. Si j’avais su que nous discuterions de cela, je vous aurais épargné la route. (Il se lève pour mettre un terme à l’entretien)

Vos impressions sur ce premier séjour à Maurice ? 

Ah, voilà qui est plus intéressant. J’ai découvert tout un univers. Enfin, pas totalement puisque j’étais très lié au Cardinal Margéot qui me parlait souvent de son pays. Je l’entends encore me dire : «Il faut que tu viennes, il faut que tu découvres Maurice !». C’est ce que j’ai fait et je suis dans l’émerveillement. Toutes ces communautés, si différentes dans leurs origines, leurs cultures et leurs convictions religieuses, vivent ensemble de façon paisible. Je ressens ici un désir de paix et de sérénité. Ce cher cardinal me l’avait dit, je le constate sur place.Les Mauriciens ont quelque chose à apprendre au monde, un art du vivre-ensemble, ce que les Italiens appellent la convivenza. C’est cette image de Maurice que je garde et que j’emporterai avec moi au Vatican.

L’image du Vatican est-elle déformée par les médias ? 

Le Vatican alimente les fantasmes. Je suis historien de formation, seuls les faits m’intéressent.

En voici un : il ne se passe pas une année sans que la justice ne sonne les cloches au Saint-Siège. Pourquoi ? 

(Silence pesant)

Pourquoi est-ce si difficile de tourner la page des affaires ? 

Non mais… Vraiment… Je suis déconcerté par cette question. Où voyez-vous des affaires !?

En mai dernier, le responsable des finances du Vatican a été accusé d’avoir couvert un prêtre pédophile. Quelques mois plus tôt, une enquête longue de trois ans sur la Banque du Vatican a démontré qu’elle facilitait le blanchiment d’argent. Juste avant, l’affaire «VatiLeaks». On continue ? 

(D’un air détaché) Vous me sortez tous les poncifs éculés. Je suis en train de perdre mon temps avec vous.

Pas des poncifs, votre Éminence : ce sont des faits. Est-ce tabou d’en parler ? 

Je suis fatigué de lire ces histoires-là dans les journaux.

Les victimes, elles, sont peut-être un peu plus que fatiguées… 

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas pensé. Je ne veux pas m’exprimer sur des sujets qui ne m’intéressent pas, c’est tout. Cela ne veut pas dire que je nie les faits ou qu’ils ne m’attristent pas. Comme tous les cardinaux, je reçois les bilans financiers de l’IOR (Institut pour les œuvres de religion, la dénomination officielle de la banque du Vatican, NdlR), mais je vais vous décevoir, je suis incompétent pour les comprendre. Comme dans toute institution humaine, il est clair qu’il y a des gens qui… À ce moment là on fait le ménage.

Le ménage a-t-il été fait ? 

À part les banquiers, personne ne connaît le secret des banques. Après, vous êtes libre de fabuler.

La fermeture de 3 000 comptes douteux ou dormants, le blocage de 1 300 autres, ce sont des fabulations? 

Là, vous commencez à me fatiguer. Des scandales, il y en a eu, c’est sûr, mais à quoi bon y revenir ?

Pour tenter de démêler le vrai du faux, les faits des fantasmes. À moins d’être dans le déni… 

Écoutez-moi bien : personne, surtout pas moi, ne cherche à cacher ou à nier quoi que ce soit. Oui, il faut périodiquement faire le ménage au Vatican. Oui, ces choses ont existé et existent, mais Benoît XVI et le pape François les ont condamnées. Une commission d’enquête a été mise en place sur la banque et une restructuration est en cours. Je ne connais pas d’autre chef d’État qui, confronté aux scandales, s’exprime de manière aussi ferme. Vous en connaissez, vous ? »

13 comments

  1. allegrovivace

    la « chientlit » à l’intérieur de l’Eglise.

    Qu’a fait S.Em le Cardinal Poupard pour combattre les « Kasper », au moment et depuis le concile V2 ? : il a mis son intelligence de la situation à quel service opérationnel dans ses responsabilités successives !?

    Si d’autres n’ont pas parfaitement transformé, pour l’heure, ils ont eu le mérite d’affronter le diable à découver : Mgr Lefebvre à son époque et toutes les communautés Ecclesia Dei aujourd’hui aux côtés ou en parallèle de la FSSPX….

    la piétaille, dont je suis, commence à en avoir assez de tous ces clercs qui refusent le combat à la manière de « Pilate se lavant les mains en tout connaissance de la vérité »

    Allegrovivace

    • Observateur

      @allegrovivace : de quel diable parlez-vous ?

      Dans l’article il est question de pédophilie et de détournement d’argent. Vous opposez à ces problèmes de droit commun des groupes définis par leur positionnement liturgique. Rien à voir ! Si vous croyez que c’est d’un côté les « gentils » tradis honnêtes et purs, et de l’autre les « méchants » pédophiles et détourneurs, vous vous trompez lourdement ! Si le monde était en noir et blanc, ça se saurait !

      S’il est vrai qu’il y a des gens qui ont une grande cohérence de vie dans le mal (hérétiques ET pédophiles ET détourneurs de fonds), il y a malheureusement aussi des problèmes de pédophilie et de détournement de fonds dans les milieux tradis – et oui !! Cela ressort rarement (vous comprenez, dans ces milieux on ne parle pas de ces choses-là ! ), mais cela a existé. Exit la summa divisio liturgique.

      Le choix liturgique ne préjuge pas de l’honnêteté ! Et, jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas non plus là-dessus que nous serons jugés – ce sera sur l’amour, la foi, et ce que nous aurons fait au Christ quand il avait froid, faim, qu’il était dévêtu… Ciel, pas un mot de la messe en latin !

      • Joel

        @ observateur.
        Je vous propose d’aller cracher sur la Tradition dans la revue Golias, que je trouve plus à propos pour ce genre de chose.
        De la pédophilie dans les milieux tradis? De la maversation? je n’en connais pas et n’en n’ai jamais entendu parlé et croyez moi monsieur que si celà c’était produit, nul doute que celà en aurait fait la une des manchettes.
        Nous serons certes jugés par notre charité mais comme je le dis souvent, il ne suffit pas de torcher le cul des pauvres pour entré au paradis.
        Dieu premier servit, puis les autres ensuite…hé oui c’est comme ça!

  2. patrick chirac

    il serait temps de ‘lâcher la grappe’ au Vatican et à l’Eglise catholique en général : les merdias ne s’intéressent jamais aux scandales qui surviennent aussi chez les musulmans ou chez les juifs ou chez les protestants et encore chez les orthodoxes… sans parler des vrais scandales qui alimentent la chronique régulièrement chez les francs-maçons (qui se veulent « la religion de la ripoublique »)…

  3. remy

    Visiblement le thème de l’interview n’était pas celui auquel s’attendait le Cardinal Poupart.
    Ces questions sont intéressantes mais ce n’est pas le bon interlocuteur …
    Et la manière de les poser est typique des médias aux ordres qui ne s’intéressent qu’aux choses qui peuvent nuire.
    Je me mets à sa place : quelqu’un qui s’attend à être interviewé sur l’Ile Maurice, ou la culture (thème que connaît bien ce cardinal), ne peut qu’être agacé par des questions « médiatiques », non prévus au programme et qu’il n’a pas ou peu étudié …

    D’autre part, s’il est nécessaire de parler des ces « scandales » médiatiques, (pas question de les occulter, mais les remettre à leur juste place), il faut aussi rappeler, que l’ensemble des médias, foncièrement haineux du catholicisme, voient très facilement la paille dans l’oeil du Vatican, sans voir la poutre dans le leur et celui des Etas qui les financent complaisammnt … Inutile donc de chercher à leur ressembler!

    Puisqu’on parle finances et scandales du Vatican, rappelons :
    – que c’est le plus petit Etat du monde
    – un budget très faible (le Cardinal le rappelle), inférieur à celui d’une ville de province en France …
    – les ressources : en très grande partie basé sur le volontariat des fidèles : pas d’impôts ou taxes comme dans tous les Etats qui font la leçon au Vatican. Vous en connaissez beaucoup des pays où la population ait suffisamment confiance dans ses gouvernants pour contribuer d’elle-même au budget, et non par une imposition obligatoire ?
    – l’utilisation des ressources : une réelle solidarité entre contrées riches et pauvres : près de la moitié des ressources repart en aide au développement des pays nécessiteux ou en aide humanitaire, et pas que pour les chrétiens, mais aussi pour des populations non chrétiennes ! Pour la France l’aide au développement : inférieur à 1% du budget. Des hôpitaux, maternité, centre de soins, écoles qui rendent des services énormes, grâce à des quasi bénévoles qui vouent leur vies au service des autres, dans des parties du monde qui n’intéressent pas les pays.
    Parlez lui de cela, il répondra peut-être, en tout cas de manière plus agréable!
    Riposte Catholique pourrait d’ailleurs nous chercher les informations et les chiffres, car les chrétiens ne sont pas ou peu informés.

    Les Etas occidentaux et leurs médias sous perfusion feraient mieux de prendre exemple sur le Vatican, compte tenu des scandales et malversations bien plus énormes qu’ils entretiennent et couvrent !

  4. justicus

    Rien à attendre de ce prélat mondain qui vit déconnecté des aspirations des familles catholiques, des jeunes prêtres, de tout ce qui incarne la vivacité de l’Eglise…
    Il sera toujours du côté du manche pour conserver la gamelle. Montinien sous Montini… Wojtylien sous Wojtyla… Plus ratzingerien que Benoît XVI quand celui-ci était aux affaires… Bergoglien aujourd’hui… Avec Tauran, ils font la paire. Ah elle est belle la France à Rome…

  5. allegro

    @observateur ; le diable dont je parle :

    Celui dont justicus dénonce si bien les apparences.

    Sur le fond, nous nous souvenons qui est le prince de ce monde qui n’épargne personne, évidemment, qu’il soit « tradi » (pseudonyme de catholique car la Vérité est une permanence, un voyage de l’alpha à l’omega, qui ne s’identifie pas au mouvement qui est fonction et contingence).
    La prouesse du diable est d’avoir manigancé, au travers du concile pastoral « V2 » un relativisme généralisé sous couvert de pédagogie et d’adaptation à la mentalité moderne… du suivisme non affirmé avec l’effet collatéral du délitement de la foi catholique des élites « fidèles laïcs », finalement la déchristianisation massive de la nation du « fils aîné de l’Eglise » voire l’apostasie prégnante de la société française aujourd’hui.(nous sommes en train de tomber sous la barre des 20% de baptisés chez les nouveaux-nés).

    Comme l’a bien écrit justicus, à l’évidence des Eminences cardinalices , Princes de l’Eglise, « surfent sur la vague ».du diable à la manière de Ponce-Pilate, montinistes, wojtyliens, ratzingeriens, bergoliens.

    L’Histoire dira la clairvoyance et la sainteté des lefebvristes et des Ecclisia Dei qui par grâce d’Etat auront réalisé l’essentiel à notre époque :: le combat de la Foi.

    allegro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *