eveque-620x465

Avortement : Mgr Eychenne accuse l’Eglise

Download PDF

Ariegenews est allé à la rencontre de Mgr Eychenne, évêque de Pamiers. A tomber de sa chaise (à lire jusqu’au bout).

Sur la fin de vie

«Accompagner la vie jusqu’à la mort, le faire avec tous les moyens que nous donne la science en particulier pour atténuer la douleur et les angoisses cela me semble légitime. Par contre que des personnes extérieures fassent le choix, selon le point de vue que la vie que l’on a en face de soi ne vaut pas la peine d’être vécue et qu’elle va se terminer bientôt, donc qu’on accélère le processus pose toute une série de gros problèmes. Par contre que l’on gère la souffrance avec certaines substances c’est acceptable. Il y a des distinguos pas faciles à faire. C’est un peu la même manière pour ces chrétiens qui sont aujourd’hui opposés à la peine de mort, disant que la vie est trop sacrée, ça ne nous appartient pas. On a une réticence face au choix de poser un acte médical qui nous fait dire que tel jour à telle heure c’est terminé. Mais on reste en débat avec les gens qui ont une autre approche… la peur bien qu’il ne faille pas se laisser guider par les peurs, c’est comment rester vigilant face aux dérapages?»

Sur l’avortement, la contraception :

«L’avortement n’existe pas, il n’y a que des personnes qui à un moment donné sont confrontées à cette possibilité qui s’offre à elles, quand la grossesse en cours n’est pas souhaitée, voulue, quand elle est le fruit d’un viol, d’un avortement thérapeutique ou le fait de gens en trop grande marginalité sociale pour pouvoir accueillir un enfant… c’est une opportunité que donne la société de pratiquer une interruption volontaire de grossesse. Sur cette question on est en dialogue avec une personne, des arguments sont mis en avant pour poser un choix: qu’est-ce qui est en jeu, quelque chose ou quelqu’un ? Et si c’est quelqu’un, la réflexion doit être approfondie avant de faire ce choix (on va interrompre la vie de quelqu’un, il y a derrière comme pour la fin de vie la dimension de respect de la dignité et de l’intégrité). Il faut être en mesure de leur donner un certain nombre de critères pour éclairer leur choix… ce n’est pas un acte anodin, derrière il peut y avoir des drames humains, personne ne doit juger. La loi sur l’IVG mise en œuvre par Simone Veil était destinée à faire face à des situations de grande détresse pour qu’elles soient dépénalisées, ne pas criminaliser les gens qui sont en conscience devant une grande détresse. C’est presque devenu une chose ordinaire et on peut regretter aujourd’hui qu’il soit assimilé à un moyen de contraception. Il y a pourtant des moyens de ne pas se trouver en situation de grossesse… Je reconnais que l’Eglise n’a pas toujours été très ouverte, elle manifestait de manière significative son opposition aux démarches contraceptives. Mais face à certaines réalités (taux de natalité trop importants ou sida dans certains pays en voie de développement), ce sont souvent les religieux qui fournissent les préservatifs».

Sur les réfugiés :

« La grande tradition de l’hospitalité parcourt toutes les cultures de l’humanité (…) on n’a pas le choix ce sont des réfugiés qui quittent leur pays en guerre, il faut les accueillir. La seule question légitime que l’on doit avoir: quels moyens mettre en œuvre pour les accueillir? Et surtout ne pas faire de choix, de tri parmi eux, en tout cas ce n’est pas ma position. La logique de l’évangile c’est accueillir un homme au titre de son humanité sans se demander s’il est juif, chrétien, musulman, s’il a un métier, s’il n’en a pas… ces critères sont inacceptables. Il faut rendre cet accueil plus simple qu’il ne l’est, car il faut reconnaitre que le contexte administratif et juridique ne facilite pas les choses. Là aussi il y a les grands principes et le principe de réalité. Comment rester humain? Quand on voit la jungle de Calais, on a un peu honte, mais après ce sentiment de honte on fait quoi?».

Sur l’islam, Mgr Eychenne a souhaité élargir le champ:

«il y a un intégrisme, un fondamentalisme qui peuvent s’inscrire dans une certaine tradition musulmane, mais en réalité le fondamentaliste c’est une tentation qui parcourt toutes les religions, les croyances, les idéologies. Au départ c’est souvent une peur face à un monde dans lequel on perd ses repères traditionnels, certains sont tentés de revenir aux fondamentaux les plus intangibles de leurs valeurs, de leurs religions, de leur foi. Cela passe par une lecture très littéraliste des textes. Le fondamentalisme c’est souvent le refus de la modernité, c’est une lecture littérale des écrits par exemple les fondamentalistes baptistes aux États-Unis rejettent les théories de l’évolution… on retrouve ces discours dans certains courants du judaïsme, de l’islam ou de l’hindouisme. Peut-être qu’un antidote au fondamentalisme serait la poésie?»

Sur la place des femmes dans l’église :

«le pape François insiste pour qu’il y ait davantage de femmes dans les ministères romains. Cette année il y a trois femmes dans le conseil épiscopal de Pamiers (3 sur 12) ce n’est pas encore la parité, mais c’est un début… Cela a été une petite révolution, tous les diocèses de France n’ont pas de femmes dans leur conseil épiscopal alors que l’on peut avoir un éclairage supplémentaire qui nous aide à prendre de bonnes décisions… Se priver de leur regard serait absurde». «Sans jouer les prophètes, la place des femmes dans l’Église catholique évoluera. Je ne pense pas que notre génération verra leur accession à la prêtrise (symboliquement le Christ était un homme ceux qui sont appelés à signifier sa présence sont des hommes) par contre nous assisterons peut-être grâce à l’Église catholique d’Orient à l’ordination de prêtres mariés. C’est une évolution qui théologiquement et doctrinalement prendra moins de temps et pose moins de handicaps que l’ordination des femmes».

62 comments

  1. Claire

    Mais Mgr Eychenne que se passe-t-il ? Le monde vous a donc tant contaminé ? Quand à la parité c’est une utopie qui pourrit notre société.
    Enfin d accord avec vois sur ce que nos frères d’Orient peuvent nous apporter.

  2. moreau

    D’où sort-il ? Où a-t-il étudié ? Quand a-t-il été nommé ? Voilà un type d’évêque plein d’avenir !
    Il ne sait rien mais il est évêque ! Ou plus exactement il a l’esprit faux ; c’est une maladie dont on ne guérit pratiquement jamais selon Saint Vincent de Paul !

  3. Daniel

    J’aime les pommes de terres, bien que ça rende malade en trop grande quantité, mais, aussi, c’est comme une forme d’énergie qui est utile à mes muscles; Il faut en manger. Enfin il ne faut pas trop en manger car alors il se peut que certains en tombent malades, mais ceux qui n’en mange pas peuvent mourir de faim. Il s’avère que dans certains pays elle ne sont pas traitée chimiquement, ça augmente leur prix mais c’est moins cher qui si elles étaient vendues plus cher par un commerçant malhonnête. On doit donc conseiller la plus grande prudence. Celui qui ne le ferait pas serait condamnable, mais peut-être le ferait-il sans savoir, alors qui sommes nous pour juger ? Le problème de la consommation de pommes de terres est d’une grande difficulté et nous sommes responsables de ne pas l’avoir dit assez, mais si on en parle trop on stigmatise ceux qui ont un problème avec ça.
    Voilà tout l’enseignement que je voulais donner à ceux qui en mangent ou n’en mangent pas, afin que tous pensent que je pense comme eux.

    • zézé

      Vous avez parfaitement illustré les propos inquiétants de ce Monsignor !!!!!! Merci Daniel !

      En gros : cela s’appelle ménager la chèvre et le chou. Ptèt ben qu’oui, Ptèt ben qu’non !
      Quel béni oui oui.

    • toto

      @Daniel
      Excellent pastiche! Nos évêques sont formatés ou peut-être sont-ils des robots pré-programmés? Otto a bien raison, enfoncés Marx, Kasper et Cie. Faut dire qu’en France les hérésies de Teilhard de Chardin ont ravagé pas mal de cervelles ecclésiastiques ce qui donne une avance certaine dans les âneries à la plupart de nos épiscopes. En attendant plus de 220 000 bébés dans le ventre de leur mère sont assassinés par an en France. Il ne faut plus parler d’avortement puisqu’il n’existe pas, nous apprend cet évêque de Pamiers. Pauvres Ariégeois! Qu’ont-ils fait au Ciel?

    • Observateur

      Merci Daniel !

      Ce pauvre Mgr a surement plein de qualités, mais là il divague complétement. Etait-il en possession de tous ses moyens ? Son discours confus me fait penser aux conversations des grands fumeurs de cannabis.

      S’il a relu son entretien : quelle honte. Pauvre Jésus, pardonnez-nous.

      Deux belles traditions à ressusciter me viennent en tête :

      – prier pour nos évêques, et pas seulement à la messe.

      – déposer les évêques indignes. Ca se faisait au Moyen-Age. Idée lancée en l’air.

    • Danielle Kartoffel

      Cher Monseigneur,
      je crains que vous ne perdiez la foi…J’en suis bien désolée pour vos prêtres, pour vous, pour l’Eglise, pour moi aussi !!
      Un pasteur est là pour montrer le chemin du Ciel…Si vous n’y croyez pas (plus), rendez votre mitre; si vous ne vous battez pas contre vous-mêmes pour devenir saint, de grâce, n’empêchez pas les autres d’essayer de le devenir, sinon vous serez non seulement un « épouvantail à moineaux » mais pire encore, un imposteur!!!
      Vous voulez continuer ? : commencez par porter un amict en disant la messe chaque matin (de merveilleuses armes existent pour vous défendre contre l’Ennemi, débarrassez-vous de votre orgueil, utilisez-les!), faites-vous offrir un beau crucifix et une belle statue de Notre-Dame pour trôner sur votre bureau, votre vie : avec la prière -regardez plutôt l’Etoile que la rue- ils vous donneront la grâce et l’intériorité.
      Avec ma prière,

    • Crespin-Jaugeart

      Ne jugez pas ! C’est ce que le modérateur de ce blog m’a répondu à un commentaire sur le même évêque. Je disais qu’il avait bien appris mais mal retenu, grosso modo…

      Visiblement, le modérateur a dû changer d’avis… A moins qu’il n’ouvre les yeux que maintenant, ce qui est grave quand on a le souci d’informer…

  4. L’évêque s’exprime comme le journal l’Humanité.

    Lisons-donc le concile Vatican II, Gaudium et spes: « l’avortement et l’infanticide sont des crimes abominables. »

    http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_cons_19651207_gaudium-et-spes_fr.html

    L’évêque se moque naturellement de la liberté religieuse des catholiques comme de leur liberté de conscience. Il agit comme une sorte de dictateur qui se charge de la propagation de l’idéologie matérialiste en milieu catholique, comme s’il était chargé de détruire la culture catholique française sans tenir aucun compte de l’ordre public universel (vérité, justice, droits de l’homme) ni de l’ordre public français : liberté, égalité, fraternité.

    Il aura sur la conscience non seulement la propagation de l’idéologie relativiste marxiste, mais encore la destruction du corps des femmes et d’innombrables homicides.

    Dans un État de droit, un individu de ce type passerait en correctionnelle pour incitation à la débauche et à l’avortement. Il irait méditer en prison sur la valeur de la vie humaine et la destinée mystérieuse de tous les êtres humains.

    Les laïcs de toute opinion religieuse n’ont pas à subir ces criminels coupables de crimes d’autant plus abominables qu’ils se disent chef des catholiques. Ordre public !

    Au passage on peut constater que l’évêque fait usage d’un français approximatif.

  5. Féru

    Curieux comme ces gens sont fondamentalistes sur certains principes comme l’accueil suicidaire de milliers de clandestins, et permissifs sur d’autres. L’Evangile à 2 vitesses.

  6. gipsy

    Le gros souci est que à notre jugement particulier , nous ne pourrons « dialoguer »avec Dieu sur toutes ces questions, car si l’homme peut ne pas juger, être indulgent et dialoguer , Dieu juge et Sa miséricorde n’est pas une acceptation rétroactive du péché ….

  7. DUFIT THIERRY

    Décidément on tombe toujours plus bas avec les évêques modernes. Voila maintenant un évêque qui justifie le crime abominable qu’est l’avortement. Jusqu’ou ira-t-on dans l’horreur ?.
    On voit ou mène la révolution de Vatican II. A justifier le meurtre des enfants.
    Si la situation de l’Eglise était normale un tel évêque devrait être démis de ses fonctions et excommunié.

    • Observateur

      Pas besoin de Vatican II pour justifier l’innomable. La betise humaine suffit. On vous a déjà dit que vous faisiez une fixation sur Vatican II ?

      Quant aux évêques modernes, vous savez, Talleyrand n’était pas mal non plus. Sans doute un conciliaire qui s’ignorait ?

      • DUFIT THIERRY

        Cet évêque est loin d’être bête : il y a une volonté délibérée de sa part de bafouer ouvertement la loi de Dieu dans ce qu’elle a de plus sacré. Il accomplit publiquement son travail de destruction de la Foi.
        Quant à Vatican II, sa célèbre trilogie liberté religieuse, collégialité, œcuménisme -cela ne vous rappelle pas une certaine devise?- a introduit une révolution permanente dans l’Eglise.
        On en voit les résultats.

  8. berna

    Un tel évêque ne se met-il pas sur le chemin de l’excommunication de facto en parlant/écrivant de la sorte contre la vie (dire que « l’avortement n’existe pas » (on en est à 2 milliards dans le monde depuis les débuts…) et contre l’Eglise (mariage des prêtres c’est un souci et un tiraillement de plus) ? :
    dire « qu’il n’existe pas » ne serait-il pas un emportement rhétorique « inadéquat » ?
    Les catholiques de Pamiers et du diocèse pourraient le « recadrer » : actuellement, il y a tellement d’informations sur ces sujets qu’on ne peut plus dire de telles « fadaises » …
    Quant aux « migrants » :il vit et écrit dans sa « bulle ». Qu’il lise ce que disent les évêques de Syrie et du Moyen Orient…Qu’il regarde attentivement, s’il le faut, ces photos d’hommes jeunes, très agressifs, faisant le V de la victoire : laquelle ? c’est ce l’Islam conquérant en marche ? Pourquoi il y a si peu de femmes et d’enfants restés au pays abandonnés à la merci de Daesh qui vole et viole jusqu’à plus soif…
    Qu’il aille faire une retraite dans un tel pays …
    Il confond l’étranger au singulier et « les étrangers », « illégaux » au pluriel et qui sont des « hordes » au comportement aux antipodes de ceux qui ont vécu l’exode en France aux dernières guerres.
    Ceux-ci sont des « conquérants chez nous, déserteurs de chez eux où est le danger qu’ils viennent enraciner chez nous : nous sommes sommés de les accueillir, nourrir, loger , et payer les cartes sim, les « armes » pour nous trucider ou nous convertir à l’islam…à + ou – court terme.
    Les chefs religieux parlant ainsi (accueillir ces hors la loi déserteurs) font de l’ingérence dans le domaine temporel, et un manque de prudence informationnel.
    Le roi St Louis les remettrait vivement en place. malgré ceux qui nous dirigent , mais c’est l’affaire des laïcs. A nous tirer dans les pattes, ils sabordent tout l’Edifice, par imprudence, aveuglement, présomption ???
    Tout n’est pas faux dans ses propos, mais ce qui est vrai, judicieux est sabordé par le reste : « une goutte de fiel suffit à gâter un tonneau de miel… »

  9. joiepaisible

    Bonjour,
    à mon avis, ce texte est mal écrit. Il sonne comme une conversation qui a été mise par écrit, telle quelle sans relecture. C’est dommage.
    Soyons miséricordieux envers nos pasteurs.
    union de prière

  10. Joseph2

    Monseigneur, l’avortement existe puisque vous en parlez, par contre il semble que la chasteté n’existe pas car vous n’en parlez pas.
    Pour l’islam, vous parlez du danger du fondamentalisme, danger équivalent pour toutes les religions, mais les origines de l’Islam sont truqués pour servir l’état totalitaire, aussi, la violence y est légitimé, contrairement au christianisme. Le fondamentalisme islamique ne se compare donc pas au fondamentalisme chrétien.
    A part cela j’apprécie beaucoup de choses dans votre discours.

  11. yva

    Notre époque est pleine de surprises et parfois c’est un vrai cauchemar de découvrir de telles choses.
    Quand on pense que ce personnage a pu être choisi pour ses discours, qu’un évêque pourrait avoir recommandé ce prêtre pour en faire un successeur des Apôtres ?
    Celui qui l’a choisi est coupable de donner un tel maître à penser au Troupeau du Christ.
    Sait-il que l’évêque fait partie de l’Eglise enseignante ?
    Qu’enseigne t-il à ses ouailles ? Surement pas la doctrine catholique !
    On a chassé Dieu de notre société, de notre vie spirituelle, et Dieu se rit de nous en nous faisant découvrir à quels démons nous nous livrons.
    Le « Sans moi vous ne pouvez rien faire » de Jésus est de plus en plus actuel. Revenons à la Vrai Doctrine et chassons les brebis galeuses du Troupeau.

  12. ROYAL

    L’ avortement est un CRIME. Les propos de cet evêque sont inacceptables…
    A quand un retour à ses études de Théologie ? Par une dépose de sa charge de succeseeur des Apôtres ?

  13. DU BOULLAY

    Il semble que cet Evêque soit un vrai démocrate ! Une personne qui pense que autrui sait mieux que lui. Et sans conviction, avec la devise épiscopale qu’il a choisie, il se laisse guider par le monde et ce qu’il croit que l’Esprit Saint lui-dit. Car on pourrait au moins attendre d’un Evêque qu’il porte la parole et la doctrine catholique. Ici l’on se croirait revenu aux années 60… Les années de doute. Les années du : Etes-vous d’accord pour être contre moi si je ne suis pas d’accord avec vous et dans le cas contraire l’inverse est-il valable ?
    Les années de la Patate, comme le dit merveilleusement Daniel plus haut.

  14. Pierre-Louis C.

    Moi qui suis un peu ariègeois, je peux dire à Toto que les ariègois n’ont rien fait de mal. Il ont supporté plusieurs mauvais évêque et ils attaquent avec le suivant! Ils ont échappé aux équipes d’animation pastorale, peut-être plus pour longtemps et ce n’est pas le pire… L’avantage, c’est qu’il n’y a presque plus de prêtres en Ariège pour supporter les inepties doctrinales de leur évêque…Comme le disait récemment un prélat, toutes ces prises de positions tendent à faire admettre aux catholiques qu’ils devraient avoir les mêmes faiblesses que ceux qui les prononcent. Je propose une souscription pour offrir à Mgr Eychenne un livre sur les saintes de l’Eglise, à commencer par Thérèse d’Avila qui lui botterait sans doute le train…pour le réveiller!
    PS allez voir le bureau de l’évêque sur Ariège News, vous verrez la beauté du crucifix trônant sur le bureau

  15. Les fumées de Satan sont de plus en plus opaques.
    Quand on détricote le dogme, on ne sait plus où s’arrrêter.
    Une telle errance est plus qu’inquiétante.
    Doit on suivre des pasteurs devenus fous ?

  16. Hervé Soulié

    Une illustration de plus que la congrégation qui traite du choix des évêques n’est pas assez vigilante.
    Cet Eychenne (qui a d’ailleurs une tête de repris de justice, mais bon, je reconnais que ce n’est pas le sujet…) est manifestement le fruit d’une erreur de casting.
    Même prêtre, c’était déjà trop pour lui.

  17. MEYER

    Autre « béatitude » selon ce prélat :
    « HEUREUX LES ASSASSINS : LA PORTE DU PARADIS D’ALLAH LEUR EST OUVERTE »

    Et pour bien la mériter, plus ils tueront de chrétiens (mécréants) plus ils seront en bonne grâce auprès de ce faux chrétien qui a oublié la parole : « BENI SOIT CELUI QUI VIENT AU NOM DU SEIGNEUR », ce qui n’est pas le cas, croit-on savoir, des musulmans qui viennent au nom d’allah dont on connaît les sourates relatives au traitement destiné aux non-croyants (les souchiens chrétiens, entre autres …)

  18. FERRER

    Voilà des états d’âme sulfureux.! Monseigneur,les 250.000 avortements chaque année, ne vous gênent pas? quand plus de 220.000 dit-on, seraient de « conforts »(différences avec l’avortement thérapeutique pour raison médicale grave).Oui il faut mettre un terme a la souffrance quand elle est a la limite du supportable. Et non! Les médecins qui donnent à leurs patients leur dernière marque de respect de la personne humaine,non,ils ne méritent pas de cette société qui a perdu toutes ses valeurs, d’être traité comme des assassins dans les tribunaux de notre bêtise républicaines

  19. Anne Lys

    Mgr Eychenne a été séminariste au séminaire génois de la communauté Saint-Martin, dont il a été par la suite maître des novices, puis supérieur de la maison de formation. On le sait, cette communauté, à juste titre, ne passe pas pour précisément « progressiste » et pratique une tradition saine et modérée. Il enseigne à l’Institut Supérieur des Sciences religieuses de Gênes.

    Et puis, en 1987, il semble quitter totalement la communauté pour devenir à Orléans vicaire d’une paroisse, puis curé d’une autre. En 2010, Mgr André Fort (qui n’a jamais lui non plus passé pour appartenir à l’aile « progressiste » du clergé français, ayant manifesté sa totale désapprobation de l’avortement, son peu de confiance dans le « tout préservatif » dans la lutte contre le Sida et s’étant réjoui de la levée d’excommunication des évêques lefebvristes), peu avant d’être remplacé en raison de son âge, le nomme vicaire épiscopal. Mgr Fort est remplacé par Mgr Blaquart. Je me demande si c’est sous l’influence de ce dernier (qui est dans les bonnes grâces de Golias, l’organe du clergé le plus progressiste de France, qui écrit à son sujet : « Dès son arrivée dans le chef-lieu du Loiret, Mgr Jacques Blaquart, nouvel évêque d’Orléans, s’est présenté en rupture par rapport à son prédécesseur, Mgr André Fort, d’orientation ultra-conservatrice et qui s’était fait remarquer par ses imprudentes déclarations au sujet du préservatif qui laisserait selon lui passer le virus du Sida » ; cette rupture ne semblait pas clairement annoncée par son attitude antérieure à sa nomination épiscopale, car il serait curieux que le pape Benoît XVI ait sciemment nommé un évêque qui s’est aussitôt placé en rupture non seulement avec son prédécesseur évêque, mais avec le pape lui-même) que le futur évêque de Pamiers est passé d’une attitude de tradition modérée, qui lui avait été inculquée au séminaire et qui était aussi celle de son évêque lorsqu’il est passé de l’enseignement au service paroissial, et qui semble être restée la sienne jusqu’en 2010, à l’attitude progressiste qu’il manifeste dans cet entretien. Ce qui laisse penser que ses convictions pourraient bien varier selon l’attitude de ses supérieurs, afin de se faire bien voir d’eux. Sa récente « conversion » au progressisme le plus avancé (jusqu’à la tolérance pour l’avortement !) semble bien lui avoir valu l’appui de son évêque pour sa récente (17 décembre 2014) nomination comme évêque de Pamiers, le pape François semblant avoir souvent pris le contrepied de son prédécesseur dans ses nominations ; on peut toutefois, connaissant son horreur personnelle de l’avortement, qu’il n’approuverait pas – si les filtres vaticans les laissaient parvenir jusqu’à lui – ces propos de Mgr Eychenne.

    • Rascol

      1) Mgr Eychenne a quitté la communauté St Martin en 1987, au moment où les membres de cette communauté ont dû faire le choix entre le statut diocésain ou l’appartenance à St Martin. Il n’est pas le seul a l’avoir fait ;
      2) Mgr Blaquart est prêtre de Notre-Dame de Vie, institut carmélitain fort classique.
      3)Relisez le texte sans vous occuper du titre: Jean Marc Eychenne n’approuve nullement l’avortement.

      • Anne Lys

        Oui, Mgr Blaquart appartient à une communauté fort classique, tout comme Mgr Eychenne appartenait à la communauté Saint Martin, assez traditionaliste. On peut changer…

        Mais le fait est que « Golias » change les louanges de Mgr Blaquart comme progressiste…

        Et j’ai relu attentivement la partie de l’article relative à l’avortement. Il est difficile de ne pas y voir une certaine tolérance  » quand la grossesse en cours n’est pas souhaitée, voulue, quand elle est le fruit d’un viol, d’un avortement thérapeutique ou le fait de gens en trop grande marginalité sociale pour pouvoir accueillir un enfant…  » et il me semble que ce n’est pas à un Catholique, encore moins à un prêtre et encore moins à un évêque de suggérer cette tolérance, dans un pays où on veut imposer à tous les médecins de pratiquer cet acte de mort et où l’on interdit de donner aux femmes tentées par l’avortement des informations qui pourraient l’en dissuader, un pays où le seul fait de donner à une femme enceinte venant se faire avorter une paire de chaussons de bébé vaut une lourde condamnation.

        Devant l’avortement prôné, favorisé, presqu’imposé, il faut être plus ferme.

  20. « Le fondamentalisme c’est souvent le refus de la modernité, c’est une lecture littérale des écrits par exemple les fondamentalistes baptistes aux États-Unis rejettent les théories de l’évolution… »

    Veut-il dire par là que les fondamentalistes baptistes, fanatisés par leurs convictions créationnistes, vont perpétré des attentats ?

    À quel titre ce membre du clergé prend-il position contre ceux qui ne croient pas aux « théories de l’évolution » ? Va-t-il excommunier pour hérésie ceux qui prennent le Pentateuque et spécialement le récit de la Genèse au sérieux ?

    Il existe des catholiques qui « rejettent les théories de l’évolution ». Par son silence sur ces catholiques, Mgr veut-il faire croire que les catholiques qui « rejettent les théories de l’évolution » ne sont pas catholiques ? Qu’il le dise clairement !

  21. « Le fondamentalisme c’est souvent le refus de la modernité, c’est une lecture littérale des écrits par exemple les fondamentalistes baptistes aux États-Unis rejettent les théories de l’évolution… »

    Veut-il dire par là que les fondamentalistes baptistes, fanatisés par leurs convictions créationnistes, vont perpétrer des attentats ?

    À quel titre ce membre du clergé prend-il position contre ceux qui ne croient pas aux « théories de l’évolution » ? Va-t-il excommunier pour hérésie ceux qui prennent le Pentateuque et spécialement le récit de la Genèse au sérieux ?

    Il existe des catholiques qui « rejettent les théories de l’évolution ». Par son silence sur ces catholiques, Mgr veut-il faire croire que les catholiques qui « rejettent les théories de l’évolution » ne sont pas catholiques ? Qu’il le dise clairement !

  22. Philon33

    Eglise de France souviens-toi de ton baptême!!! Souviens-toi de Jésus-Christ ressuscité d’entre les morts, il est notre salut, notre seul salut ! A qui irions-nous Il est celui qui a les paroles de la vie éternelle. Les pasteurs de l’Eglise sont le sel de la terre mais si le sel perd sa saveur il ne sert plus à rien qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds.

  23. Cassianus

    Le fondamentalisme est une lecture littérale des textes, nous dit Mgr Eychenne. Il n’a pas dû y penser beaucoup. Car lire un texte littéralement, ce n’est jamais que lire ce qui s’y trouve écrit. Quand par exemple le code de la route dit que l’on doit s’arrêter au feu rouge, il parle de route, de feux de signalisation et de la couleur rouge. Il n’y a pas à faire de « poésie » là-dessus. La route n’est pas la destinée, s’arrêter ne veut pas dire méditer, le feu rouge n’est pas l’ardeur de la passion… Ainsi en est-il dans la Torah : ne pas travailler le septième jour ne veut pas dire fermer son magasin le dimanche. Ainsi en est-il dans le Coran : considérer les associateurs comme des infidèles abominables ne veut pas dire traiter les Chrétiens comme des frères. Je ne comprends pas pourquoi il est si difficile d’admettre que les différents textes qui passent pour sacrés ont des enseignements contradictoires et incompatibles, et qu’ils contiennent, de même, des affirmations que contredit la « Science ». Adopter une religion, c’est prendre parti ; et prendre parti, c’est forcément se trouver en conflit avec d’autres partis concurrents. Les religions s’entr’excluent : c’est un fait et il faut faire avec. Le problème de Mgr Eychenne et, en général, de l’épiscopat français, c’est qu’il veut être d’accord avec les principes idéologiques de la République alors que ces mêmes principes sont opposés à l’enseignement du Christ. Il veut faire vivre en paix les chrétiens avec des adeptes de religions qui commandent de haïr le christianisme. Cette posture est absurde et intenable. Il serait bon de le comprendre par un effort de raisonnement plutôt que devoir le comprendre quand l’extermination des Chrétiens aura commencé d’être secondée par les agents de l’autorité civile, comme ce fut le cas pour l’extermination des Juifs pendant l’occupation nazie.

  24. Emmanuel

    Le MASDU s’installe à grand pas au sein de ce qui reste de l’église Catholique…..
    Combien d’évêques peuvent vraiment etre considérés comme Catholique, donc non apposable de relaps, d’anathème, d’hérétique etc, légitimement en droit de d’enseigner la foi et le magistère, de délivrer les sacrements sans que leurs actes soient sacrilège???
    Vaste sujet!!!

  25. JJ

    le vicaire général était l’ennemi des prêtres en soutane et se croyait drôle

    il a brûlé tout ce qu’il a adoré

    grand mystère de son choix par Mgr Fort

    un autre ancien St-Martin incardiné dans le diocèse, l’abbé Nougayrède, est resté, lui, un
    curé de choc et aux convictions solides

    mystère que ces anciens St-Martin qui sont montés dans la hiérarchie dès lors qu’ils avaient tout
    envoyé ballader

    • Anne Lys

      Il y a toujours des âmes faibles. Même bien formées à l’origine. Tant qu’elles sont encadrées par de plus forts et plus saints qu’elles, elles se coulent sans difficulté dans le moule. Mais, livrées à elles-mêmes et voyant que, là où elles se trouvent, l’herbe est plus verte et la tartine mieux beurrée en brûlant ce qu’elles avaient adoré, elles se laissent tenter.

  26. Rascol

    Le rédacteur du blog a-t-il lu l’article, ou a-t-il fait du copier-coller ? Mgr Eychenne n’accuse nullement l’Eglise sur l’avortement. Il dit qu’elle n’a pas toujours été très ouverte sur la contraception. Ce faisant, il ne fait qu’imiter le pape François qui ne met plus l’accent sur cette question. Je rassure les lecteurs du blog si prompts à juger leurs pasteurs: les ariègeois sont enchantés de leur évêque. Nombre de chrétiens ont besoin d’être rassurés par la Loi . Ils oublient que depuis Jésus c’est « une loi de liberté » (St Jacques) et que « son accomplissement parfait, c’est l’amour » (St Paul).

    • DUFIT THIERRY

      Un évêque qui justifie la contraception : c’est scandaleux. La contraception qui détourne l’acte conjugal de sa fin qui est la procréation a toujours été considérée comme gravement peccamineuse par l’Eglise. On sait que la contraception qui favorise le vagabondage sexuel est la porte ouverte à l’avortement.
      « L’avortement n’existe pas » C’est bien aussi une manière de justifier l’avortement.
      Cet évêque approuve aussi le péché de la chair « les religieux distribuent des préservatifs ». Quelle horreur !!!
      L’amour oui mais l’amour de Dieu et de sa loi.
      La liberté n’est pas une fin en soi. Les Commandements de Dieu existent.
      Cet évêque prêche une religion conforme aux idéaux maçonniques.
      Aujourd’hui un évêque peut démolir la Foi Catholique en toute tranquillité il ne risque rien.

  27. pedro

    OUF!!! Puisque « l’avortement n’existe pas », que « c’est une opportunité que donne la société de pratiquer une interruption volontaire de grossesse », je me permets de donner une autre « opportunité », une adresse incontournable en France : SOS MAMANS UNEC.

    Allez y les yeux fermés (association discrète et exemplaire en la matière). Bombardez les de dons.

  28. vendome

    Voila la situation du diocèse de PAMIERS:

    Prêtres diocésains : 57 (âge moyen : 70 ans )
    Séminaristes : 3.
    Baptêmes d’enfants : 787 en 2002 ( 810 en 1997 )
    Baptêmes d’adultes : 45 en 2002 ( 35 en 1997 )
    Premières communions : 296 en 2002 (395 en 1997 )
    Confirmations : 96 en 2002 (99 en 1997 )
    Mariages religieux : 227 en 2002 ( 238 en 1997 )
    2012 : en voie de désertification (abbé Barthe)

    • Daniel

      Pas de chiffres plus récents ?
      Le site du diocèse dit 44 prêtres, âge moyen 68 ans.
      Et Rascol dit (qu’un sondage a mesuré) que les ariégeois sont enchantés de leur évêque, donc il doit bien y avoir des données fiables qque part.

  29. Mathilde D.

    Ariégeoise moi aussi, j’ai parlé ce soir à notre Evêque de cet entretien.
    Il m’a dit s’être laissé prendre par une conversation à bâtons rompus avec une journaliste peu au fait de ces questions, qui l’a retranscrite avec ses filtres et sans le faire relire à l’intéressé (quel manque de professionnalisme, soit dit en passant)… Cette expérience lui servira de leçon, m’a-t-il dit.
    Il demande aussi que l’on fasse connaître le texte qu’il a écrit, suite à cette publication d’Ariège news et visible ici:
    http://ariege-catholique.cef.fr/dtbfw/current/pages/100061.html

    Merci à Maximilien Bernard d’en prendre note et peut-être d’en faire la publicité sur ce site ?

    En tout cas, personnellement, je suis rassurée car la lecture de cette entrevue m’avait profondément choquée.

  30. mimi

    Nous étions enchantés d’avoir un évêque formé par la communauté St Martin parce que nous croyions que cela signifiait que le nouvel évêque allait être plus proche des « tradi », qu’il allait remettre ce beau pays chrétien ( et non pas cathare comme disent les franc-mac du coin) dans de bons rails .
    En lisant cela, nous sommes bien consternés. Mais d’où sort ce discours ? Est-ce une prise de parole mal construite, ou est-ce un document écrit ( et dans quelle portée ) ? Merci de nous en dire plus.

  31. mimi

    J’ajoute : Est-ce que l’évêque a eu le droit de relire et approuver le « papier » du journaliste ? Attention, toute la presse est aux mains des franc mac, spécialement en Ariège et en Haute Garonne à Toulouse…
    La malhonnêteté des journalistes est devenue classique vis à vis de l’Eglise.
    N’accablons pas trop notre pasteur, il faut plutôt lui dire de se méfier des loups qui déformeront ses prises de parole, et l’encourager à rester ferme dans la Foi.
    Il a de bons prêtres en Ariège bien formés qui , j’espère, vont oeuvrer pour repréciser la juste doctrine catholique.

  32. Pingback: Mgr Eychenne répond à Ariegenews - Riposte-catholiqueRiposte-catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *